NF-κB

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mécanisme d'action de NF-κB

NF-κB pour nuclear factor-kappa B est une protéine de la super-famille (en) des facteurs de transcription impliquée dans la réponse immunitaire et la réponse au stress cellulaire. Cette dernière est associée aux facteurs anti-apoptotiques. En effet son activation par la libération de sa protéine inhibitrice (IKB) déclenche la transcription de gènes anti-apoptotiques dans le noyau. Elle effectue donc un rétrocontrôle négatif de l'apoptose.

Structure[modifier | modifier le code]

NF-κB est un homo- ou hétérodimère formé à partir de cinq sous-unités[1] : p50NF-κB1, p52NF-κB2, p65RelA, RelB et c-Rel. L’hétérodimère p50:p65 constitue la forme classique, la plus étudiée, de NF-κB.

Toutes les sous-unités sont caractérisées par un domaine N-terminal conservé d’environ 300 acides aminés[2], le Rel Homology Domain (RHD), contenant un domaine de liaison à l’ADN, un domaine de dimérisation, un signal de localisation nucléaire et un domaine d'interaction avec la protéine inhibitrice IκB. Les sous-unités RelA, RelB et c-Rel contiennent également un domaine de transactivation, responsable des activités de régulation transcriptionnelle de NF-κB.

Mécanisme d'action[modifier | modifier le code]

NF-κB est en partie régulée dans le cytoplasme de la cellule par un complexe protéique composé des protéines IKKα, IKKβ et de la protéine NEMO (IKKg). Elle joue un rôle dans la répression ou l'activation des gènes, et est retenue dans le cytoplasme par la protéine inhibitrice IκB-α. La dégradation de IκB-α par phosphorylation et ubiquitination permet la translocation de NF-κB jusqu'au noyau et l'activation de la transcription des gènes cibles.

Fonction[modifier | modifier le code]

NF-κB est le pivot des cellules phagocytaires. Il permet de les activer. Il est activé grâce au complexe membranaire CD14-Toll-like receptor au contact d'un PAMP ; par exemple, Toll-like receptor 4 reconnait les LPS bactériens. Le complexe membranaire va en fait permettre la dégradation de IκB qui retient NF-κB dans sa forme inactive. Une fois libéré, il se dirige vers le noyau et permet la transcription de nouveaux gènes.

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Son activation exagérée (lors de la présence de bactéries dans le sang par exemple) peut provoquer un choc septique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Silvia Pereira et Fiona Oakley, « Nuclear factor-kappaB1: regulation and function », Int. J. Biochem. Cell Biol., vol. 40, no 8,‎ 2008, p. 1425–1430 (PMID 17693123, DOI 10.1016/j.biocel.2007.05.004)
  • (en) N. Perkins et T. Gilmore, « Good cop, bad cop: the different faces of NF-kappaB », Cell Death Differ., vol. 13, no 5,‎ 2006, p. 759–772 (PMID 16410803, DOI 10.1038/sj.cdd.4401838)