Électorat de Wurtemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Électorat de Wurtemberg
Kurfürstentum Württemberg (de)

18031806

Informations générales
Capitale Stuttgart
Prince-électeur
1803-1806 Frédéric II

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'électorat de Wurtemberg ou principauté-électorale de Wurtemberg (en allemand : Kurfürstentum Württemberg) était un territoire du Saint-Empire romain germanique.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'électorat est créé par le recès de la diète perpétuelle d'Empire du 25 février 1803 qui élève le duc de Wurtemberg, Frédéric II, au rang de prince-électeur[1].

Un traité signé à Brünn (Brno), le 11 décembre 1805, érige l'électorat en royaume. Le 1er janvier 1806, Frédéric II prend le titre de roi.

Composition[modifier | modifier le code]

Le recès de 1803 attribua à l'électeur cinq voix viriles au collège des princes :

  • une voix pour le duché de Wurtemberg ;
  • trois nouvelles voix :
    • deux pour Teck et Tübingen ;
    • un voix pour Zwiefalten
  • la voix de la prévôté sécularisée d'Ellwangen.

L'électorat peut ainsi être considéré comme l'union personnelle de cinq états impériaux immédiats.

Territoire[modifier | modifier le code]

Par le traité signé à Paris, le 20 mai 1802, le duc de Wurtemberg renonce à ses possessions situées sur la rive gauche du Rhin.

En compensation, le recès de la diète d'Empire lui attribue les territoires suivants :

  • la prévôté d'Ellwangen ;
  • les chapitres, abbayes et couvents de Zwiefalten, Schönthal, Comburg, Rottenmünster, Heiligkreuztal, Oberstenfeld, Margrethausen et tous ceux situés dans ses nouvelles possessions ;
  • le village de Dürrenmettstetten (aujourd'hui, un quartier de Sulz) ;
  • les villes impériales de Weil, Reutlingen, Esslingen, Rottweil, Giengen, Aalen, Hall, Gmünd et Heilbronn.

Par le traité signé à Presbourg, le 26 décembre 1805 (5 nivôse an XIV), l'empereur cède à Frédéric II :

  • les cinq villes dites du Danube, à savoir : Ehingen, Munderkingen, Riedlingen, Mengen et Sulgau ;
  • le Haut- et Bas-comté de Hohenberg ;
  • le landgraviat de Nellenbourg et la préfecture d'Altdorf, la ville de Constance exceptée ;
  • la partie du Brisgau enclavée dans les possessions wurtembergeoises et située à l'est d'une ligne tirée du Schlegelberg à la Molbach ;
  • les villes de Willingen et Brentingen.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. § 31 : « La dignité électorale est accordées à l'archiduc grand-duc. Elle est accordée également au margrave de Bade, au duc de Wurtemberg, et au landgrave de Hesse-Cassel qui, pour le rang, alterneront entr'eux d'après les strophes établies au collège des princes, et pour leur introduction observeront les formalités d'usage. À l'extinction de la maison de Hesse-Cassel, le titre électoral passera à la maison de Hesse-Darmstadt ».