Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie
Федеральная служба безопасности Российской Федерации
Logo de l'organisation

Création 1995
Type Service secret
Siège Loubianka (Moscou, Drapeau de la Russie Russie)
Coordonnées 55° 45′ 40″ N 37° 37′ 34″ E / 55.76122222, 37.6262222255° 45′ 40″ N 37° 37′ 34″ E / 55.76122222, 37.62622222  
Langue Russe
Dirigeant actuel Alexandre Bortnikov (2008-)
Le siège du FSB (Loubianka) Place Loubianka, à Moscou

Le FSB (russe : ФСБ) ou Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (Федеральная служба безопасности Российской Федерации, retranscrit en Federalnaïa sloujba bezopasnosti Rossiyskoï Federatsii) est un service secret de la Russie, chargé des affaires de sécurité intérieure. Le FSB est le principal successeur du KGB soviétique, dissous en novembre 1991 après le putsch de Moscou.

Le siège du FSB est situé à la Loubianka, à Moscou. Les officiers sont formés à l'Académie du FSB à Moscou.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le FSB est engagé principalement dans les affaires intérieures ; les fonctions de renseignement à l'étranger étant assurées par le SVR (anciennement Premier directorat du KGB). Toutefois le FSB inclut également le Service fédéral des communications et informations gouvernementales (FAPSI), impliqué dans la surveillance électronique à l'étranger. En outre, le FSB est compétent pour agir dans les territoires des anciennes républiques soviétiques, et il peut conduire des opérations militaires anti-terroristes n'importe où dans le monde sur ordre du président, à la suite de l'adoption des nouvelles lois antiterrorisme. Tous les services d'ordre et de renseignements en Russie travaillent si nécessaire sous le contrôle du FSB : à titre d'exemple, le service de renseignement militaire (GRU), les forces spéciales militaires (Spetsnaz) et les détachements de troupes du Ministère de l'Intérieur russe (sorte de gendarmerie) travaillent sous la direction du FSB en Tchétchénie.

Le FSB est responsable de la sécurité intérieure de la Russie, du contre-espionnage, et de la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et le trafic de drogue. Cependant, de nombreuses critiques soutiennent que le FSB est plus engagé dans l'élimination des dissidences internes, maintenant la population sous un contrôle permanent, et influençant les évènements politiques importants, à l'identique des actions passées du KGB. Il est ainsi reproché au FSB de mettre en œuvre une surveillance de masse et une variété de mesures actives, dont la désinformation, la propagande à travers les médias contrôlés par l'État, des provocations et persécutions d'opposants politiques, journalistes d'investigation ou dissidents.

Le FSB est une vaste et puissante organisation, rassemblant des fonctions et pouvoirs qui sont dans d'autres pays disséminés entre des services distincts. Le FSB commande également un contingent des troupes armées (troupes intérieures, spetsnaz) et un important réseau d'informateurs civils. Le nombre d'employés du FSB, comme son budget, demeurent un secret d'État, mais il a été rapporté une augmentation de presque 40 % du budget en 2006[1]. En 1992, le nombre d'employés liés à l'ex-KGB a été estimé à 500 000[2]. Enfin, la majorité des hauts responsables politiques russes seraient liés au FSB ; Olga Krychtanovskaïa, a estimé que 78 % des 1016 principaux responsables politiques russes ont travaillé précédemment dans une organisation affiliée au KGB ou au FSB[3].

Le FSB pourrait prochainement être scindé en deux services : l'un chargé de l'antiterrorisme et l'autre, du contre-espionnage.[réf. nécessaire]

Activités officielles[modifier | modifier le code]

Le président Medvedev en 2009 en visite des forces spéciales au Daghestan

Contre-espionnage[modifier | modifier le code]

À propos des activités secrètes de contre-espionnage, le directeur du FSB Nikolaï Kovalev déclarait en 1996 : « Il n'y a jamais eu autant d'espions arrêtés pour nous depuis le temps de la Seconde Guerre mondiale où des agents allemands étaient envoyés ». Le FSB rapporte qu'environ 400 agents de renseignement étrangers ont été démasqués en 1995 et 1996[4]. En 2006, le FSB signala 27 officiers de renseignement étrangers et 89 agents de l'étranger, dont les activités furent stoppées[5]. Le bilan de l'année 2007 présenté par Nikolaï Patrouchev fait état de l'arrêt des activités de « 22 officiers de carrière et 71 agents des services spéciaux étrangers », alors que quatre ressortissants étrangers ont été expulsés pour espionnage[6].

Surveillance des frontières[modifier | modifier le code]

Le Service fédéral de surveillance des frontières (FPS) fait partie du FSB depuis 2003. La Russie possède 61 000 kilomètres de frontières terrestres et maritimes, dont 7 500 avec le Kazakhstan et 4 000 avec la Chine. La protection d'un kilomètre de frontière coûterait environ 1 million de roubles par an. Vladimir Poutine appela le FPS à intensifier la lutte contre le terrorisme international.

Opérations anti-terroristes[modifier | modifier le code]

Spetsnaz, 1988

Au fil des années, le FSB et les services de sécurité affiliés ont exécuté tous les présidents de la République tchétchène d'Itchkérie, dont Djokhar Doudaïev, Zelimkhan Iandarbïev, Aslan Maskhadov et Abdoul-Khalim Saïdoullaïev. Peu avant sa mort, Saïdoullaïev prétendait que le gouvernement russe avait tué « traîtreusement » Maskhadov, après l'avoir invité à discuter et s'être engagé à propos d'une protection « au plus haut niveau[7] ».

Parmi les personnes suspectées de terrorisme, une douzaine seulement ont été condamnées par des cours de justice pour des activités de terrorisme ou pour « encouragement à la haine nationale ». L'un des leaders de la guérilla islamiste, Chamil Bassaïev aurait été tué par les forces du FSB. Durant la prise d'otages du théâtre de Moscou et la prise d'otages de Beslan, tous les preneurs d'otages furent exécutés sur place par les forces spéciales du FSB. Un témoin seulement a survécu, Nour-Pachi Koulaïev, et a été condamné plus tard par la justice. On signale que plus de 100 chefs des groupes terroristes ont été tués lors de 119 opérations en Ciscaucasie durant l'année 2006[5].

Lutte contre la corruption et le crime organisé[modifier | modifier le code]

Le FSB coopère avec Interpol et d'autres forces de l'ordre nationales ou internationales dans la lutte contre la corruption et le crime organisé. À cet égard, il fournit des informations sur de nombreux groupes criminels russes œuvrant en Europe. Le FSB a également été impliqué dans les demandes d'extradition de suspects de haute envergure s'étant enfuis à l'étranger, comme Alexandre Litvinenko, Oleg Kalouguine, Akhmed Zakaïev, Leonid Nevzline, et Boris Berezovsky. Cependant ces demandes ont été refusées par les cours britanniques, américaines et israéliennes.

Organisation[modifier | modifier le code]

Structure des services[modifier | modifier le code]

Le décret du 11 juillet 2004 de Vladimir Poutine fixe une nouvelle réorganisation du FSB[8]. Sa structure actuelle serait donc :

  • Service du contre-espionnage (Oleg Syromolotov)
  • Service de protection du système constitutionnel et lutte anti-terroriste (Alexandre Bragine)
  • Service de sécurité économique (Alexandre Bortnikov)
  • Service des frontières (Viktor Pronitchev)
  • Service de l'organisation et du personnel (Evgueni Lovyrev)
  • Service des analyses, prospections et plans stratégiques (Viktor Komogorov)
  • Service de contrôle (Alexandre Jdankov)
  • Service scientifique et technique (Nikolaï Klimachine)

Directorats :

  • Contre-espionnage militaire (Alexandre Bezverkhny)
  • Investigations (Iouri Anissimov)

Le FSB ne recrute pas de personnel civil et le nombre de places offertes par l'Académie du FSB est limité. Le nombre total d'employés par cette organisation en 1997 serait de 80 000 personnes[réf. nécessaire].

Directeurs du FSB[modifier | modifier le code]

Critique des actions de FSB[modifier | modifier le code]

Le FSB comme élite politique[modifier | modifier le code]

Même en écartant des analyses trop spéculatives, l'influence du FSB sur l'élite politique russe est indéniable. La directrice du Centre d'étude des élites moscovite, Olga Krychtanovskaïa, estime que 78 % des 1 016 principaux responsables politiques russes ont travaillé précédemment dans une organisation affiliée au KGB ou FSB[3]. Elle déclare : « Si pendant la période soviétique et la première période post-soviétique, les gens du KGB et du FSB étaient principalement impliqués dans des affaires de sécurité, actuellement la moitié de ceux-ci est encore impliquée dans la sécurité, mais l'autre moitié est impliquée dans les affaires économiques, les partis politiques, les ONG, les gouvernements régionaux, même la culture[3]... » L'importance des services de sécurité dans l'appareil politique russe est soulignée également par Jacques Baud, qui explique que les services secrets russes drainent traditionnellement une élite de personnes susceptibles d'ambitions politiques[9].

Cette mainmise d'une organisation sur l'élite du pays est peut-être comparable à celle de l'Union soviétique, où les postes clés du gouvernement étaient occupés par des membres du Parti communiste. Les liens entre le monde politique (ou économique) et le FSB sont encore accrus, par cet attachement inaliénable des ex-agents du KGB ou FSB envers leur ancien service[10]. Olga Krychtanovskaïa estime à cet égard, que les ex-agents des services de sécurité demeurent « au-dessus des lois », car ces « réservistes actifs » restent rémunérés et protégés par l'organisation[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In Russia, A Secretive Force Widens, P. Finn Washington Post, 2006.
  2. Yevgenia Albats et Catherine A. Fitzpatrick, The State Within a State: The KGB and Its Hold on Russia — Past, Present, and Future, 1994, ISBN 0-374-52738-5
  3. a, b et c In Russia, A Secretive Force Widens, Washington Post 2006
  4. Counterintelligence Cases sur GlobalSecurity.org
  5. a et b (ru) Сочинение ко Дню чекиста, Vladimir Voronov, 2006
  6. Russie : Le FSB annonce l’arrestation d’une centaine d’espions étrangers en 2007, Fenêtre sur l'Europe, 20 décembre 2007
  7. Russia Used 'Deception' To Kill Maskhadov, 8 mai 2006
  8. (en) FSB Reform: Changes Are Few and Far between, The Moscow News.
  9. Jacques Baud, « Comment travaillent les services secrets russes ? », entretien sur lemonde.fr
  10. L'écrivain exilé Victor Suvorov, déserteur du GRU, explique que les membres des services de sécurité ne peuvent quitter de telles organisations « que dans un cercueil », parce qu'ils connaissent trop de secrets.
  11. (ru) Interview d'Olga Krychtanovskaïa Siloviks, Tchékistes au pouvoir : peurs ou réalité ?, Écho de Moscou, 4 février 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andreï Soldatov et Irina Borogan (trad. Natalia Rutkevitch, préf. Galia Ackerman), Les Héritiers du KGB : Enquête sur les nouveaux boyards, Paris, François Bourin Éditeur, coll. « Les moutons noirs »,‎ octobre 2011, 382 p. (ISBN 978-2-84941-270-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]