Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle)

Réalisation Arnaud Desplechin
Scénario Arnaud Desplechin et Emmanuel Bourdieu
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame, comédie
Sortie 1996
Durée 178 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) est un film français réalisé par Arnaud Desplechin, sorti en 1996.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Paul Dédalus, normalien et trentenaire parisien, est maître-assistant en philosophie à l'université de Nanterre. Il ne parvient ni à finir sa thèse, ni à se séparer d'Esther avec laquelle il forme un couple depuis dix ans, bien que vivant avec son cousin Bob. Paul fréquente un groupe d'amis dont Nathan, qu'il admire, lui est le plus proche. Quelques années auparavant, il avait rencontré celui-ci par hasard à la piscine avec sa compagne Sylvia. De cette rencontre était née une passion inavouée entre Paul et Sylvia, sans qu'aucun des deux ne décide de franchir le pas, les deux cherchant plutôt à se fuir. Paul et Sylvia finiront tout de même par partager des moments volés.

Outre ses problèmes de cœur, une question préoccupe Paul : pourquoi s'est-il brouillé avec Frédéric Rabier, son nouveau collègue et ancien ami de la rue d'Ulm ? Incapables qu'ils sont de se parler, ils laissent grandir un malaise entre eux. Rabier, pénétré de son importance, ignore et semble mépriser Paul.

Le soir du nouvel an, Paul et toute la troupe réveillonnent chez Jean-Jacques et sa compagne Valérie. Paul et Bob échangent leurs impressions sur les filles et le premier demande à Bob de ne pas rompre avec Patricia, que celui-ci ne supporte plus, avant que lui-même puisse le faire avec Esther : Esther doit passer un important concours en mai et Paul ne veut pas la déstabiliser avant cette date. Les cousins passent donc un pacte et continuent de se confier leurs états d'âmes. En mai, Esther obtient son examen et peut commencer son école de traductrice ; Paul la quitte le jour même. Il se rapproche alors de Valérie qui l'effraie et l'attire à la fois. Confidente et manipulatrice, Valérie réussit à hameçonner Paul, malgré les mises en garde de Bob et de Nathan. Ce dernier ne soupçonne toutefois pas sa liaison ponctuelle qui perdure avec Sylvia.

Paul finit par rendre son mémoire de thèse et démissionne de ses fonctions à l'université. Esther, après une longue période de douleur réussit à faire le deuil de Paul et regarder vers le futur. Sylvia donne une dernière leçon de vie à Paul.

Distribution[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Projet et réalisation[modifier | modifier le code]

Le titre initial du film était Comment je me suis disputé avec Éric Barbier[1], réalisateur avec lequel Arnaud Desplechin a étudié à l'IDHEC[réf. nécessaire] et qui l'aurait inspiré pour le personnage de Frédéric Rabier[1]. Une décision de justice a imposé au réalisateur de supprimer cette partie laissant sous la forme de points de suspension l'aspect nominatif[2].

Le film a été tourné durant l'hiver 1994-1995 avec, selon le producteur Pascal Caucheteux, un budget proche de celui de La Sentinelle, le film précédent d'Arnaud Desplechin[3].

Interrogé sur son casting, dans ce film qui réunit un grand nombre de personnages, le réalisateur explique au moment du tournage qu'il l'a fait en cherchant la complémentarité entre les acteurs[3]. Il précise qu'il aime l'idée que les rôles soient « permutables » car, pour comprendre un personnage, il est selon lui possible d'imaginer « qu'à l'intérieur de lui il y a l'autre et réciproquement[3]. » Dans cette idée, Mathieu Amalric, qui à l'époque est encore peu connu (il avait joué le rôle d'un étudiant en médecine dans la séance d'autopsie de La Sentinelle), a reçu le scénario du réalisateur sans qu'il lui dise s'il souhaitait qu'il interprète le rôle de de Paul ou celui de Nathan (rôle qui sera finalement attribué à Emmanuel Salinger)[3].

Sorties[modifier | modifier le code]

Présentations festivalières et sorties nationales[modifier | modifier le code]

Le film est présenté pour la première au public lors de sa projection en compétition officielle au festival de Cannes en mai 1996[4]. Il est également retenu « hors-concours » au festival des films du monde de Montréal[5] ainsi qu'au festival international du film de Toronto en septembre et au festival du film de New York en octobre 1996.

Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle) fait sa sortie généralisée en France le 12 juin 1996 et durant la première semaine est vu par 46 114 personnes. Sur l'ensemble de sa période d'exploitation en salles, le film a totalisé 256 816 entrées en France[6].

Distribution en DVD et publications[modifier | modifier le code]

La cassette VHS de Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle) est publiée le 1er octobre 1997. Le DVD sort en zone 2 le 4 juin 2002 aux éditions Arte Vidéo, et en zone 1 deux ans auparavant le 5 juillet 2000, en édition simple du film agrémentée d'un entretien avec le réalisateur.

Le 9 novembre 2006, les éditions des Cahiers du cinéma publient le film dans un double DVD de la collection « Deux films de… », accompagné du film suivant du réalisateur Esther Kahn (2000). Le coffret est complété d'un entretien de vingt minutes avec Arnaud Desplechin et Emmanuel Bourdieu sur leur travail scénaristique commun ainsi que des articles de presse concernant les deux films parus dans la revue cinématographique.

D'autre part, le scénario de Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle) commenté par Arnaud Desplechin est publié, comme pratiquement tous ceux du réalisateur, dans un ouvrage aux éditions Hachette paru en juillet 1998[7].

Réception critique et publique[modifier | modifier le code]

Dans Les Inrockuptibles, Frédéric Bonnaud souligne la « densité thématique et l'épaisseur romanesque inhabituelles dans le jeune cinéma français » et suppose déjà dès sa sortie que ce sera « un grand film générationnel »[8].

Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) a réalisé 251 929 entrées en France au cours de son exploitation en salles et un total de 267 909 spectateurs en Europe[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Catégorie / Lauréat
1997 César du cinéma Meilleur espoir masculin Mathieu Amalric

Sélection et nominations[modifier | modifier le code]

Année Évènement ou cérémonie Catégorie Nommé(e)(s)
1996 Festival de Cannes Compétition pour la Palme d'or[10]
1997 César du cinéma Meilleur espoir féminin Jeanne Balibar
Meilleur espoir féminin Emmanuelle Devos

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anecdotes concernant le film sur le site d'IMDb.
  2. « Rois et reine », d'Arnaud Depleschin, devant la justice, Le Monde du 5 avril 2006
  3. a, b, c et d Carole Le Berre, « Comment Desplechin a tourné Comment je me suis disputé... », Cahiers du cinéma, no 491,‎ mai 1995, p. 38-43
  4. Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) sur le site du Festival de Cannes.
  5. Fiche du Festival des films du monde 1996 sur le site UniFrance.
  6. Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) sur le site www.jpbox-office.com
  7. Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle), Arnaud Desplechin, coll. « Scénars », éditions Hachette, (ISBN 9782012917392), 1996, 189 p.
  8. Frédéric Bonnaud, « Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle) », Les Inrockuptibles,‎ 12 juin 1996 (lire en ligne)
  9. Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) sur la base de données Lumière.
  10. Fiche du film sur le site du Festival de Cannes

Lien externe[modifier | modifier le code]