Fibroblaste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un fibroblaste est une cellule présente dans le tissu conjonctif ; elle est parfois appelée cellule de soutien. Ce sont notamment des cellules résidentes du derme qui en assurent la cohérence et la souplesse.
Elle sécrète des protéoglycanes et des glycoprotéines.

Description[modifier | modifier le code]

Fibroblastes

On observe à la surface des fibroblastes des récepteurs au LDL et au HDL.

Rôle[modifier | modifier le code]

Le fibroblaste a plusieurs rôles dans l'organisme, dont :

Ce sont des cellules qui vont sécréter la matrice extracellulaire, c'est-à-dire les protéines qui forment les fibres du tissu conjonctif et vont sécréter les glycoprotéines de la substance fondamentale.

Les fibroblastes interviennent dans le métabolisme des lipoprotéines (LDL) et du cholestérol. Avant tout elles jouent un rôle d'enveloppe séparatrice de milieu, leurs propriétés sont intrinsèquement équivalentes à celle de la membrane cellulaire, gère et régule les échanges chimico-physique entre l'intérieur & l'extérieur de l'application cellulaire...

« Dérivés » du fibroblaste[modifier | modifier le code]

  • Le fibrocyte est un fibroblaste avec une activité moindre (ce qui se traduit par un noyau plus dense et des organites moins développés).
    Il peut parfois retrouver une activité fibroblastique lors des phénomènes de cicatrisation en ayant toutefois une activité de division moindre.
  • Le myofibroblaste est identique à un fibroblaste avec cependant des micro-filaments d'actine associés à des micro-filaments de myosine; les filaments intermédiaires de vimentine sont eux associés à des filaments intermédiaires de desmine.

Origine des fibroblastes[modifier | modifier le code]

  • Chez l'embryon, ils dérivent des cellules souches mésenchymateuses.
  • Chez l'enfant et l'adulte, leur origine est locale. Ils peuvent dériver de cellules souches mésenchymateuses (considérées comme des pseudo-fibroblastes) disposées le long des capillaires.
    Ils proviennent de la division des cellules souches mésenchymateuses de morphologie fusiforme. Ces cellules vont avoir la capacité de se diviser (division hétérotypique) par mitose pour donner deux cellules différentes :
– une cellule souche qui restera cellule souche avec la capacité de se diviser à nouveau
– une cellule qui rentrera dans un programme de différentiation. Ces cellules peuvent être des fibroblastes mais aussi des myofibroblastes, des adipoblastes, des chondroblastes, des cémentoblastes, des vodontoblastes et des ostéoblastes.

Pathologies[modifier | modifier le code]

  • Chez divers vertébrés, les fibroblastes de la peau semblent jouer un rôle dans le développement encore mal compris de la maladie de Lyme.
    Des travaux récents (publication 2012[1]) sur microarray ont comparé l'inflammation des fibroblastes exposés à trois souches de Borrelia burgdorferi sensu stricto, isolées à partir de trois environnements et stades de la maladie de Lyme (prélevées dans la tique, dans un érythème migrant, correspondant à l'une des principales manifestations du stade initial chez l'homme) et en situation d'acrodermatite chronique atrophiante (correspondant à un stade plus avancé de la maladie). Ces trois souches ont provoqué un profil inflammatoire semblable, avec une forte induction de chémokines (CXCL1 et IL-8) et d'IL-6 cytokine principalement impliquée dans le chimiotactisme des cellules immunitaires[1]. Une augmentation corrélative du taux de certaines molécules (facteurs TNF-alpha et NF-κB), de métalloprotéinases (MMP-1, -3 et -12) et de superoxyde dismutase SOD2) a été associées aux événements inflammatoires et cellulaires[1]. Les auteurs ont en outre démontré que des extraits de glandes salivaires de tiques ont un effet cytotoxique sur les fibroblastes et que l'OspC (qui joue un rôle essentiel dans la transmission des Borrelies à l'hôte vertébré), n'est pas responsable de la réponse (sécrétion de molécules inflammatoires) des fibroblastes[1]. La salive de tique pourrait dont dans un premier temps faciliter l'installation des borrélies lors de la phase précoce de la maladie en créant dans la peau une fosse d'alimentation. Plus tard, les Borrelia peuvent se disperser dans la peau et diffuser vers des organes éloignés[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Schramm F, Kern A, Barthel C, Nadaud S, Meyer N, Jaulhac B, Boulanger N., Microarray Analyses of Inflammation Response of Human Dermal Fibroblasts to Different Strains of Borrelia burgdorferi Sensu Stricto ; PLoS One. 2012;7(6):e40046. Epub 2012 Jun 29 (résumé)