Gelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gelles
L'église Saint-Georges du village de Gelles.
L'église Saint-Georges du village de Gelles.
Blason de Gelles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Orcines
Intercommunalité Communauté de communes de Rochefort-Montagne
Maire
Mandat
Luc Gourdy
2014-2020
Code postal 63740
Code commune 63163
Démographie
Gentilé Gellois
Population
municipale
901 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 13″ N 2° 45′ 50″ E / 45.7702777778, 2.7638888888945° 46′ 13″ Nord 2° 45′ 50″ Est / 45.7702777778, 2.76388888889  
Altitude Min. 690 m – Max. 1 044 m
Superficie 47,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Gelles

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Gelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gelles

Gelles est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne. Ses habitants sont appelés les Gellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Région : Auvergne Département : Puy-de-Dôme

Elle se situe dans la région naturelle des Combrailles, à la limite du parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Puys[modifier | modifier le code]

  • Puy de Banson - 1 044 m
  • Puy de Boucaud - 1 035 m
  • Puy des Bruyères - 889 m
  • Puy des Chabannes - 802 m
  • Puy Chalus - 776 m
  • Puy de Lauradoux - 952 m
  • Puy de Neuffont - 964 m
  • Puy de la Vialle - 955 m

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Gelles est limitrophe de neuf autres communes dont une, Olby, par un simple quadripoint.

Communes limitrophes de Gelles
Cisternes-la-Forêt Bromont-Lamothe Saint-Pierre-le-Chastel
Prondines Gelles Mazaye,
Olby
Heume-l'Église Perpezat Saint-Pierre-Roche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Gelles, la commune est composée de 28 hameaux : Augère, Banson, les Boucheaux, Brigaudix, Commeaux, la Croix, Hyvon, Labbas, les Madras, Magnol, la Miouze, Monges, le Montel, Mont la Côte, la Narse, Neuffont, Pidouze, la Prade, les Quintins, Rochette, Say, Say-Soubre, Tracros, Vareilles, la Vendeix, la Vergne, Villatiers, Villevieille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2001 Georges Gourdy    
mars 2001 avril 2014 Alain Faure    
avril 2014 en cours Luc Gourdy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 901 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 747 1 497 1 926 1 746 2 018 1 970 1 925 1 939 1 925
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 866 1 815 1 863 1 856 1 901 2 038 1 863 1 785 1 743
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 684 1 643 1 638 1 469 1 415 1 407 1 382 1 301 1 199
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 165 1 127 1 047 1 025 983 911 917 915 909
2011 - - - - - - - -
901 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux églises : l'église Saint-Georges, connue dès 1165[3] et l'église Saint-Jean, du village de Monges, construite au début du XXe siècle, qui a succédé à une première église, connue en 1246[4]. De nombreuses croix monumentales ont été érigées sur le territoire communal[5].

Dans différents hameaux, on trouve des traces du passé :

  • un pigeonnier à Say-Soubre,
  • des lavoirs aux Quintins et à Villatiers,
  • une fontaine à Mont-la-Côte,
  • des fours à pains à Tracros, à Magnol,
  • des bacs à Villevieille, à Commeaux, à Say,
  • des entraves à Vareilles et à Say.

Les hommes ont aussi transformé le paysage en créant des étangs :

  • l'étang de Banson (1980),
  • l'étang Michelin (1980),
  • l'étang Chambon (1970-1975).

Il y a aussi des curiosités naturelles :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Rémy Julienne, célèbre cascadeur, a vécu au château de Neuffont à Gelles.
  • Bernard Planche, ex-otage en Irak et né à Clermont-Ferrand, il avait été placé en famille d'accueil à l'âge de 8 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]