Tissu adipeux blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le tissu adipeux blanc ou graisse blanche et le tissu adipeux brun sont les deux types de tissu adipeux des mammifères.

Chez des sujets en bonne santé et sans surpoids, le tissu adipeux blanc représente de 20 à 25 % du poids corporel de la femme, de 15 à 20 % chez l'homme[1]. Ses cellules, les adipocytes blancs, contiennent une seule gouttelette lipidique qui repousse le noyau à leur périphérie. Ils ont des récepteurs à l'insuline, aux hormones de croissance, à la noradrénaline et aux glucocorticoïdes.

Le tissu adipeux blanc est une réserve d'énergie réglée par le pancréas : lors de la libération d'insuline par celui-ci, les récepteurs d'insuline des adipocytes blancs provoquent une cascade déphosphorylation qui conduit à l'inactivation de la lipase hormonosensible ; inversement suite à la libération de glucagon par le pancréas, les récepteurs du glucagon provoquent une cascade de phosphorylation qui active la lipase hormonosensible, ce qui provoque la transformation de la graisse stockée en acides gras libérés dans le sang. Liés à l'albumine et au glycérol, ces acides gras sont dégradés par le muscle et le tissu cardiaque pour assurer leur fonctionnement, alors que le glycérol est repris par le foie pour la néoglucogenèse.

Le tissu adipeux blanc agit également comme isolant thermique, permettant de maintenir la température du corps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cours d'histologie Les tissus adipeux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]