Dynastie Karađorđević

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Histoire des Serbes
Image illustrative de l'article Dynastie Karađorđević
Antiquité
Zorsines
Drvan
Serbie blanche
Moyen-Âge
Prince de Serbie Blanche
Vlastimir
Mihailo Vojislavljević
Stefan Nemanja
Stefan IV Uroš Ier
Stefan Milutin
Stefan Uroš IV Dušan
Lazar Hrebeljanović
Stefan Lazarević
Occupation Turcs et Empire d'Autriche
Migrations serbes
Histoire des Serbes sous l'occupation ottomane
Nouvelle Serbie (province historique)
Slavo-Serbie
La Serbie au XIXe siècle
Karađorđe
Miloš Ier Obrenović
Alexandre Karađorđević
Pierre Ier de Serbie
La Serbie et la Yougoslavie monarchique
Attentat de Sarajevo
Alexandre Ier de Yougoslavie
Yougoslavie
La Serbie et la Yougoslavie titistes
Josip Broz Tito
Yougoslavie
La Serbie dans la Yougoslavie post-titiste
La Serbie dans la Yougoslavie de Milošević
République serbe de Krajina
Guerres de Yougoslavie
La Serbie et le Monténégro
Serbie-et-Monténégro
La Serbie et les Serbes aujourd'hui
Serbie
Belgrade
République serbe de Bosnie
Diaspora serbe

La famille des Karađorđević (en serbe cyrillique Карађорђевић, souvent retranscrit en français sous les orthographes Karageorgévić ou Karadjordjević), est une dynastie serbe, qui a pour origine Georges Petrović, connu sous le nom de Karađorđe ou, en français, Karageorges. Cette famille s’est opposée à celle des Obrenović pour l’exercice du pouvoir en Serbie.

Les Karađorđević ont régné sur la Principauté de Serbie de 1842 à 1858 puis sur le Royaume de Serbie de 1903 à 1918 ; ils ont ensuite régné sur la Yougoslavie de 1918 à l'invasion nazie de 1941. Les Karađorđević ont été officiellement déchus en novembre 1945 lorsque le Parti communiste a aboli la monarchie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La dynastie des Karađorđević remonte à Georges Petrović, un paysan et chef de clan connu sous le nom de Karađorđe, soit « Georges le Noir ». En 1804, les Serbes se révoltèrent contre l’Empire ottoman qui contrôlait alors les Balkans. Karageorges prit la tête de cette Première révolte serbe contre les Turcs et, après sa victoire, il établit un gouvernement à Belgrade. En 1808, il fut désigné par le peuple serbe comme hospodar (seigneur) de Serbie. Mais en 1813, les Ottomans revinrent en Serbie et Karageorges dut quitter le pays avec sa famille.

En 1815, Miloš Obrenović prit la tête de la Seconde révolte serbe contre les Turcs et, victorieux, il fut à son tour désigné comme prince héréditaire de Serbie.

Entre la famille des Karađorđević et celle des Obrenović la lutte pour le pouvoir allait se déchaîner. En 1817, Karađorđe, revenu en Serbie, fut assassiné, peut-être à l’instigation du prince Miloš Obrenović. En 1839, Miloš est contraint à abdiquer. Après un cours interrègne, Alexandre Karađorđević, le fils de Karađorđe, devint à son tour prince régnant de Serbie en 1842. Néanmoins, en 1858, il dut abdiquer à son tour en faveur de Miloš Obrenović, l’ancien prince revenu d’exil.

En 1903, après l’assassinat du roi Alexandre Ier Obrenović et de sa femme Draga, le parlement serbe appela au pouvoir le prince Pierre Karađorđević, fils du prince Alexandre et petit-fils de Karađorđe. Il régna sous le nom de Pierre Ier de Serbie. En 1915, le Royaume de Serbie est envahi, puis occupé par les Empires centraux. À la fin du conflit mondial, la Serbie, du fait de sa contribution à l'effort alliés, peut, après avoir absorbé le Royaume du Monténégro, effectuer d'importantes annexions de territoires austro-hongrois. Pierre Ier est proclamé en décembre 1918 souverain du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Du fait de la mauvaise santé de Pierre Ier, son fils le prince Alexandre assure la régence ; en 1921, il lui succède sous le nom de Alexandre Ier.

En 1929, le pays est rebaptisé Royaume de Yougoslavie. Quelques mois plus tard, devant les difficultés à consolider les institutions du nouveau pays, le roi met un terme au parlementarisme et instaure un régime dictatorial afin de pouvoir imposer des réformes par l'autorité. En octobre 1934, lors d'une visite en France, il est assassiné par un indépendantiste macédonien.

Le fils d'Alexandre Ier, Pierre II, étant encore un enfant, la régence est assurée par un cousin du roi, le prince Paul. Ce dernier tente de garantir la neutralité yougoslave pour garantir l'intégrité territoriale du royaume ; il se rapproche néanmoins de l'Allemagne nazie avec qui de nombreux accords économiques sont conclus. De plus en plus dépendante économiquement de l'Allemagne, la Yougoslavie accepte, sous la pression, de signer en 1941 le pacte tripartite, s'alliant officiellement avec Hitler. En réaction, des militaires nationalistes serbes renverse le régent et proclament la majorité du roi : Hitler ordonne alors l'invasion de la Yougoslavie. Le pays est occupé et démembré ; Pierre II se réfugie à Londres avec le gouvernement yougoslave en exil. Sur le terrain, la guerre de résistance tourne à l'avantage des Partisans communistes dirigés par Tito. Ce dernier, reconnu en 1943 par les Alliés comme le chef de la résistance locale, prend le pouvoir en mars 1945, et s'oppose au retour du roi sur le sol yougoslave. En novembre 1945, un scrutin organisé dans des conditions d'irrégularité totale ( informations manquantes ) donne une majorité absolue aux communistes : la monarchie est alors immédiatement abolie. Pierre II meurt en exil en 1970.

Les Karađorđević œuvrent actuellement pour le retour d'une monarchie parlementaire en Serbie. Depuis 2001, l’actuel prétendant à la couronne, le prince Alexandre habite à Belgrade dans l'ancien palais royal.

Les princes régnants et les rois[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique simplifié[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Đorđe Petrović
(1752-1817)
ép. Jelena Jovanović
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Prince de Serbie Alexandre Karađorđević
(1806-1885)
ép. Persida Nenadovic
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Roi de Serbie, puis des Serbes, des Croates et des Slovènes Pierre Ier
(1844-1921)
ép. Zorka de Monténégro
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Arsène (en)
(1859-1938)
ép. Aurora Pavlovna Demidova
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hélène
(1884-1962)
ép. Ioann Konstantinovitch
 
Georges
(1887-1972)
ép. Radmila Radonjić
 
Roi de Yougoslavie Alexandre Ier
(1888-1934)
ép. Marie de Roumanie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Régent de Yougoslavie Paul
(1893-1976)
ép. Olga de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Roi de Yougoslavie Pierre II
(1923-1970)
ép. Alexandra de Grèce
 
Tomislav
(1928-2000)
ép. (1) Marguerite de Bade
ép. (2) Linda Mary Bonney
 
André (en)
(1929-1990)
ép. (1) Christine-Marguerite de Hesse
ép. (2) Kira de Leiningen
ép. (3) Eva Maria Andjelkovich
 
Alexandre (en)
(1924-)
ép. (1) Maria Pia de Savoie
ép. (2) Barbara de Liechtenstein
 
Nicolas (en)
(1928-1954)
 
Élisabeth
(1936-)
ép. (1) Howard Oxenberg
ép. (2) Neil Balfour
ép. (3) Manuel Ulloa Elías
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alexandre
(1945-)
ép. (1) Maria da Gloria
d'Orléans-Bragance

ép. (2) Katarina Batis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre
(1980-)
 
Filip
(1982-)
 
Aleksandar
(1982-)
 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Foran de Saint-Bar, Les Karageorges, rois de Serbie et de Yougoslavie: De l'assassinat de la monarchie et de la démocratie en Yougoslavie par Tito, avec l'aide de Staline, jusqu'à la guerre du Kosovo, Christian, 1999 (ISBN 286496077X)

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Site officiel de la dynastie des Karađorđević