colette (boutique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 51′ 55″ N 2° 19′ 51″ E / 48.86528, 2.33083

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colette (homonymie).
Logo de la boutique
Façade du magasin.
Intérieur de la boutique en 2008.

colette Paris, habituellement orthographié en minuscules[n 1], est une boutique, un concept store de luxe, directement inspiré des concept stores Japonais, située rue Saint-Honoré, dans le 1er arrondissement de Paris.

Présentation[modifier | modifier le code]

Ouverte le 18 mars 1997 par Colette Rousseaux[1] et sa fille Sarah[2] Andelman, diplômée de l’École du Louvre, et actuelle directrice artistique de la boutique[3], son concept est d'être le point de rencontre entre la mode, le parfum et le design[4], la musique[5] et l'édition, la photo[6], la beauté et les hautes technologies. On peut y trouver également toutes sortes d'objets (jusqu'à une voiture[7]) ou d'expositions[8], pour ce magasin connu pour « susciter la rareté[3]. », avec des produits en édition limitée ou série exclusive[3].

La boutique, qui s'étend sur 700 m2 répartis sur trois niveaux[8], et disposant d'un bar à eaux (« water bar - restaurant »[9]) au sous-sol[10], a été dessinée par l'architecte français Arnaud de Montigny[11] ; son aménagement intérieur change toutes les semaines[9], ainsi que les vitrines[3], dont plus profondément en 2003[12]. Elle employait 49 personnes en 2007[13], une « centaine[3] » en 2012. colette a été entièrement rénovée deux ans plus tard[14],[15]. Elle exploite en parallèle un site de vente en ligne[16].

Régulierement,, la boutique s'associe avec d'autres marques comme Chanel, à Paris, Gap, à New York, ou Comme des Garçons à Tokyo, pour créer des magasins éphémères[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le site officiel indique clairement comme orthographe l'utilisation des minuscules[17]. Dans un entretien avec Sarah, la cofondatrice de la boutique, Vogue Paris sous-titre : « Cette marque sans majuscule […] » ; dans ce même article, à la question « Mais au fait pourquoi pas de majuscule ? » Sarah répond que c'est « pour distinguer le magasin du prénom de ma mère »[3]. D'autres articles de presse utilisent également la minuscule[18] sans que ce soit systématique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuelle Bosc, « Colette Rousseaux et Sarah Lerfel : les liens du style » Madame Figaro, 24 septembre 2010
  2. (en) Suzy Menkes, « Paris's Colette boutique celebrates its 10th birthday », dans International Herald Tribune, 26 mars 2007
  3. a, b, c, d, e, f et g Thierry Dussart (photogr. Claudia Knoepfel), « Sarah, la fée du Faubourg », Vogue Paris, no 929,‎ , p. 96 à 97 (ISSN 0750-3628)
  4. Pauline Gallard, « Murakami mangaïse Colette », Éditions Jalou,‎ (consulté le 19 décembre 2010).
  5. « Colette loves sex », darkplanneur.com, 16 décembre 2011.
  6. J.B.A., « David Mushegain expose chez Colette », Rue Royal Market,‎ (consulté le 19 décembre 2011).
  7. Cédric Pinatel, « Une Renault twizy chez Colette, ça donne ça », turbo.fr,‎ (consulté le 19 décembre 2011).
  8. a et b « Colette fête ses 10 ans », sur Tendances de Mode.com, 1er mars 2007
  9. a et b Sophie Péters, « Colette, le magasin qui est devenu une griffe », sur lesechos.fr, Groupe Les Échos,‎ (consulté le 28 avril 2013) : « Le célèbre adage selon lequel tout ce qui est rare est cher trouve ici son expression au travers d'objets en série limitée ou que l'on ne trouve pas ailleurs. L'endroit est devenu en sept ans une griffe de luxe. », p. 16
  10. Caroline Faquet, « Plongée dans le Water Bar de Colette », LSA, 1er mars 2011.
  11. (it) Maddalena Fossati, entrée « Colette », dans Guido Vergani (dir.), Dizionario della moda, Baldini Castoldi Dalai Editore,‎ (ISBN 88-8089-585-0).
  12. « Le temple colette », sur strategies.fr, Stratégies,‎ (consulté le 28 avril 2013) : « Incontournable, unique, agaçant, impressionnant... Sans jamais communiquer dans les médias, le magasin Colette s'est imposé depuis son ouverture comme l'archétype de la branchitude ultime, sans laisser personne indifférent. »
  13. Yves Mirand, « Colette, dix ans de découvertes », dans Stratégies, no 1444, 15 février 2007
  14. Aurore Leblanc, « Un coup de jeune pour la boutique colette », Mode, sur vogue.fr, Condé Nast,‎ (consulté le 1 janvier 2013) : « La boutique colette […] s'offre un relooking complet cet été. »
  15. Marie Maudieu, « Pourquoi Colette ne prend pas une ride », Design, sur strategies.fr, Stratégies,‎ (consulté le 28 avril 2013) : « Chez Colette, il y a toujours un petit quelque chose à acheter, même du superflu dont toute l'astuce consiste à faire croire qu'il est indispensable. »
  16. « Colette, le multicanal version fashion », sur Le Journal du Net, 10 octobre 2003.
  17. « Conditions générales de vente », sur sur le site officiel de la marque, colette (consulté le 1 janvier 2013) : « […] dans les rapports avec colette, les présentes […] »
  18. « Le choix de colette », sur lesechos.fr, Groupe Les Échos,‎ (consulté le 28 avril 2013) : « Cette semaine, colette notre légende nationale du « retail » […] En exclusivité chez colette. », p. 4

Liens externes[modifier | modifier le code]