Cinéma sud-coréen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Le cinéma sud-coréen est très dynamique et est un des rares cinémas à concurrencer sur son propre sol le cinéma américain. Diverses écoles cohabitent : des films classiques, qui se fondent sur les traditions et la culture coréenne (Im Kwon-taek), et depuis une dizaine d'années, une nouvelle vague de jeunes réalisateurs, plus ancrés dans le monde moderne.

Si la majorité de la production cinématographique de la péninsule se destine à un public d'adolescents, on retient tout de même chaque année un nombre important de grands films. On comprend donc pourquoi les films sud-coréens se taillent une part de plus en plus importante dans les sélections des divers festivals internationaux.

Aperçu historique[modifier | modifier le code]

1945-1953 : la Libération et la guerre de Corée[modifier | modifier le code]

Au lendemain du départ des troupes d'occupation japonaises, en 1945, les thèmes de la résistance antijaponaise et de la révolution prolétarienne, ainsi que la critique des archaïsmes sociaux, dominent dans les « films de la Libération » produits dans le sud de la péninsule coréenne[1].

La plupart des films de la période 1945-1950 ont toutefois disparu pendant la guerre de Corée (1950-1953), période pauvre du point de vue de la création cinématographique.

1953-1962 : « premier âge d'or » du cinéma sud-coréen[modifier | modifier le code]

Affiche du film Hwanghon yeolcha réalisé par Kim Ki-young en 1957.

La période 1953-1962 est considérée comme un premier « âge d'or » du cinéma sud-coréen : la tutelle du ministère de l'éducation est moins lourde que celle du ministère de la défense, et le régime d'exonérations fiscales encourage la création cinématographique. Les studios d'Anyang, près de Séoul, sont, lors de leur inauguration, les plus grands d'Asie. Les principales universités ouvrent des départements de cinéma.

Plusieurs des producteurs formés durant la période suivant la guerre de Corée ont inspiré le cinéma sud-coréen actuel : Yu Hyon-mok, Sin Sangok, Kim Su-yong et Kim Ki-young.

Les films sud-coréens participent aux festivals internationaux de Berlin, de San Francisco et de Sydney, ainsi qu'au festival du cinéma asiatique.

1962-1980 : la reprise en main par les militaires[modifier | modifier le code]

Le coup d'État du général Park Chung-hee en 1961 se traduit par une promulgation l'année suivante d'une loi très restrictive sur les conditions de création cinématographique : l'exercice de leurs activités par les sociétés de production est soumis à une autorisation gouvernementale qui, en fixant un quota de productions annuelles de 15 films par an, et des conditions minimales de taille des sociétés, entraîne une concentration du secteur de la production.

Le cinéaste et vidéaste Nam June Paik choisit alors de s'exiler aux États-Unis.

Les mélodrames de cette période répondent à la politique dite des « trois S » : screen, sex and sport (écran, sexe et sport). La censure se renforce après la proclamation de l'état d'urgence en 1972, en interdisant les films contenant une critique sociale et politique.

En dépit de ces contraintes, certains films des années 1970, dans des versions amputées par la censure (et considérées comme mutilées par leurs auteurs), sont toutefois devenus des classiques du cinéma coréen, tels que La Marche des imbéciles de Ha Kil-chong et La Route de Nampo de Yi Man-hui.

1980-1988 : déréglementation et essor de la liberté de création[modifier | modifier le code]

De la répression du soulèvement de Kwangju, en 1980, jusqu'aux débuts de la libéralisation politique, à partir de 1987-1988, la déréglementation permet l'essor de nouvelles sociétés de production, ainsi que des coopérations avec d'autres cinémas asiatiques, de la République populaire de Chine (RPC), de Hong Kong et de Taïwan.

La génération d'étudiants en lutte contre la dictature militaire utilise le cinéma comme moyen d'expression : les collectifs « Yallasong » et « Changsan Kotmae », d'inspiration marxiste, diffusent leurs films via les circuits privés des campus. Leurs idées s'inspirent de la notion de « cinéma ouvert » développée par le critique Chang Sonu.

Le cinéma sud-coréen depuis 1988[modifier | modifier le code]

La libéralisation politique après 1988 a levé les contraintes formelles à la liberté de création et de production : plusieurs producteurs, naguère clandestins, créent leur propre société. Toutefois, le soutien public à la création n'encourage pas les films tendant à une critique sociale, dans un marché national largement ouvert aux multinationales étrangères.

La nouvelle vague du cinéma sud-coréen[modifier | modifier le code]

À la fin de la dictature, les réalisateurs sud coréens vont être confrontés à la réticence du public envers les films tendant à une critique sociale. De ce fait, de plus en plus de jeunes réalisateurs vont passer par les films de genre afin de se libérer des traumatismes dus aux années de sacrifice que représente l'après-guerre sud-coréen. De ce mouvement insolite et de plus en plus populaire, vont se manifester des réalisateurs comme Park Chan-wook, qui est aujourd'hui considéré comme une vraie star dans son pays.

Très souvent issus de la KAFA (Korean Academy of Film Arts), ces réalisateurs vont révolutionner le paysage cinématographique de leur pays grâce à des films revisitant le film de genre et créer un nouvel engouement national autour du septième art, rendant certains réalisateurs plus célèbres que leurs acteurs, ce qui est, en Occident tout simplement impensable.

Une vraie famille du cinéma sud-coréen va se former autour de réalisateurs comme Park Chan-wook, Kim Jee-woon ou encore Bong Joon-ho, pour être considérée aujourd'hui comme la nouvelle vague des enragés du cinéma sud-coréen qui, par le biais de films parfois gores et malsains, vont réussir à critiquer une société en pleine mutation et en quête d'identité.

Situation économique[modifier | modifier le code]

Le cinéma sud-coréen bénéficie de mesures de protection : les salles doivent avoir un film coréen à l'affiche au moins 40 % de l'année. Mais aujourd'hui, la part de marché du cinéma coréen en Corée du Sud dépasse les 50 %. Depuis 1998, des négociations avec les États-Unis visent à supprimer ou au moins réduire cette part de la production nationale dans la programmation des salles coréennes, sans aboutir. Les États-Unis sont très hostiles au droit national sud-coréen, qui a toutefois pu être maintenu grâce à une forte mobilisation des cinéastes coréens[2].

Le gouvernement sud-coréen a annoncé, le 23 octobre 2006, un plan de soutien financier à l'industrie nationale du film, comportant notamment l’amélioration des infrastructures cinématographiques, la formation de personnel et la promotion des films sud-coréens à l’étranger[3].

Diffusion internationale[modifier | modifier le code]

Le cinéma sud-coréen remporte par ailleurs un succès croissant à l'étranger, notamment dans les autres pays asiatiques. Cependant, son importance au sein de l'actuelle vague coréenne hallyu (ou nouvelle pop culture coréenne) est relativement moindre, comparée aux succès énormes des artistes musicaux et des séries télévisées venus de Corée du Sud. Par exemple, l'acteur sud-coréen le plus populaire au Japon (essentiellement parmi les femmes de plus de 50 ans) est Bae Yong-joon, l'acteur principal de la série télévisée Sonate d'hiver (2004).

Quelques films célèbres[modifier | modifier le code]

1993[modifier | modifier le code]

1998[modifier | modifier le code]

1999[modifier | modifier le code]

2000[modifier | modifier le code]

2001[modifier | modifier le code]

2002[modifier | modifier le code]

2003[modifier | modifier le code]

2004[modifier | modifier le code]

2005[modifier | modifier le code]

2006[modifier | modifier le code]

2007[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

2009[modifier | modifier le code]

2010[modifier | modifier le code]

2011[modifier | modifier le code]

2012[modifier | modifier le code]

2013[modifier | modifier le code]

Artistes[modifier | modifier le code]

Réalisateurs[modifier | modifier le code]

Beaucoup de réalisateurs coréens ont été formés à la KAFA, l'Académie coréenne des arts du film.

Acteurs[modifier | modifier le code]

Actrices[modifier | modifier le code]

Principales distinctions[modifier | modifier le code]

Festivals et récompenses de cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La principale référence utilisée pour ce paragraphe est : Antoine Coppola, Le Cinéma sud-coréen : du confucianisme à l'avant-garde, éditions L'Harmattan, 1996. ISBN : 2-7384-4876-3. Lire notamment le chapitre premier « Pouvoir politique et industrie cinématographique jusqu'en 1988 ».
  2. voir l'article de Brice Pedroletti du Monde
  3. Ambassade de la République de Corée en France

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Listes et catégories[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Adrien Gombeaud, Séoul cinéma : les origines du nouveau cinéma coréen, Paris, L'Harmattan, 2006, 184 p.
  • (fr) Antoine Coppola, Le Cinéma sud-coréen : du confucianisme à l'avant-garde : splendeurs et misères du réalisme dans le nouvel ordre spectaculaire, Paris, L'Harmattan, 1997, 223 p. (ISBN 2-7384-4876-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :