Junta de Salvação Nacional

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Junta de Salvação Nacional (Junte de Salut National) était un groupe d'officiers désigné pour maintenir le gouvernement du Portugal en avril 1974 après que la Révolution des Œillets renversa le régime dictatorial de l'Estado Novo. Cette junte a fonctionné entre 1974 et 1976, à partir d'un communiqué de António de Spínola, son président, le 26 avril 1974 à 1h30 du matin.

Le Mouvement des forces armées (Movimento das Forças Armadas) à l'origine du coup d'état avait planifié la formation de cette junte dans son programme: le but était d'assurer l'intérim du pouvoir politique jusqu'à la formation d'un gouvernement civil provisoire et d'éviter un effondrement immédiat du régime en suppléant à la destitution du Président (le Contre-amiral Américo Tomás et de son gouvernement. Cette désignation s'accompagne de la dissolution de Assemblée Nationale et du Conseil d'État. La promulgation de la Loi Constitutionnelle n.º 1/74, du 25 avril légitime ce processus. Le choix du Président et du Vice-Président sera de la responsabilité de la junte. Les membres de la junte seront choisis parmi les trois corps d'armée.

Elle se compose donc du :

De manière intérimaire, la junte exercera donc les fonctions de Président de la République (du 26 avril au 15 mai 1974, jour de la désignation par la junte de António de Spínola comme chef d'état) et de Président du Conseil (du 26 avril au 16 mai jour où le Premier gouvernement provisoire du Portugal entre en fonction présidé par Adelino da Palma Carlos).

Après les événements du 28 septembre 1974, qui entraîneront la démission du général Spínola du poste de Président et de membre de la JSN, puis celle de Jaime Silvério Marques, Diogo Neto et Galvão de Melo. Le général Francisco da Costa Gomes sera alors désigné Président de la République tandis que de nouveaux officiers intégreront la JSN:

Après les événements du 11 mars 1975, la JSN cesse ses fonctions, ses membres intégrant alors le nouveau Conseil de la Révolution.