Pedro Santana Lopes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lopes.
Pedro Santana Lopes
Pedro Santana Lopes, en 2005.
Pedro Santana Lopes, en 2005.
Fonctions
Maire de Lisbonne
15 mars
Prédécesseur Carmona Rodrigues
Successeur Carmona Rodrigues
16e Premier ministre portugais
(118e chef du gouvernement)

(&&&&&&&&&&&&02438 mois et 0 jour)
Président Jorge Sampaio
Gouvernement XVIe gouvernement constitutionnel
Législature 9e législature
Coalition PSDCDS/PP
Prédécesseur José Manuel Durão Barroso
Successeur José Sócrates
Président du Parti social-démocrate
Prédécesseur José Manuel Durão Barroso
Successeur Luís Marques Mendes
Maire de Lisbonne
Prédécesseur João Soares
Successeur Carmona Rodrigues
Maire de Figueira da Foz
19982001
Prédécesseur Aguiar de Carvalho
Successeur António Duarte Silva
Biographie
Nom de naissance Pedro Miguel de Santana Lopes
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Lisbonne (Portugal)
Nationalité Portugaise
Parti politique Parti social-démocrate
Diplômé de Université de Lisbonne
Profession Universitaire
Avocat

Pedro Santana Lopes
Chefs du gouvernement portugais

Pedro Miguel de Santana Lopes, né le à Lisbonne, est un homme politique portugais qui appartient au Parti social-démocrate (PPD/PSD), dont il a été président.

Il fut maire de Lisbonne à deux reprises, et Premier ministre du Portugal durant sept mois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

En 1973, il entre à l'Université de Lisbonne, et en ressort cinq ans plus tard avec une licence de droit. Pendant ces années d'enseignement supérieur, il a fondé le Mouvement indépendant de droit (MID) et occupé la présidence des instances universitaires étudiantes.

Un an après la fin de ses études, en 1979, il devient chercheur à l'Institut de droit européen et à l'Institut de recherche en sciences politiques de l'Université de Cologne, en Allemagne de l'Ouest pendant un an. Il revient ensuite au Portugal et entre, comme conseiller juridique, au cabinet du Premier ministre Francisco Sá Carneiro jusqu'à son remplacement en 1981. À ce titre, il a participé à la rédaction d'une proposition de révision de la Constitution portugaise de 1976.

Il débute une formation de professeur universitaire en droit administratif, droit constitutionnel et droit international public d'un an en 1984. Cette même année, il commence à enseigner dans diverses universités du pays. Il renonce à ces postes en 2000.

Avocat de profession, il a dirigé le service du contentieux du groupe Expansão de 1983 à 1985 et est actuellement associé du cabinet Pedro Santana Lopes et Associés.

Par ailleurs, il a présidé le club de football Sporting Clube de Portugal pendant un an à partir de 1995, et participé à un programme politique sur la Radio Télévision du Portugal (RTP) avec José Sócrates.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pedro Santana Lopes se marie une première fois en 1979 avec Maria Isabel Marques Dias. Le couple a eu un enfant avant de divorcer : Gonçalo Nuno. Il se remarie quatre ans plus tard avec Maria Teresa Fernandes Formigal de Arriaga. De cette union naissent deux fils : Duarte Nuno en 1983, et José Maria en 1988.

De nouveau divorcé, il est également père de deux jumeaux issus d'une liaison avec Maria de Fátima de Castro Freire Bagulho : Carolina Maria et Diogo Maria, nés en 1992.

Il est de confession catholique romaine.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Au sein du PPD/PSD[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti social-démocrate (PPD/PSD) en 1976 et devient un proche de son président, Francisco Sá Carneiro. Cinq ans plus tard, en 1981, il est président du parti dans la zone métropolitaine de Lisbonne et occupe cette fonction jusqu'en 1985.

Il exerce ensuite diverses fonctions au sein de l'appareil, comme président de l'assemblée du parti dans cette même zone, président de l'assemblée générale des collectivités locales sociales-démocrates ou encore membre du conseil national du PPD/PSD.

Élu Vice-président du parti le , Pedro Santana Lopes en prend la présidence moins de deux ans plus tard, le [1]. Il est confirmé par le congrès du mois de novembre suivant, mais doit renoncer à ce poste le , six semaines après la lourde défaite du PPD/PSD aux législatives anticipées[2].

En 2008, il s'est porté candidat à la direction du parti à la suite de la démission de Luís Filipe Menezes et s'est classé troisième avec 29,8 % des voix, devancé notamment par Manuela Ferreira Leite, qui a remporté le scrutin[3].

Carrière institutionnelle[modifier | modifier le code]

En , Pedro Santana Lopes est nommé secrétaire d'État adjoint au ministre adjoint au Premier ministre Carlos Mota Pinto. Il doit abandonner ce poste sept mois plus tard.

Il est élu pour la première fois député à l'Assemblée de la République lors des élections législatives de 1980. Il y représente alors le district de Lisbonne. Cinq ans plus tard, le , il devient secrétaire d'État à la Présidence du Conseil des ministres auprès du Premier ministre Aníbal Cavaco Silva. Il doit cependant renoncer à ce poste en , après son élection au Parlement européen, où il occupe la vice-présidence de la commission des Affaires politiques.

Il démissionne de son mandat en , et est nommé secrétaire d'État à la Culture en . Il occupe ce poste jusqu'en . En 1999, il est réélu député mais pour le district de Coimbra. Cependant, dès les élections de 2002, il représente à nouveau le district de Lisbonne.

Le , il est porté à la présidence du groupe parlementaire du PPD/PSD, mais doit abandonner cette charge le 27 juin suivant. Il ne s'est pas représenté lors des élections législatives portugaises de 2009.

Activité locale[modifier | modifier le code]

Il devient maire de Figueira da Foz en 1998 et le reste jusqu'en 2001. C'est l'unique mandat exécutif qu'il ait achevé. En , il se présente aux élections municipales à Lisbonne et s'impose d'une très courte tête avec moins de 1000 voix d'avance sur la coalition de gauche[4]. Désormais maire de la capitale portugaise, il démissionne le .

Il fait son retour à ce poste le , mais ne se représente pas lors des élections locales de septembre suivant. Le , il tente de reprendre la mairie de Lisbonne au socialiste António Costa, mais sa coalition de droite n'obtient que 38,7 % des voix, contre 44 % à la liste de gauche.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Pedro Santana Lopes et José Manuel Durão Barroso, en .

Pedro Santana Lopes est nommé Premier ministre du Portugal par le président Jorge Sampaio le [5]. Ce choix, destiné à remplacer le président désigné de la Commission européenne, José Manuel Durão Barroso, est critiqué par la gauche, qui réclamait des législatives anticipées[6],[7]. Forcé de maintenir la coalition avec le Parti populaire (CDS/PP) de Paulo Portas pour conserver la majorité absolue à l'Assemblée de la République, il présente dix jours plus tard un gouvernement de 47 membres[8].

De plus en plus impopulaire[9], il se retrouve sous le feu des critiques après le report de la rentrée scolaire, la tentative de création d'un organisme gouvernemental de contrôle des médias[10] ou encore les libertés prises avec les mesures de réduction du déficit public engagées depuis 2002. Le , la démission d'un de ses proche, le ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Réhabilitation Henrique Chaves, provoque une crise politique, dans la mesure où celui-ci dénonce dans un communiqué le manque de « loyauté et de vérité » du Premier ministre[11]. Deux jours plus tard, après avoir été reçu par Jorge Sampaio, Pedro Santana Lopes annonce que le président de la République compte dissoudre l'Assemblée de la République, critiquant cette décision qu'il juge sans « raison constitutionnelle »[12] tout en faisant savoir qu'il la respecte.

Élections anticipées de 2005[modifier | modifier le code]

Il est investi comme candidat à sa succession par le conseil national du PPD/PSD le 4 décembre[13], et remet sa démission neuf jours plus tard. Il est cependant chargé de gérer les affaires courantes[14].

Au cours de la campagne pour les législatives anticipées du , il accuse le Parti socialiste (PS) d'avoir « mis la maison en désordre »[15], affirmant que « le PS qui gouverne, c'est dépenser aujourd'hui pour que les autres payent plus tard »[16]. Se disant en campagne contre les banques et les « puissants »[17], il impute le taux de chômage à « l'instabilité politique vécue depuis novembre »[18]. Il met également en cause les médias, en leur demandant de traiter son parti « comme les autres »[19].

Accusé par les socialistes de José Sócrates d'avoir utilisé les moyens de l'État pour faire campagne[20], il reçoit le soutien électoral de José Manuel Durão Barroso[21] mais pas celui d'Aníbal Cavaco Silva[22]. Le jour du scrutin, le Parti social-démocrate obtient l'un de ses plus mauvais scores avec 75 députés sur 230, contre 121 au Parti socialiste. Pedro Santana Lopes est remplacé par José Sócrates au poste de Premier ministre le .

Gaffes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Santana Lopes est bien connu pour ses gaffes à la Dan Quayle.

Par exemple, il a dit adorer les concerts pour violon de Chopin, alors que le compositeur polonais n'en a jamais écrit. De même, il envoya une carte postale à l'auteur brésilien Machado de Assis, mort en 1908. Enfin, il donna un conférence de presse pour annoncer qu'il était menacé quand il eut reçu une publicité pour un livre dont le titre est « Cuidado com os rapazes » (« Faites attention aux garçons »).

De plus, lors d'une séance du Parlement portugais en 2008, il a dénoncé les pays qui émettaient trop de kilowatts de dioxyde de carbone (CO²), alors que les émissions de ce gaz à effet de serre se mesurent en tonnes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) Santana Lopes élu président du PSD par 98 voix contre 3 - Público le
  2. (pt) Santana Lopes va abandonner la direction du PSD - Público le
  3. (pt) PSD : Manula Ferreira Leite élue présidente - Mundo Português le
  4. (pt) Résultat des élections locales de 2001 sur le site du ministère portugais de l'Intérieur
  5. (pt) Le président de la République désigne Santana Lopes comme nouveau Premier ministre - Público le
  6. (pt) Les communistes et l'extrême-gauche condamnent la décision de Sampaio - Público le
  7. (pt) Ferro Rodrigues démissionne de la direction du PS - Público le
  8. (pt) Santana constitue un gouvernement plus important que Barroso - Público le
  9. (pt) Le gouvernement bat des records de défiance - Público le
  10. (fr) Analyse des élections législatives portugaises du 20 février 2005 - Fondation Robert-Schuman
  11. (pt) Le ministre des Sports et de la Jeunesse présente sa démission - Público le
  12. (pt) Jorge Sampaio va dissoudre le Parlement - Público le
  13. (pt) Santana Lopes confirmé comme candidat au poste de Premier ministre - Público le
  14. (pt) Le président de la République a accepté la démission du gouvernement - Público le
  15. (pt) Santana Lopes appelle à ne pas ouvrir la porte « à ceux qui ont mis la maison en désordre » - Público le
  16. (pt) Santana Lopes : voter pour le PS serait préjudiciable aux générations futures- Público le
  17. (pt) Santana Lopes en campagne contre les banques et les « puissants » - Público le
  18. (pt) Santana Lopes attribue la hausse du chômage à la dissolution du Parlement - Público le
  19. (pt) Santana Lopes accuse les médias d'être préjudiciables au PSD - Público le
  20. (pt) José Sócrates accuse Santana Lopes d'utiliser les moyens de l'État pour faire campagne - Público le
  21. (pt) Durão Barroso appuie la campagne du PSD sur son temps d'antenne - Público le
  22. (pt) Cavaco essaie d'éviter la victimisation de Santana - Público le

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]