Suzy Menkes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Suzy Menkes
Naissance 24 décembre 1943 (71 ans)
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Nationalité Britannique
Profession Journaliste de mode
Médias
Presse écrite The New York Times
International Herald Tribune
Condé Nast

Suzy Menkes, née le 24 décembre 1943 à Beaconsfield (Royaume-Uni)[1] est une journaliste de mode et rédactrice du journal International Herald Tribune depuis 1988 mais également du New York Times ainsi que du magazine Harper's Bazaar. À 2012, elle a écrit dans la presse plus de 1,7 million de mots, couvrant les Fashion weeks du prêt-à-porter et de la haute couture dans les capitales de la mode. En 2014, elle rejoint les éditions Condé Nast afin de collaborer à différentes éditions de Vogue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Suzy Menkes naît en Royaume-Uni ; elle précise : « Mes origines sont compliquées : à la fois française, russe, hongroise, italienne, et juive[2]. ». Elle fait ses études à la Brighton and Hove High School. Dans les années 1960, alors adolescente, elle étudie à l'École de la chambre syndicale de la couture parisienne[2],[3]. C'est en assistant à un défilé de mode de Nina Ricci que son intérêt pour la haute-couture s'éveille[2]. Après son retour de Paris, elle étudie la littérature et l'histoire britannique à l'université de Cambridge. Elle prend goût au journalisme alors qu'elle devient la première femme rédactrice en chef du journal de l'université, préférant de toutes façons la facilité du journalisme face au métier de créateur de mode[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle travaille tout d'abord pour The Times à la rubrique mode, qu'elle dirige bientôt. Elle y connaît David Spanier, son futur mari. Elle écrit plusieurs livres, notamment sur le style British Royal. Réputée incorruptible, elle renvoie systématiquement les cadeaux qu’elle reçoit de la part des bureaux de presse et des agences de mode[3]. Elle ne s'intéresse pas qu'aux grandes maisons de couture mais émet également régulièrement des avis sur de jeunes créateurs.

Elle est rédactrice du journal International Herald Tribune depuis 1988 mais également du New York Times (en tandem avec Cathy Horyn - toutes les deux remplacées en 2014 par Vanessa Friedman) ainsi que du magazine Harper's Bazaar. En 2014, elle devient rédactrice pour les différentes éditions internationales du magazine Vogue, à l'exception de sa version américaine. Elle est également chargée d'organiser la conférence annuelle sur le luxe à Condé Nast, maison mère du magazine[4],[1].

Style[modifier | modifier le code]

Suzy Menkes, avec un style journalistique rigoureux, précis[2], objectif, « juste[5] », acerbe, mais également une approche historique de la mode, est une journaliste « célèbre[N 1] », sans doute la plus respectée[3],[8] au monde et dotée d'une influence importante[3] dans son domaine. Elle n'hésite pas à critiquer les plus grands styliste ou couturiers[3] ou la tendance de la photographie de mode de rue dans les années 2010[5],[6],[9], mais également à encenser certains[3].

Son style vestimentaire est lui aussi particulièrement remarqué, parfois avec un goût douteux qu'elle reconnait[2]. Elle adopte sa signature capillaire de type « pompadour », sa « houpette »[7]. En novembre 2009, elle est apparue comme l'une des juges de la finale de l'émission de télévision Project Runway. Elle est également apparue dans la série Absolutely Fabulous, jouant son propre rôle[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est veuve, a trois enfants et cinq petits-enfants. Elle parle couramment le français[2],[1].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Préface[modifier | modifier le code]

  • Armando Chitolina (éditeur) et Matt Tyrnauer (trad. Claire le Breton, préf. Suzy Menkes), Une grande histoire italienne : Valentino Garavani, Köln, Taschen,‎ mars 2009 (1re éd. 2007), 576 p. (ISBN 978-3836503310)

Décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Nouvel Observateur la présente comme « le célèbre journaliste de mode du New York Times[6] » puis ce même magazine la nomme « la signature la plus respectée de la planète fashion[7] ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Godrey Deeny, « Le dernier défi de Suzy Menkes », Le Figaro, encart « Culture », jeudi 27 mars 2014, page 40.
  2. a, b, c, d, e, f et g Françoise-Marie Santucci, « La master classe de Suzy Menkes », Mode, sur next.liberation.fr, Libération,‎ 20 février 2012 (consulté le 27 avril 2013) : « la journaliste «fashion» du «International Herald Tribune» impose le respect à toute la planète mode »
  3. a, b, c, d, e et f « Suzy menkes (icône de mode) », sur tendances-de-mode.com,‎ 17 octobre 2008 (consulté le 27 avril 2013) : « elle édicte les tendances, distribue bons et mauvais points, enterre ou encense les collections, le tout avec une impartialité légendaire qui en fait un personnage redoutable et redouté, mais surtout unanimement respecté du monde de la mode »
  4. http://www.lexpress.fr/styles/mode/suzy-menkes-quitte-the-international-new-york-times-pour-vogue_1496858.html
  5. a et b « Vous l'avez raté? Le coup de gueule de Suzy Menkes », Mode, sur elle.be,‎ 12 février 2013 (consulté le 27 avril 2013) : « Parfois tempétueuse mais généralement juste, la rédactrice mode du «International Herald Tribune» s’est émue dimanche, en pleine fashion week new yorkaise, de la confiscation par les blogueurs et les it-boys-‘n-girls de la mode. »
  6. a et b « Mode : on univers impitoyable », Le Nouvel Observateur, no 2524,‎ 21 mars 2013, p. 33 (ISSN 0029-4713)
  7. a et b « Suzy Menkes en "Vogue" », Le Nouvel Observateur, no 2574,‎ 6 mars 2014, p. 32 (ISSN 0029-4713)
  8. « Suzy Menkes », courte biographie, sur puretrend.com (consulté le 27 avril 2013) : « Plus sérieusement, Suzy Menkes est " la Star " des premiers rangs, impératrice de la critique, journaliste mondialement respectée dans le milieu de la mode. »
  9. L'article de Suzy Menkes ayant eu un retentissement auprès des médias liés à la mode : (en) Suzy Menkes, « The Circus of Fashion », Women's fashion, sur nytimes.com, The New York Times,‎ 10 février 2013 (consulté le 27 avril 2013) : « Ah, fame! Or, more accurately in the fashion world, the celebrity circus of people who are famous for being famous. They are known mainly by their Facebook pages, their blogs and the fact that the street photographer Scott Schuman has immortalized them on his Sartorialist Web site. »
  10. (en) Gordon Sorlini, « Fashion Editor Suzy Menkes Honored », Fashion News, sur wwd.com, WWD,‎ 10 janvier 2013 (consulté le 27 avril 2013) : « Renzi described Menkes as “one of the most incredible representatives of fashion” »
  11. (en) Alicia Luba, « Suzy Menkes awarded Florence's highest honour », sur fashion.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ 10 janvier 2013 (consulté le 27 avril 2013) : « Suzy Menkes, was yesterday awarded the "Fiorino d'Oro" of the city of Florence, the historic Italian city's highest honour in recognition of her services to fashion »

Liens externes[modifier | modifier le code]