Dimitri Ivanovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dimitri Ivanovitch
par Mikhaïl Nesterov (1899)
Musée Russe, Saint-Pétersbourg

Dimitri Ivanovitch, né le 19 octobre 1582 et mort le 15 mai 1591 à Ouglitch, également connu comme le tsarévitch Démétrius, le tsarévitch Dimitri, Dmitri d'Ouglitch ou Dmitri de Moscou, (en russe : Дмитрий Иванович, Дмитрий Угличский, Дмитрий Московский) est un tsarévitch russe, le plus jeune fils d'Ivan le Terrible et de Maria Fiodorovna Nagaïa, sa sixième ou septième femme. Il vécut seulement huit ans, mais sa mort fut à l'origine d'une crise dynastique et politique (temps des troubles) qui dura plus de vingt ans après sa mort.

Il fut canonisé en 1606 et est aujourd’hui célébré tous les 28 mai.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la mort d'Ivan IV, il devient le seul représentant de la maison des ruriks avec son frère aîné, Fédor Ier. Cependant, du fait qu'il soit né du sixième mariage de son père, il est considéré comme illégitime par l'église orthodoxe qui n'autorise que trois mariages. Il est de fait exclu qu'il puisse monter sur le trône. Les règles de l'État russe voulaient que ce soit Boris Godounov, un boyard ayant des prétentions sur le trône de Russie, qui règne.

En 1584, Godounov envoie Dimitri et sa mère en exil à Ouglitch. Là bas il est considéré comme le prince du comté d'Ouglitch et bénéficie d'une cour. Officiellement il obtient un héritage mais dans les faits, les autorités craignaient qu'il devienne le centre de ralliement de tous les mécontents du Tsar officiel.

Cette version est corroborée par le fait que le prince ne reçut, outre une partie des revenu du comté, aucun "héritage". Le pouvoir réel appartient en réalité à des "gens de service" envoyés de Moscou, et dirigés par Mikhaïl Bitiagovski.

Selon une version postérieure, Godounov voulait se débarrasser de Dimitri, qui aurait pu monter sur le trône, car Fédor souffrait de stérilité.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Traduction partielle de Wikipedia (en)