Canne flèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canne.

La canne flèche (Gynerium sagittatum), est une grande plante herbacée de la famille des Poaceae, pouvant atteindre et dépasser cinq mètres de hauteur. C'est une espèce particulièrement vigoureuse, qui se développe en peuplements très denses. Elle appartient à la sous-famille des Panicoideae. Elle est connue en Amérique latine sous les noms de Caña brava (Pérou), Canna frecha, Frecheira (Brésil), Caña de flecha (Paraguay), Cañaflecha (Colombie), chuchío (Bolivie). En Guyane, elle est appelée roseau à flèche par les créoles, "wɨwa" par les wayãpi.

Description[modifier | modifier le code]

Les tiges sont droites et verticales ; la partie inférieure est recouverte par la base des feuilles dont les limbes sont tombés, tandis que dans la partie supérieure, les feuilles sont disposées éventail. C'est une plante dioïque, dont les hampes florales peuvent amener la plante jusqu'à plus de 9 m de hauteur sur les rives de l'Ucayali (Pérou).

Répartition[modifier | modifier le code]

Présente dans les zones désertiques de la côte péruvienne, on la trouve également dans les zones inondables amazoniennes, sur les plages sableuses, où elle fait ainsi preuve d'une plasticité écologique remarquable, ainsi que l'a décrit Lamotte[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

La tige de la hampe florale du "roseau à flèches" est employée par les populations amérindiennes de Guyane pour la confection des flèches pour la chasse et la pêche. En Colombie c'est utilicé dans l'élaboration artisanale, avec ses fibres torsadées, des objets comme des tapis, des paniers et des chapeaux. Les fibres sont obtenues de la nervure centrale des feuilles, au moyen d'un processus complexe.

C'est la matière première dans la fabrication du "sombrero vueltiao", un symbole par excellence de la culture côtière colombienne.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sandrine Lamotte. Essai d'interprétation dynamique des végétations en milieu tropical inondable. Haute Amazonie. Doctorate of Biogeography, Sciences Univ. Montpellier, 423 p. Publ. IRD, 1993).

Référence[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]