Chieti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chieti
Blason de Chieti
Héraldique
Drapeau de Chieti
Drapeau
Cathédrale de Chieti
Cathédrale de Chieti
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Abruzzo.svg Abruzzes 
Province Chieti 
Code postal 66100
Code ISTAT 069022
Code cadastral C632
Préfixe tel. 0871
Démographie
Gentilé teatini, chietini
Population 53 937 hab. (31-12-2010[1])
Densité 930 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 21′ 00″ N 14° 10′ 00″ E / 42.35, 14.1666742° 21′ 00″ Nord 14° 10′ 00″ Est / 42.35, 14.16667  
Altitude Min. 330 m – Max. 330 m
Superficie 5 800 ha = 58 km2
Divers
Saint patron San Giustino di Chieti
Fête patronale 11 mai
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Abruzzes

Voir sur la carte administrative des Abruzzes
City locator 14.svg
Chieti

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Chieti

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Chieti
Liens
Site web http://www.comune.chieti.it/

Chieti (prononcé /'kjɛti/) est une ville italienne d'environ 54 400 habitants, chef-lieu de la province de même nom, dans la région Abruzzes en Italie méridionale.

Elle se trouve sur une colline, assez proche de la mer Adriatique. Sa station ferroviaire, située en contrebas, s’appelle Chieti Scalo (escale). C’est une ville de l’Antiquité dont la fondation remonte à une période antérieure à Rome (peuplée alors de Sabins).

Géographie[modifier | modifier le code]

S’étendant sur une colline en forte pente, à 330 m au-dessus du niveau de la mer, elle en est éloignée de 15 km, entre la vallée du fleuve Aterno-Pescara et le torrent Alento. Un panorama permet de voir les massifs de la Maiella et du Gran Sasso ainsi que des collines agricoles, recouvertes de vignes et d’oliveraies. Mais ce n’est pas seulement une région agricole, avec un développement accéléré de type industriel, aux pieds de la ville (dans la zone de Chieti Scalo notamment).

Histoire[modifier | modifier le code]

Appelée durant l’Antiquité Teate, Chieti a été la capitale du peuple Marrucino et, en étant proche de Rome avec laquelle elle s’allia contre Hannibal, Pyrrhus et Persée roi de Macédoine, à Pidna. Après les guerres sociales au sein de la Ligue italique, elle fit définitivement partie de l’Empire romain et devenue ville, acquit rapidement une grande prospérité économique (familles liées au commerce avec Rome comme les Vettii et les Orsinii). Un certain Asinio Pollione, historien et lettré, devint un intime d’Auguste et un ami de Virgile — on lui attribue l’ouverture de la première bibliothèque publique de l’histoire humaine. C’est à cette époque ancienne que remontent l’organisation urbaine de Teate — dont il reste le tracé des voies orthogonal ainsi que quelques ruines comme les temples du forum, assez bien conservés, et une citerne (thermes), ainsi qu’un théâtre et un amphithéâtre, récemment découverts.

Sa décadence date de la fin de l’Empire où, après avoir été presque entièrement détruite par les Goths, elle fut opprimée par les Byzantins et incluse, par les Lombards dans le duché de Spolète, puis dans celui de Bénévent avant de devenir un comté sous les Normands avec le contrôle d’un territoire couvrant presque toute la région des Abruzzes. Elle retrouva un certain lustre sous les Anjou et plus encore sous la couronne d’Aragon qui en firent la capitale des Abruzzes et lui concédèrent la possibilité de frapper monnaie.

Au XVe siècle, Chieti voit surgir de nombreuses œuvres architecturales qui en renouvèlent l’aspect, la Tour de l’Archevêché, et la modernisation des principales églises fondées au siècle précédent : la cathédrale Saint-Justin, Sainte-Marie de la Civitella, Saint-François et Saint-Augustin. Mais c’est au XVIe siècle que la ville atteint sa physionomie actuelle en raison du pouvoir ecclésiastique, le développement des ordres religieux, un séminaire du Diocèse, l’arrivée des Jésuites et des Scolopi qui y créèrent des collèges, centres de culture. Le nom de la ville devint célèbre en raison de saint Gaëtan Thiene, cofondateur de la congrégation homonyme avec Giampero Carafa, archevêque de Chieti, devenu pape Paul IV. Il faudrait également citer saint Camille De Lellis, fondateur des Chierici Regolari degli infermi et père Alessandro Valignano, un jésuite missionnaire en Chine, Inde et Japon. Son développement est également florissant au XVIIIe siècle grâce aux réformes de Charles III de Bourbon.

L’unité nationale permit le développement urbain, grâce à la gare ferroviaire du Scalo.

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

En sus des déjà évoqués monuments classiques, Chieti revendique un patrimoine architectural médiéval parmi lequel émerge le campanile de la Cathédrale (1355) et sa crypte romano-gotique, l’ordre supérieur de saint François avec les rayons du XIVe siècle ainsi que les portails gothiques de Sainte-Marie de la Civitella et de Saint-Antoine Abbé mais aussi les portails de Sainte-Agathe et de la Porte Pescara, qui illustrent bien l’architecture ogivale des Anjou. Sont également remarquables les nombreuses statues en bois des XIVe et XVe siècle conservées dans le musée du Diocèse ainsi que le riche dépôt de parchemins et de codes enluminés des Archives historiques de la Curie épiscopale.

Université[modifier | modifier le code]

L’Ud’A, ou université Gabriele D'Annunzio a été créée en 1965 comme Libre Université publique. Rebaptisée en 1982, la G. d’Annunzio se déploie entre Chieti et la ville voisine de Pescara (15 km) avec d’autres sites pour les activités de recherche et de formation dans les provinces de ces deux villes (Lanciano, Torre de' Passeri, Torrevecchia Teatina, Vasto). Le siège légal est à Chieti (rectorat et direction générale). Le sceau de l’Université représente, de façon stylisée, la tête de Minerve, placée sur un chapiteau simple sur lequel est écrit « Università degli Studi G. d’Annunzio ».

Personnalités[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
19 avril 2005 29 mars 2010 Francesco Ricci Centre-gauche  
29 mars 2010 en cours Umberto Di Premio PDL  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Bascelli, Brecciarola, Buonconsiglio-fontanella, Carabba, Cerratina, Colle dell'ara, Colle Marcone, Crocifisso, De Laurentis Vallelunga, Filippone, Fonte Cruciani, Iachini, La Torre, Madonna del Freddo, Madonna della Vittoria, Santa Filomena, Selvaiezzi, Vacrone Cascini, Vacrone Colle San Paolo, Vacrone Villa Cisterna, Vallepara, Villa Obletter, Villa Reale, San Salvatore

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bucchianico, Casalincontrada, Cepagatti (PE), Francavilla al Mare, Manoppello (PE), Pescara (PE), Ripa Teatina, Rosciano (PE), San Giovanni Teatino, Torrevecchia Teatina

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.

Liens externes[modifier | modifier le code]