Bromont-Lamothe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bromont et Lamothe.
Bromont-Lamothe
Le viaduc de la Sioule qui passe sur le territoire communal.
Le viaduc de la Sioule qui passe sur le territoire communal.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Pontgibaud
Intercommunalité Communauté de communes Pontgibaud Sioule et Volcans
Maire
Mandat
Jean-Claude Grange
2014-2020
Code postal 63230
Code commune 63055
Démographie
Population
municipale
974 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 28″ N 2° 49′ 12″ E / 45.8411111111, 2.8245° 50′ 28″ Nord 2° 49′ 12″ Est / 45.8411111111, 2.82  
Altitude Min. 574 m – Max. 906 m
Superficie 38,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bromont-Lamothe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bromont-Lamothe

Bromont-Lamothe est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Bromont-Lamothe fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu est connu anciennement sous la forme Bromo (1266-1383), Bramo (1403), puis Broumon[1]. Ce fief obtient le titre de vicomté à partir des années 1450. Son château se situait a priori sur le village voisin de Lamothe, dont le toponyme seul est évocateur. Aucune trace n’en est visible aujourd’hui sur le terrain, mais il était encore bien conservé en 1799, lorsque Jacques-Antoine Dulaure en fit le croquis dans son carnet de voyage[2].

Aux XIIIe et XIVe, les seigneurs de Bromont étaient les La Roche. Leur descendante, Louise de la Roche épousa, en 1431, Guillaume Reynaud de Cordeboeuf qui vendit cette terre, en 1446, à Jean de Langeac, sénéchal d’Auvergne, ancêtre de Marie de Langeac, qui porta Bromont en mariage, en 1563, à Claude II de Beaune, seigneur de Rioux. Christophe de Beaune, son fils, lieutenant-général de la Basse-Auvergne, en hérite. Il meurt en 1662, au château de Lamothe. En 1772 la famille de Beaune vend le vicomté de Bromont à Claude de Bosredon, seigneur de Combrailles et dernier seigneur de Bromont en 1789.

Il y avait à Bromont un prieuré de bénédictins, uni au couvent des bénédictins de Montferrand en 1347, et qui passa au Petit-Séminaire de Clermont en 1748. L’église, orientée nord-sud, a été rebâtie au XIXe siècle à l’emplacement de la précédente, qui datait, selon Ambroise Tardieu, du XIe et avait déjà été agrandie au XIIIe siècle. La chapelle servant actuellement de salle d’exposition, à côté de l’église actuelle, est supposée être le chœur de la première église. Le cimetière se trouvait à l’origine autour de l’église, il a été déménagé dans le cimetière actuel dans les années 1950. Mr Bouyon, ancien receveur de l’enregistrement, nous indique en 1826[3] que dans Bromont « on trouve chaque jour des cercueils d’une seule pièce, en pierre volcanisée, qui se taille avec la hache ». Cette description n’est pas sans rappeler les sarcophages en trachyte (ou domite) que l’on trouve jusqu’en Limousin, au Haut Moyen Âge.

Les Communes de La Goutelle et de Bromont-Lamothe ne faisaient qu’une jusqu’en 1872, date de leur séparation en deux communes distinctes. 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu mars 2014 Jean-Claude Grange[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Bromont-Lamothe comptait 974 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 656 1 832 2 592 2 795 3 091 3 131 3 114 3 157 3 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 064 2 811 2 843 1 833 1 883 1 850 1 770 1 727 1 723
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 669 1 560 1 511 1 209 1 125 1 055 985 931 880
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
805 721 731 736 779 766 904 943 974
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Robert Bresson, cinéaste, né à Bromont-Lamothe le 25 septembre 1901, mort en 1999.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Moggio Udinese (Italie), dans le Frioul.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tardieu 1882: TARDIEU (A.) - Pontgibaud en Auvergne. La ville, le château, le comté, les mines. Paris, Le Livre d'Histoire - Lorisse, 1882 (réimp. 1992), 144 p. (coll. Monographie des villes et villages de France, dirigée par M.-G. Micberth). ISBN 2-87760-888-3.
  2. Dulaure 1799: DULAURE (J.-A) - Carnet de voyage. Excursions en Auvergne. ms, conservé à la bibliothèque du patrimoine, Clermont-Ferrand (MS 619).
  3. Bouyon 1826 : BOUYON (Ch.) - De quelques antiquités trouvées dans le canton de Pont-Gibaud, département du Puy-de-Dôme, et recueillies sur place au moment de la découverte. Mémoires de la Société Royale des Antiquaires de France, 1ère série, 7, 1826, pp. 220-225.
  4. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]