Francis Fukuyama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fukuyama (homonymie).

Yoshihiro Francis Fukuyama

Amérique du Nord

alt=Description de l'image Francis Fukuyama 2005.jpg.
Naissance 27 octobre 1952 (61 ans)
Chicago, Illinois
Nationalité Américain
École/tradition Néolibéralisme, Néo-conservatisme
Idées remarquables Fin de l'histoire
Œuvres principales La Fin de l'histoire et le Dernier Homme
Influencé par Allan Bloom
Samuel P. Huntington
Harvey Mansfield
Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Alexandre Kojève

Francis Fukuyama, né le 27 octobre 1952, à Chicago, est un philosophe, économiste et chercheur en sciences politiques américain.

Intellectuel influent, très connu pour ses thèses sur la fin de l'histoire, Francis Fukuyama est actuellement professeur d'économie politique internationale à la SAIS de l'université Johns-Hopkins à Washington DC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Idées politiques[modifier | modifier le code]

Les idées politiques de Fukuyama se sont éloignées de celles des néo-conservateurs[1]. Il a participé activement au Projet pour le nouveau siècle américain, lancé en 1997. Il a signé une pétition recommandant au président Bill Clinton de renverser le dictateur irakien Saddam Hussein bien avant que George W. Bush ne s'en charge en 2003[2]. Il a cependant désapprouvé l'invasion de l'Irak dans son principe et telle qu'elle a été réalisée, et a appelé à la démission de Donald Rumsfeld du secrétariat à la Défense. Cela ne l'a pas empêché, en 2004, de servir l'administration Bush en tant que membre du Conseil présidentiel de bioéthique. Il préconise aujourd'hui en relations internationales la promotion de la démocratie par le soft power et annonce le grand retour des réalistes après le départ de George W. Bush.

La Fin de l'histoire[modifier | modifier le code]

Le concept de « fin de l'histoire » avait d'abord été élaboré par Hegel[réf. nécessaire], puis repris de diverses manières par plusieurs philosophes, dont Alexandre Kojève et critiqué[réf. nécessaire] par Karl Marx pour qui l'humanité n'était pas encore sortie de sa préhistoire. Pour Fukuyama comme pour Hegel[réf. nécessaire], l'Histoire s'achèvera le jour où un consensus universel sur la démocratie mettra un point final aux conflits idéologiques.

Fukuyama publia un premier article sur le sujet (The end of History?) au cours de l'été 1989 dans la revue The National Interest (article repris dans la revue française Commentaire no 47, automne 1989). Il en développe les thèses dans un livre controversé publié en 1992, La Fin de l'Histoire et le dernier homme, dans lequel il défend l'idée que la progression de l'histoire humaine, envisagée comme un combat entre des idéologies, touche à sa fin avec le consensus sur la démocratie libérale qui tendrait à se former après la fin de la Guerre froide.

La Fin de l'homme[modifier | modifier le code]

Dans La Fin de l'homme, Fukuyama exprime ses inquiétudes face aux progrès des biotechnologies et en particulier de leurs applications possibles sur l'être humain. Parce qu'elles seront capables de transformer l'homme à un degré insoupçonné jusqu'alors, elles risquent d'avoir des conséquences extrêmement graves sur le système politique. Il est un ennemi acharné du transhumanisme, mouvement appelant de ses vœux de nombreuses évolutions technologiques afin de modifier l'humain et la société, notamment dans le domaine des biotechnologies.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages originaux en anglais[modifier | modifier le code]

  • The End of History and the Last Man. Free Press, 1992. ISBN 0-02-910975-2
  • Trust: The Social Virtues and the Creation of Prosperity. Free Press, 1995. ISBN 0-02-910976-0
  • The Great Disruption: Human Nature and the Reconstitution of Social Order. Free Press, 1999. ISBN 0-684-84530-X
  • Our Post human Future: Consequences of the Biotechnology Revolution. Farrar, Straus and Giroux, 2002. ISBN 0-374-23643-7
  • State-Building: Governance and World Order in the 21st century. Cornell University Press, 2004. ISBN 0-8014-4292-3
  • America at the Crossroads: Democracy, Power, and the Neoconservative Legacy (Yale University Press, 2006). ISBN 0-300-11399-4
  • After the Neo Cons: Where the Right went Wrong. Profile Books, 2006. ISBN 1-86197-922-3 (N.B. Published in the US as America at the Crossroads see above)
  • Falling Behind: Explaining the Development Gap between Latin America and the United States, ed. (Oxford University Press, 2008). ISBN 978-0-19-536882-6
  • The Origins of Political Order. Profile Books, 2011. ISBN 978-1846682568

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Francis Fukuyama est membre du conseil scientifique de la revue Politique américaine, une publication de l'Institut Choiseul.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Two Fukuyamas, The National Interest, review, 1er juin 2006
  2. « La fin de la fin de l'Histoire », dans Courrier international du 09-04-2008, [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]