Cercle de Kita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kita
Cercle de Kita.
Cercle de Kita.
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Kayes
Chef-lieu Kita
Communes[1] Badia, Bendougouba, Benkadi Founia, Boudofo, Bougaribaya, Dindenko, Djidian, Djougoun, Gadougou 1 et 2, Guémoukouraba, Kassaro, Kita, Kita-Nord, Kita-Ouest, Kobri, Kokofata, Kotouba, Koulou, Kourounnikoto, Madina, Makano, Namala Guimba, Niantanso, Saboula, Sébékoro, Séféto-Nord, Séféto-Ouest, Senko, Sirakoro, Souransan-Tomoto, Tambaga et Toukoto
Démographie
Population 434 379 hab.[2] (2009)
Coordonnées 13° 15′ N 9° 20′ O / 13.25, -9.333333333333313° 15′ Nord 9° 20′ Ouest / 13.25, -9.3333333333333  

Le cercle de Kita est une collectivité territoriale du Mali dans la région de Kayes.

Il compte 33 communes : Badia, Bendougouba, Benkadi Founia, Boudofo, Bougaribaya, Dindenko, Djidian, Djougoun, Gadougou 1 et 2, Guémoukouraba, Kassaro, Kita, Kita-Nord, Kita-Ouest, Kobri, Kokofata, Kotouba, Koulou, Kourounnikoto, Madina, Makano, Namala Guimba, Niantanso, Saboula, Sébékoro, Séféto-Nord, Séféto-Ouest, Senko, Sirakoro, Souransan-Tomoto, Tambaga et Toukoto.

Géographie et environnement[modifier | modifier le code]

Le conseil des ministres a adopté le 3 février 2010 deux projets de décret portant classement des réserves de faune du Mandé-Wula et du Néma- Wula dans le Cercle de Kita, avec pour objectif de contribuer à la protection des grands mammifères qui peuplent ces zones dont certaines espèces sont en voie de disparition et à la conservation de leur habitat. Il vise en outre à contribuer au développement du tourisme de vision de la nature et du tourisme cynégétique[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loi N°99-035 du 10 août 1999 portant création des collectivités territoriales de cercles et de régions
  2. « Résultats provisoires du Recensement général de la population et de l'habitat 2009 », sur Institut national de la statistique (Mali),‎ 2010 (consulté le 18 mars 2010)
  3. Communiqué du Conseil des Ministres du 3 février 2010, publié dans L’essor, 4 février 2010 [1]