Céline Bara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bara.

Céline Bara

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Céline Bara

Naissance 9 septembre 1978 (36 ans)
Antony, France
Nationalité Drapeau de la France France
Conjoint
Cyrille Bara
Caractéristiques physiques
Taille 1,68
Yeux Noirs
Cheveux Brun
Carrière

Céline Bara, née Céline Ingrid Szumigay[1],[2] le 9 septembre 1978 à Antony, est une actrice, productrice pornographique et politicienne[3] française d'origine mauricienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Céline Bara est née à Antony et a vécu toute son enfance et son adolescence en banlieue parisienne à Bondy, puis à Montrouge. Élevée dans la religion catholique et, selon ses propres termes, dans l'intégrisme catholique[4], elle voue dès son plus jeune âge une haine farouche à l'encontre de toutes les religions contre lesquelles elle se bat aujourd'hui encore.

Après avoir épousé à 19 ans son cousin Cyrille Bara, elle fréquente les clubs libertins de la capitale puis auditionne pour des films X. En deux ans elle tourne près de 160 films, obtient une nomination au Hot d'or 2000 comme Starlette de l'année[5] et crée avec son mari Cyrille Bara sa société de production et d'édition de magazines comme Bara mag, Bara DVD ou encore Bara Libertine[6] en s'associant à Pascal Morvillez directeur de la société Telsev (Fantas). Après son retour des États-Unis, et avoir été récompensée par le « Viewer choice » d'Adult star Magazine, elle enchaîne les émissions de télé telles que Hot Talk, Combien ça coûte ?, Sans aucun doute, Paris Dernière, Ça me révolte![7] quand suite à des désaccords profonds et des réductions budgétaires elle décide de se séparer de son associé Pascal Morvillez mettant ainsi un terme à Bara production. Après une violente altercation avec HPG les époux Bara sont arrêtés, incarcérés à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis puis condamnés à 4 ans de prison[8] pour agression avec préméditation[9] . Libérée en 2002 après 19 mois d'incarcération elle fonde, avec Cyrille Bara, l'association Athéus qui vise à rassembler des personnes athées puis l'ORA (Organisation Radicale Athéiste)[10].

En 2007 elle crée le Céline Bara Studio, société de production de films et de spectacle de striptease[11], publie sa biographie, romancée par Cyrille Bara, La sodomite[12], et achève en 2008 le tournage de son 180e film Au nom du fist. Après avoir sortie en 2009, pour ses dix ans de carrière, l'anthologie de ses plus grandes scènes elle provoque une petite révolution dans le milieu du X en janvier 2010 en inaugurant, pour le lancement de son film Star Trik, le concept de la gratuité totale[13] dans le porno. Ce film, ainsi que le reste du catalogue du Céline Bara Studio, étant mis à la disposition de tous en téléchargement gratuit sur son site.

Toujours en 2010, elle apparait dans le premier porno-animé Céline Bara vs Satan[14], un court métrage mélangeant prise de vue réelle et animation et entièrement réalisé, image par image, par Cyrille Bara.

En août 2010 elle provoque la polémique en révélant dans son interview Uncensored Bara[15] les pratiques proche du proxénétisme qui, selon elle, ont cours dans le milieu de la pornographie française et principalement dans la presse spécialisée.

En 2011 Céline et Cyrille Bara publient une bande dessinée, Barasutra[16] illustrée et scénarisée par Cyrille Bara, qui parodie les mangas japonais les plus hard en plaçant Céline Bara au centre de la fantasmagorie débridée de son époux dans une suite de quarante tableaux provocants[17].

Actrice considérée comme hardcore (fist vaginal, anal, double pénétration) et adepte du barebacking (tournages non protégés), Céline Bara revendique une homosexualité qui s'est révélée à elle tout au long de sa carrière. Elle est aujourd'hui la seule actrice pornographique à avoir refusé de porter un pseudonyme et à utiliser son vrai nom.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

En septembre 2012, à l'occasion de la sortie de son dernier film Baradoxal sexuality, Céline Bara annonce sur son site qu'elle met un terme définitif[18] à sa carrière[19] d'actrice pornographique refermant ainsi un chapitre de sa vie qui l'aura vu tourner près de 190 films en 13 ans de carrière (1999-2012).

Politique[modifier | modifier le code]

Le 21 juillet 2011, Céline Bara annonce officiellement sa candidature aux élections législatives de 2012 en Ariège[20] dans la 1re circonscription[21] et le lancement d'un nouveau parti d'extrême gauche le MAL (Mouvement Antithéiste et Libertin)[22]. Ce parti ayant pour but de mobiliser les personnes athées et antithéistes, de défendre les libertés individuelles des citoyens, les droits des membres de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bi et transsexuel), le droit à la différence, le droit à une liberté sexuelle absolue ainsi que le principe d'égalité entre les races et entre les sexes.

Elle demande également le rétablissement de la peine de mort à la demande du condamné[23] et la stérilisation à la naissance des handicapés mentaux et physiques en cas de risque de transmission du handicap à l'enfant[24].

Elle a d'ailleurs réaffirmé à cette occasion son athéisme convaincu en se faisant officiellement débaptiser[25] puis en présentant son calendrier antithéiste, BARA KIRI[26], à l’occasion des commémorations religieuses de la fin d'année 2011.

Le lundi 14 mai 2012 Céline Bara dépose officiellement sa candidature[27] à la préfecture de Foix et celle-ci est définitivement validée par le ministère de l'intérieur le 18 mai 2012.

Cette validation provoque d’ailleurs un véritable buzz médiatique puisque ce sont des dizaines d'articles[28] dans les plus grands quotidiens nationaux[29] qui sont consacrés à la candidature atypique de cette ancienne star du X reconvertie dans la politique. Le journal Libération allant même jusqu'à lui consacrer le portrait du jour[30] dans son édition du 31 mai 2012.

Céline Bara est éliminée le 10 juin au premier tour des législatives en réalisant un score de 1,58 %[31] réalisant ainsi la performance de devancer les deux candidates de l'extrême gauche traditionnelle, NPA et Lutte Ouvrière, ainsi que la candidate d'alliance-écologiste-indépendante. Elle réalise par la même occasion une percée à 6,69 %[32] dans son village de Bélesta en se plaçant quatrième derrière le PS, l’UMP et le FN mais devant le candidat du Front de Gauche.

Ses comptes de campagnes étant invalidés par le Conseil constitutionnel le 8 février 2013, Céline Bara est déclarée inéligible pour une période de trois ans à compter de cette décision (décision n°2012-4756 AN[33]).

En octobre 2013 Céline Bara est exclue des deux principaux réseaux sociaux, Facebook et Twitter, pour christianophobie[34], islamophobie et antisémitisme suite à ses déclarations ultra violentes appelant à éradiquer[35] toutes les religions[36]. Ses propos étant accompagnés de caricatures[37], réalisées par Cyrille Bara, la mettant en scène en train d'humilier les prophètes des trois grandes religions monothéistes.

En réponse elle lance MAL Magazine[38] le 25 décembre 2013. Un webzine bimensuel gratuit, tout autant pornographique que politique, dans lequel elle et son époux laisse libre cours à leur haine du religieux, sans la moindre auto-censure, dans tout ce qu'elle a de plus excessive et de plus crue.

Lutte contre l'épilation[modifier | modifier le code]

Céline Bara est également une farouche militante de la lutte contre l'épilation intégrale devenue à ces yeux un véritable dictat religieux et machiste destiné à infantiliser les femmes et à réveiller les plus bas instincts pédophiles de la gent masculine. Cette mode aurait été selon elle importé en France des États-Unis par l'industrie de la pornographie dans le courant des années 90 pour servir les intérêts des multinationales de la cosmétique[39]. Céline Bara a toujours refusé de se conformer à la norme et n'a jamais accepté de raser son intimité tout au long de sa carrière. Elle appuie dorénavant ses revendications en ayant également totalement cessé de s'épiler les aisselles[40].

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Céline Bara », sur celinebara.free.fr (consulté le 22 août 2013)
  2. « Céline Bara Studio », sur france-pro.fr (consulté le 22 août 2013)
  3. « Actrice X aux législatives : "Je fais des libertés sexuelles mon combat" », sur francesoir.fr (consulté le 22 août 2013)
  4. Interview Skik
  5. Nominations Hot d'or 2000 source AVN
  6. Dossier de presse
  7. Céline Bara à la télévision
  8. Marianne2
  9. Vengeance hard Liberation.fr
  10. Site officiel Organisation Radicale Athéiste
  11. La Dépêche du Midi
  12. La Sodomite ,le livre
  13. Céline et Cyrille Bara l'interview
  14. Céline Bara vs Satan
  15. Uncensored Bara l'interview
  16. Barasutra dans Hot vidéo
  17. Barasutra dans X-intime
  18. Biographie de Céline Bara
  19. X-intime : Céline Bara fin de carrière
  20. Céline Bara se lance en politique
  21. Sexe et élections, Hot Vidéo septembre 2011
  22. Le MAL
  23. Programme du MAL
  24. Francetv.
  25. Céline Bara, La débaptisation
  26. BARA KIRI dans Hot Vidéo
  27. Du X à la chambre des députés
  28. Le dossier de presse du MAL
  29. Céline Bara dans France soir
  30. Libération, de MAL en Mieux
  31. L'express, résultats législatives Ariège
  32. L'express, résultats législatives Bélesta
  33. Décision n°2012-4756 AN du Conseil Constitutionnel
  34. Céline Bara, le tréfonds de la christianophobie
  35. NDF, Céline Bara appelle à éradiquer les religions
  36. Civis 2.0, Le cas Céline Bara
  37. Caricatures antithéistes de Cyrille Bara
  38. Mal Magazine n°1, Janvier 2014
  39. Les 400 culs, Épilation: mode ou dictature
  40. Interview Céline Bara interview Poil à Gratter
  41. Bara Sex Dance, X-intime
  42. BARASUTRA

Liens externes[modifier | modifier le code]