Élisabeth de Yougoslavie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monogramme de la princesse Élisabeth

Élisabeth de Yougoslavie ou Élisabeth Karageorgévitch (en serbe : Кнегиња Јелисавета Карађорђевић / Jelisaveta Karađorđević), princesse de Yougoslavie puis de Serbie, est née le à Belgrade, en Yougoslavie. Issue de la branche cadette de la maison Karageorgévitch, c’est une femme d’affaire, une femme politique et une écrivaine de livres pour enfants.

Famille[modifier | modifier le code]

La princesse Élisabeth est la fille du prince-régent Paul de Yougoslavie (1893-1976) et de son épouse la princesse Olga de Grèce (1903-1997). Par son père, la princesse est donc l’arrière petite-fille du prince souverain Alexandre de Serbie (1806-1885) tandis que, par sa mère, elle est l'arrière-petite-fille du roi Georges Ier de Grèce (1845-1813). Le , la princesse Élisabeth épouse, à Manassas, aux États-Unis, l’industriel Howard Oxenberg (1919–2010). De ce mariage civil, qui se termine par un divorce en 1966, naissent deux filles :

Le , la princesse Élisabeth se remarie au banquier et homme politique britannique Neil Balfour (1944). De ce second mariage, qui se termine également par un divorce, naît un fils :

  • Nicholas Augustus Balfour (1970).

Après une liaison avec l'acteur gallois Richard Burton (1925-1984), la princesse Élisabeth se remarie, en 1987, à Manuel Ulloa Elías (1922-1992), ancien Premier ministre du Pérou. Le couple se sépare en 1989 et divorce peu avant la mort de Manuel Ulloa Elías, en 1992.

Biographie[modifier | modifier le code]

La princesse Élisabeth naît à Belgrade en 1936. Elle est âgée d’à peine 5 ans quand son père est renversé et sa famille est envoyée en exil au Kenya. Rentrée en Europe avec ses parents en 1948, elle effectue ses études au Royaume-Uni, en Suisse et en France. Ce n’est qu’après la chute du régime communiste qu’elle rentre, pour la première fois, en Yougoslavie. Devenue adulte, la princesse Élisabeth publie quatre livres pour enfants écrits en serbe et crée deux parfums, nommés Jelisaveta" et "E".

Consciente de la mésentente existant entre orthodoxes, catholiques et musulmans en Yougoslavie dès avant la chute du régime communiste, la princesse Élisabeth invite, en 1991, les autorités religieuses de son pays à participer à une conférence sur le dialogue interreligieux organisée à Moscou par Michael Gorbatchev. Malgré tout, la guerre civile éclate quelaues mois plus tard et la Yougoslavie implose.

À la fin des années1990, la princesse crée la Fondation Princesse-Élisabeth, une organisation sans but lucratif destinée à aider les victimes de la guerre civile en leur fournissant une aide matérielle et médicale, en offrant un foyer aux enfants déplacés et en inscrivant les étudiants dans des universités étrangères.

En 2004, la princesse Élisabeth se présente aux élections présidentielles serbes, ce qui provoque la colère de son cousin, le prétendant Alexandre de Yougoslavie. Ce dernier considère en effet que la famille royale ne doit pas prendre part à la vie politique du pays. De son côté, Élisabeth déclare que son but n’est pas de restaurer la monarchie en Serbie mais de restaurer l’État serbe après la guerre civile. Elle n’obtient que 2,1% des voix mais termine tout de même 6e des 15 candidats à la présidence.

Article connexe[modifier | modifier le code]