Mother (film, 2009)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mother.

Mother

Titre québécois Mère
Titre original 마더, Madeo
Réalisation Bong Joon-ho
Scénario Bong Joon-ho
Park Eun-kyo
Acteurs principaux

Kim Hye-ja
Won Bin

Sociétés de production Barunson
Pays d’origine Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Genre drame
Sortie 2009
Durée 128 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mother ou Mère au Québec (hangeul : 마더 ; RR : Madeo) est un film dramatique sud-coréen écrit et réalisé par Bong Joon-ho, sorti en 2009.

Il a été présenté en compétition dans la sélection Un certain regard au Festival de Cannes

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une veuve en Corée du Sud vit avec son fils unique de 28 ans, Yoon Do-joon, déficient mental léger, souffre-douleur de ses camarades de classe, qui est sa seule raison de vivre. Son fils, compte tenu de sa situation, de ses relations et de la précarité de son milieu, a souvent, semble-t-il, des démêlés avec la police. Un jour, une jeune fille est retrouvée morte et, malgré le combat de sa mère, Yoon Do-joon est jugé coupable et l'affaire se retrouve très vite classée. La mère va alors partir à la recherche du vrai meurtrier pour prouver coûte que coûte l'innocence de son fils que rien ne prouve.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit globalement de très bonne critique presse. Sur AlloCiné, le film obtient une note moyenne presse de 4.4/5[réf. nécessaire]. Le Monde souligne que « la comédie, la chronique sociale, le récit policier s'y entremêlent avec un art virtuose, quoique discret, sans équivalent dans le cinéma contemporain »[réf. nécessaire], pour les Inrockuptibles, c'est « un mélo original (…) [où] Bong Joon-ho ne cesse d'égarer son spectateur sans jamais le perdre, formidable paradoxe »[réf. nécessaire], ou encore Le Parisien conclut que « cette histoire d'amour fusionnel, monstrueux même, oscille entre le tragique et le comique, tout en ménageant un suspense formidable »[réf. nécessaire]. Les critiques réservés soulignent une mise en scène au rythme lent, comme dans le Journal du dimanche qui souligne « une mise en place un peu lente »[réf. nécessaire], ou encore Première « assez vite, un malaise s'installe, avec l'impression de plus en plus pesante que le soin apporté à la réalisation cache un besoin de tourner autour du pot, faute de substance »[réf. nécessaire].

Liens externes[modifier | modifier le code]