Diécie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La diécie (par opposition à monoécie) est l'arrangement des organes reproducteurs des plantes dioïques dont les individus sont strictement monosexués, ou monogames, c'est-à-dire que chaque pied ne porte que des fleurs soit mâles (staminées), soit femelles (pistillées).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Diécie vient du latin botanique dioecia, formé à partir du grec ancien di, deux et oikia, maison, habitat.

Variantes[modifier | modifier le code]

Toutes ces variantes sont dites de type polymorphique :

  • Dioïque stricte : fleurs uniquement femelles et uniquement mâles sur des pieds différents ;
  • Gynodioïque : fleurs hermaphrodites et fleurs uniquement femelles sur des pieds différents ;
  • Androdioïque : fleurs hermaphrodites et fleurs uniquement mâles sur des pieds différents ;
  • Trioïque : fleurs hermaphrodites, fleurs uniquement femelles et fleurs uniquement mâles sur des pieds différents.

Avantages/inconvénients génétiques[modifier | modifier le code]

Un avantage de la monoécie est une reproduction facilitée, puisqu'elle peut se réaliser entre deux sujets quelconques géographiquement proches, voire au sein d'un même sujet s'il relève d'une espèce comportant des fleurs mâles et des fleurs femelles sur le même plant.

Cependant, un inconvénient est le risque d'appauvrissement du patrimoine génétique si la reproduction se fait trop souvent au sein d'une population limitée.

À l'inverse, la diécie présente l'inconvénient d'une reproduction plus difficile, étant donné qu'elle requiert obligatoirement un contact entre deux sujets de sexe différent. Cependant, elle a l'avantage de favoriser la diversification du patrimoine génétique.

Bien qu'on observe la diécie sur des plantes très anciennes (Ginkgo biloba, Cycas revoluta…), cela ne signifie pas que ce soit une propriété archaïque puisqu'elle est observée sur quelques espèces récentes de plantes à fleurs (Angiospermes).

Quelques exemples[modifier | modifier le code]

Les Gymnospermes et plus particulièrement les Conifères sont pratiquement tous monoïques, à l'exclusion de l'If commun (Taxus baccata L.), Taxacées. Pour les autres familles, on peut citer :

  • le Ginkgo biloba L., (Ginkgoacées) : dans les villes, seuls sont plantés des sujets mâles car la femelle donne des fruits à odeur nauséabonde ;
  • le Cycas du Japon (Cycas revoluta), une plante tropicale parfois cultivée dans les jardins méditerranéens comme faux-palmier ;

La plupart des Angiospermes sont monoïques ou hermaphrodites, portant généralement des fleurs elles-mêmes hermaphrodites, plus rarement des fleurs unisexuées, mâles et femelles, sur le même pied.

Seules 4 % sont dioïques. En voici quelques-unes :

Concernant les espèces cultivées pour leur production de fruits (palmier-dattier, actinide…), la diécie conduit à planter une très forte majorité (95 à 99 %) de plants femelles pour augmenter la production, en intercalant judicieusement les plants mâles.

Remarque : il est important de noter que le Ginkgo biloba et les Cycas n'appartiennent pas aux Gymnospermes dans certaines classifications, mais sont regroupés dans l'embranchement des Préspermaphytes, du fait qu'ils ne produisent pas encore de graines à proprement parler mais simplement des ovules. Néanmoins, la ressemblance quasi parfaite de l'ovule, de par son tégument épais, avec une graine, amène à tolérer le fait que ces espèces puissent être rattachées aux Spermaphytes, dans le sous-embranchement des Gymnospermes.

La Catégorie:Plante dioïque est destinée à présenter une liste de ces plantes (genres ou espèces).

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références/notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]