Bakel (Sénégal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bakel.
Bakel
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Tambacounda
Département Bakel
Maire
Mandat
Aminata Diallo
2009-2014
Démographie
Gentilé Bakelois
Population 12 751 hab. (est. 2007)
Densité 3 188 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 54′ 02″ N 12° 27′ 23″ O / 14.90056, -12.4563914° 54′ 02″ Nord 12° 27′ 23″ Ouest / 14.90056, -12.45639  
Altitude 27 m
Superficie 400 ha = 4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Bakel

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Bakel

Bakel est une ville du Sénégal oriental, située à proximité des frontières avec la Mauritanie et le Mali.

Histoire[modifier | modifier le code]

« Diobé, chef de Bakel, et ses principaux notables » (1887-1888)
« Une rue de Bakel après les travaux de voirie et les plantations ordonnées par le colonel Galliéni »

En 1854, Faidherbe y fit construire un fort qui abrite aujourd'hui les autorités locales.

L'explorateur français René Caillié y aurait fait étape lors de son voyage vers Tombouctou. Depuis sa demeure perchée sur une colline (la « montagne centrale »), on découvre un panorama sur la vieille ville.

En avril 1886, a lieu la bataille de Bakel. Le marabout Mamadou Lamine Dramé est vaincu par le roi Moussa Molo allié aux Français.

En 2003, le Pavillon René Caillé, le fort, les trois tours militaires et le cimetière des circoncis ont été inscrits sur la liste des Monuments historiques[1]. Cependant le Pavillon, qui abrite aujourd'hui une famille bakeloise, souffre d'un état de délabrement avancé.

Administration[modifier | modifier le code]

Bakel a été érigé en commune en 1960[2].

C'est le chef-lieu du département de Bakel, dans la région de Tambacounda.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Korera, Lekselba, Boutanda, Alahina, Bema, Moribougou, Diaguili, Koungani et Tourimé. Dakar, la capitale, se trouve à 687 km[3].

Physique géologique[modifier | modifier le code]

Bakel est située le long du fleuve Sénégal, au milieu de buttes rocheuses. Le climat y est très chaud et aride, et le sable très présent. Trois grandes unités géomorphologiques recouvrent le territoire du département :

  • les plateaux du continental terminal (correspondant aux 2/3 ouest du département),
  • la zone de socle (correspondant au tiers est du Département)
  • les alluvions des vallées du Sénégal et de la Falémé (à la frontière est du Département). Ces grandes unités déterminent de façon très nette les potentialités de mise en valeur du Département.

Population[modifier | modifier le code]

Lors des recensements de 1988 et 2002, Bakel comptait respectivement 7 659 et 10 653 personnes.

En 2007, selon les estimations officielles, la population s'élèverait à 12 751 habitants.

La population est principalement d'origine sarakholée, c'est-à-dire soninkée, mais Pulaars, Wolofs et Bambaras sont aussi représentés.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Maures traitant de la gomme à l'escale de Bakel (gravure de 1890)

Sous la période coloniale, la ville constitua une étape majeure de l'avancée française en Afrique noire. Elle devint assez prospère grâce au commerce de la gomme et de l'arachide.

Transports[modifier | modifier le code]

Bakel possède un aéroport (code AITA : BXE).

Personnalités nées à Bakel[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Apt (France)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 27 mars 2003 Ministère de la Culture et des Loisirs
  2. Loi no 60-025 du 1er février 1960 promulguée par le décret no 60-074/sg du 17 février 1960
  3. Dakar et ses environs, carte 1/16 000, édition 2007-2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Aprin, Développement et résistance paysanne : le cas des Soninkés de Bakel (Sénégal), Éditions de l'IFAN, 1980.
  • Jacques Constantin Beaumont, Deux mots sur la topographie médicale du Fort de Bakel, Royaume de Galam, Paris, 1834, 18 p. (Thèse)
  • Adama Cissokho, L’impôt colonial dans le cercle de Bakel : 1895-1939, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 2001, 86 p. + ann. (Mémoire de Maîtrise)
  • Amadou Diallo, L’éducation en milieu sooninké dans le cercle de Bakel : 1850-1914, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1994, 36 p. (Mémoire de DEA)
  • Joseph Kerharo, « La pharmacopée sénégalaise : note sur quelques traitements médicaux pratiqués par les Sarakolé du Cercle de Bakel », Bulletin et mémoires de la Faculté mixte de médecine et de pharmacie de Dakar, t. XII, 1964, p. 226-229
  • Abdou Khadre Tandia, Bakel et la pénétration française au Soudan (1866-1896), Université de Dakar, 1972, 144 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Abdou Karim Tandjigora, Évolution économique du cercle de Bakel (1918-1946), Université de Poitiers, 2001, 130 p. (Mémoire de DEA)
  • Théodore Verdier, Contributions à la géographie médicale : Étude sur le poste de Bakel (Haut-Sénégal), Moquet, 1876.
  • Henri L. Zion, Le poste de Bakel à l’époque du gouverneur Faidherbe, 1855-1865, Université de Dakar, 1968, 227 p. (Mémoire de Maîtrise)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il y avait aussi le roi de Gadiaga Ibrahima Diaman Bathily qui s'est suicidé. Aujourd'hui son fils Mountaga Bathily vit á Bargny avec sa famille. Les enfants de Mountaga Bathily sont: Tidiane, Hadietou,Aichatou,Maimouna,Yahya, Bintou,Mariame,Tabara,Moulaye,Mohammed... Sa fille Aichatou Bathily a 5 enfants:Fatima, Doro et Mandiou (jumeaux),Alimatou et Yahya. Sa fille Maimouna Bathily a 4 enfants :Ousmane,Aichatou,Mountaga et Sofia.