Bafoulabé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bafoulabé
Statue de Mali Sadio, sur la place centrale de Bafoulabé
Statue de Mali Sadio, sur la place centrale de Bafoulabé
Administration
Pays Mali Mali
Région Kayes
Cercle Bafoulabé
Maire Kandé Doucouré (Adéma-Pasj)
élu(e) en 2009[1]
Démographie
Population 19 955 hab. (2009)
Population précédent recensement 15 385 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 2.4 %
Géographie
Coordonnées 13° 48′ 00″ N 10° 50′ 00″ O / 13.8, -10.833333 ()13° 48′ 00″ Nord 10° 50′ 00″ Ouest / 13.8, -10.833333 ()  
Altitude 83 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Bafoulabé

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Bafoulabé

Bafoulabé est une ville et une commune rurale du Mali, chef-lieu de cercle, dans la région de Kayes, en pays Khasso. Elle est située à 400 km au nord-ouest de Bamako.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située de part et d’autre du fleuve Sénégal[2].

Les deux rivières Bafing et Bakoye se rejoignent pour former le fleuve Sénégal. En bambara, Bafoulabé signifie « rencontre de deux fleuves ». À 90 km, sur le Bafing, se trouve le barrage hydroélectrique de Manantali. Le réseau hydrographique comprend également des rivières, des marigots et des mares[2].

Le climat est de type sahélien avec une alternance d'une saison froide de novembre à février, d'une saison chaude allant de mi-février à mi-juin et d'une saison des pluies (hivernage) de juin en octobre. La pluviométrie moyenne annuelle est de 900 mm[2].

La végétation est composée d’arbustes et d’arbres (rônier, baobab, raphia, karité, duguto, néré) [2].

Le relief est constitué de plaines, de plateaux, de collines et de montagnes. Les sols sont de 3 types : limono-sablonneux, argileux et sablo-limoneux [2].

La commune compte 14 373 habitants en 2001, essentiellement des Khassonkés, mais également des Peuls et des Soninkés[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bafoulabé est le premier cercle créé au Soudan français par le colonisateur en 1887. Il est placé sous le commandement du Français Cauchon. Les Français y installent une des premières écoles coloniales. Dans cette école ont été formés plusieurs haut responsables maliens qui ont œuvré pour l’indépendance du Mali, comme Fily Dabo Sissoko ou Mamadou Konaté[3].

La commune de Bafoulabé a été créé par la loi du par le regroupement de 28 villages qui constituaient l’ancien arrondissement de Bafoulabé[4]

Économie et transports[modifier | modifier le code]

Déplacement avec les ânes à Bafoulabé

L’activité principale est l’agriculture. Les principales productions sont le sorgho, le mil, le riz, le fonio, le maïs, la patate douce, le haricot, l’arachide, le coton et les cultures maraîchères (oignon, tomate, aubergine). L’élevage, principalement des bovins, ovins, caprins, et volailles est également très pratiqué[2].

La cueillette, la pêche le long du fleuve Sénégal en toute saison, la chasse, surtout pendant la saison sèche sont également pratiquées pour une consommation locale[2].

Les artisans (forgerons, cordonniers, potiers et tisserands) produisent essentiellement pour le marché local. Le commerce est peu développé[2].

Le réseau routier (notamment les routes Bafoulabé–Kayes et Bafoulabé-Diakon), sont difficilement praticables. La commune est donc enclavée[2].

Bafoulabé possède un petit aéroport (code ICAO: GABF).

Culture[modifier | modifier le code]

Bafoulabé est connu pour la légende de Mali Sadio ou Mali-cajo. Plusieurs versions existent. Un hippopotame (mali en bambara) aurait passé un pacte avec une femme enceinte. Après la naissance, l’hippopotame et la petite fille Sadio, seraient amis. Mais un jour l’hippopotame a été tué, par des habitants du village jaloux. Selon d’autres versions, l’hippopotame, amis des villageois et notamment des enfants a été tué par le colon français Cauchon. Cette légende est racontée et chantée par les griots et repris par de nombreux chanteurs maliens[5]

Éducation[modifier | modifier le code]

Sur le plan de l’éducation, la commune bénéficie de 14 écoles fondamentales de premier cycle et trois de second cycle[2].

Politique[modifier | modifier le code]

Année Maire élu Parti politique
2004 Makan Diakité CNID
2009 Kandé Doucouré Adéma-Pasj[6]

À l’élection communale de 2009, le Cnid est arrivé en tête avec 6 élus, suivi de l’Adéma-Pasj 5 élus, la liste UDD-BDIA, celle de l’URD et celle du Codem, deux élus chacune. Les listes RPM, PSP, PDIS, SADI et indépendante n’ont eu aucun élu[7]. Kandé Doucouré (Adéma-Pasj a été élu maire[6]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations sur les élus », sur Ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales,‎ 12 août 2009 (consulté le 18 mars 2010)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k République du Mali, Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA), Plan de sécurité alimentaire de la commune rurale de Bafoulabé 2007-2011, décembre 2006 [1]
  3. Sadou Bocoum L’histoire de Bafoulabé : Une ville abandonnée, Soir de Bamako, 18 juin 2008 [2]
  4. Loi no 96- 059/AN- RM du 4 novembre 1996 portant création des communes, cité dans : République du Mali, Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA), Plan de sécurité alimentaire de la commune rurale de Bafoulabé 2007-2011, décembre 2006
  5. Littérature Il était une fois Mali Sadio…, Le Républicain, 26 septembre 2005 [3] ; Sadou Bocoum, Mali-sadio ou Mali-cajo ? Une histoire à plusieurs interprétations, Soir de Bamako, 18 juin 2008 [www.maliweb.net/category.php?NID=32460]
  6. a et b Liste des élus 2009 sur le site du ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales http://www.matcl.gov.ml/IMG/pdf/ListeElus2009.pdf, consulté le 3 septembre 2009
  7. Résultat des élections communales du 26/04/2009, sur le site du ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, [4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]