Böblingen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Böblingen
Böblingen
Blason de Böblingen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Baden-Württemberg.svg Bade-Wurtemberg
District
(Regierungsbezirk)
District de Stuttgart
Arrondissement
(Landkreis)
Böblingen
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
Böblingen centre, Dagersheim
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Wolfgang Lützner
Partis au pouvoir CDU
Code postal 07031
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
08 1 15 003
Indicatif téléphonique 71001–71034
Immatriculation BB, LEO
Démographie
Population 46 491 hab. (31 déc. 2008)
Densité 1 191 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 08″ N 9° 00′ 55″ E / 48.6856, 9.0153 ()48° 41′ 08″ Nord 9° 00′ 55″ Est / 48.6856, 9.0153 ()  
Altitude 464 m
Superficie 3 904 ha = 39,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Böblingen

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Böblingen
Liens
Site web www.boeblingen.de/

Böblingen est une ville allemande du Land de Bade-Wurtemberg, à environ 20 km au sud-ouest de Stuttgart. C'est un chef-lieu d'arrondissement et après Sindelfingen, la deuxième plus grosse ville de son arrondissement. Sa conurbation avec Sindelfingen en fait un centre régional. La ville a été classée chef-lieu principal (Grosse Kreisstadt) au 1er février 1962.

Géographie[modifier | modifier le code]

Böblingen, bâtie à flanc de coteau, se trouve au nord-est du plateau qui forme un bras de la forêt domaniale du Schönbuch. Le nord de la Forêt-Noire n'est qu'à une demi-heure de route de Böblingen, et le Jura souabe à environ 40 minutes.

Villes voisines[modifier | modifier le code]

Les villes suivantes, de l'est à l'ouest et dans le sens des aiguilles d'une montre, touchent les faubourgs de Böblingen :
Leinfelden-Echterdingen (arrondissement d'Esslingen) ainsi que Schönaich, Holzgerlingen, Ehningen et Sindelfingen (toutes situées dans l'arrondissement de Böblingen).

Quartiers[modifier | modifier le code]

Böblingen, outre son centre-ville, s'est vue rattacher le quartier de Dagersheim suite à la réforme régionale du 1er septembre 1971. Dagersheim élit un conseil local et un représentant au conseil municipal de Böblingen. On distingue encore parfois et pour des raisons historiques certains îlots du centre-ville, comme Tannenberg, Rauher Kapf et Diezenhalde, mais leurs limites mêmes sont devenues assez floues de nos jours.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Böblingen avec la ville voisine de Sindelfingen forme une agglomération urbaine importante au sein du district de Stuttgart. Cette agglomération comporte, outre Böblingen et sa voisine, les bourgs d'Aidlingen, d' Altdorf-bei-Böblingen, Ehningen, Gärtringen, Grafenau, Hildrizhausen, Holzgerlingen, Magstadt, Schönaich, Steinenbronn, Waldenbuch (siège des chocolats Ritter Sport!) et Weil im Schönbuch.

Le centre-ville, bâti à flanc de coteau, s'agrémente de nombreux escaliers...

Histoire[modifier | modifier le code]

Eu égard à sa fondation récente, l'histoire de Böblingen n'est guère fournie, mais elle est néanmoins intéressante.

La fondation de la ville ne remonte en effet qu'à l'année 1272, date à laquelle la ville devint le siège d'une branche de la lignée des comtes palatins de Tübingen. Le plan de la ville : un demi-ovale autour de la motte féodale, avec la place du marché de forme allongée desservie par des ruelles y concourant à angle droit, est redevable de ces premiers princes.

En réalité, les restes d'un mammouth témoignent de la présence humaine sur le site de la ville au paléolithique (vers 25 000–20 000 av. J. C.). Des traces d'habitat et des tombes à tumulus fournissent aussi des vestiges de l'Âge du bronze (vers 1100 av. J. C.) et de l'âge du fer (Hallstatt tardif et période de La Tène vers 400 av. J. C.). Les premières mentions écrites ne datent que du Moyen Âge, vers 1100 ap. J. Chr.: „Bebelingen“ est donné pour le nom d'un lignage alaman. La finale en -ingen du toponyme de Böblingen est d'ailleurs typiquement alémanique, tandis que la première partie du toponyme provient d'un nom : « Bobilo ».

Dès le XIVe siècle, le règne des comtes palatins de Tübingen arriva à terme : la décadence économique força la branche des Böblingen à céder la ville en 1344 (soit 1357) aux comtes de Wurtemberg. Böblingen fut à partir de cette date le siège d'un bailliage local du Wurtemberg, l'«Oberamt».

Le château fut le centre autour duquel la ville se développa jusqu'en 1945. On trouve les premières mentions du château-fort en 1302, bien que des vestiges de céramique montrent une activité locale entre le VIIe siècle et le IXe siècle. C'est au XVe siècle que le château connaît son apogée : Böblingen est alors le fief des veuves de la Maison de Wurtemberg. Deux de ces comtesses veuves participèrent à la prospérité de la ville : la comtesse Mathilde de Palatinat, mère du comte Eberhard le Barbu, et Barbara de Gonzague, comtesse de Mantoue, veuve de ce même Eberhard. Ces deux femmes firent de la petite ville d'agriculteurs qu'était alors Böblingen un haut-lieu de l'humanisme et de la Renaissance dans le Saint-Empire.

Böblingen peu avant la Seconde Guerre mondiale.

Mais la vie à Böblingen ne fut pas toujours rose : le 12 mai 1525 la ville fut le théâtre d'un des épisodes les plus sanglants de la guerre des paysans. Dans leur combat pour la justice et la liberté, 15 000 paysans du Wurtemberg, de la Forêt-Noire et de l'Hegau furent massacrés par les chevaliers de la ligue de Souabe menés par George III, « écuyer tranchant » de Waldburg. Les archives du « musée national de la guerre des paysans » de Böblingen conservent de nombreux témoignages de cette répression.

La ville, avec une production polyvalente dès le début du XIXe siècle, joua un rôle moteur dans la Révolution industrielle en Allemagne. Le laboratoire des pharmacies Bonz s'imposa au cours de cette période comme un des centres actifs de la synthèse chimique, particulièrement dans le domaine des narcotiques, et les ateliers de mécaniques Wagner, spécialisés dans les presses hydrauliques, les métiers à tisser et les machines à vapeur, servirent de vitrine à la production manufacturière du Wurtemberg. L'impulsion décisive vint pour l'industrie de Böblingen de l'arrivée du chemin de fer en 1879, qui permit l'introduction de nouvelles industries.

Pendant la Première Guerre mondiale, les autorités inaugurèrent le 16 août 1915 l'aérodrome militaire. Ce choix eut une importance particulière pour le développement économique de la ville, faisant en 1925 de l'aérodrome de Böblingen l'aéroport régional du Wurtemberg. Un pionnier de l'aviation, le Dr Hanns Klemm (1885–1961) décida pour cette raison d'établir en 1926 ses ateliers (la « Leichtflugzeugbau Klemm ») près de l'aéroport. Jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette entreprise fut le principal employeur de Böblingen.

Le centre-ville après les bombardements des 7 et 8 octobre 1943.

L'attaque aérienne de la Royal Air Force dans la nuit du 7 au 8 octobre 1943 fut la plus rude épreuve de la ville au cours de son histoire, avec de très nombreuses victimes ; la plus grande partie du centre ville, ainsi que la cathédrale, le château et l'hôtel de ville furent réduits en cendres. Les bombardements ultérieurs firent qu'à la fin des hostilités, environ 40 % du patrimoine bâti avait disparu, laissant 2 000 personnes sans abri.

Après la réforme monétaire du 20 juin 1948, la reconstruction fut rapide. La population tripla en seulement deux décennies (1950 : 12 600 ; 1970 : 37 500). L'installation d'industries américaines innovantes comme IBM (1949) et Hewlett-Packard (1959) ainsi que la persistance de sous-traitants nombreux qui survécurent au premier choc pétrolier de 1973, permit un développement parallèle de l'économie et de la démographie.

La population de Böblingen dépassa les 20 000 habitants en 1957, ce qui détermina la municipalité à postuler pour l'attribution du statut de ville principale d'arrondissement, qui lui fut effectivement accordée par le gouvernement de Bade Wurtemberg le 1er février 1962. L'unification avec l'agglomération voisine de Sindelfingen au début des années 1970 échoua par suite de l'opposition d'une majorité des habitants. Böblingen a organisé un festival horticole régional en 1996, aménageant pour cette occasion de nombreux espaces verts dans le centre-ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les chiffres de population sont tantôt des estimations, des résultats de recensement (¹) ou des données fournies par différentes administrations (seuls les résidents sont comptés).

Année Population
1598 ca. 800
1654 628
1803 2 125
1823 2 549
1843 3 504
1861 3 287
1er décembre 1871 3 826
1er décembre 1880 ¹ 4 365
1er décembre 1890 ¹ 4 659
1er décembre 1900 ¹ 5 303
1er décembre 1910 ¹ 6 019
16 juin 1925 ¹ 7 227
16 juin 1933 ¹ 7 998
Année Population
17 mai 1939 ¹ 12 560
1946 10 809
13 septembre 1950 ¹ 12 601
6 juin 1961 ¹ 25 366
27 mai 1970 ¹ 35 925
31 décembre 1975 40 547
31 décembre 1980 41 505
27 mai 1987 ¹ 42 589
31 décembre 1990 44 903
31 décembre 1995 46 516
31 décembre 2000 45 637
31 décembre 2005 46 381

¹ Vcompte de recensement

Monuments[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Böblingen est jumelée avec les villes suivantes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :