Association ouvrière des compagnons du devoir du tour de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Association ouvrière des compagnons du devoir du tour de France

Logo de l’association
Cadre
But Association à but non lucratif Pour la formation des jeunes et la promotion des métiers
Zone d’influence France et mondiale
Fondation
Fondation 1941[1]
Fondateur Jean Bernard
Identité
Siège 1 pl St Gervais - 75001 Paris, Île-de-France, France
Président Michel Guisembert, Premier Conseiller
Slogan Soyez de ceux qui construisent l'avenir !
Site web www.compagnons-du-devoir.com
Le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Pays * Drapeau de la France France
Région * Europe et Amérique du Nord
Liste Liste représentative
Fiche 00441
Année d’inscription 2010
* Descriptif officiel UNESCO
Clocher de la maison des compagnons de Nantes.

L'association ouvrière des compagnons du devoir et du tour de France (AOCDTF[2] ou AOCDD ou AOCDDTF) est une association loi de 1901 destinée à la formation et à l'apprentissage de plusieurs métiers artisanaux suivant les traditions du compagnonnage.

Son objet est de permettre à chacun et chacune de s'accomplir dans et par le métier dans un esprit d'ouverture et de partage.

Son slogan est : « Soyez de ceux qui construisent l'avenir ! »

Ces filières, qui n'ont aucun équivalent dans les lycées professionnels de l'Éducation nationale, donnent les ouvriers les plus habiles et les plus savants[réf. nécessaire] dans vingt-cinq métiers différents.

Formation[modifier | modifier le code]

D’un niveau scolaire généralement équivalent à celui d’une fin de classe de troisième lors de leur admission (15 % des postulants sont bacheliers), les apprentis suivent pendant deux ans une formation par alternance. Pendant six semaines consécutives, ils travaillent en entreprise puis retrouvent le Centre de formation d'apprentis (CFA) pendant deux semaines. L’entreprise formatrice reste la même durant toute la durée de l’apprentissage, jusqu'à l'obtention du CAP (Certificat d'aptitude professionnelle) ou BEP (Brevet d'études professionnelles selon les métiers).

L'obtention de ce diplôme permettra aux jeunes qui le souhaitent de s'engager sur le Tour de France, (par le biais d'une « adoption », prenant alors l’appellation d'« aspirant » - au titre de Compagnon), afin de se perfectionner au cours de leur voyage.

En effet, on ne devient pas compagnon sans avoir voyagé et le voyage reste l’une des principales caractéristiques de la formation proposée par les Compagnons du devoir. Les futurs compagnons appelés « Itinérants » vont d’entreprise en entreprise, de ville en ville, de région en région, de pays en pays, parfaire leurs connaissances professionnelles. Actuellement, les compagnons du devoir sont présents dans 45 pays des cinq continents, même si l'expression « Tour de France » reste toujours utilisée par tradition. Cette expérience humaine leur permet d’acquérir adaptabilité et ouverture d’esprit. Au terme de leur Tour de France d’une durée de trois à six ans, les jeunes sont invités à présenter un travail de réception ou « chef d’œuvre » aux compagnons de leur corporation afin de devenir compagnon. Une carrière prometteuse s’ouvre alors à eux en tant que salarié ou entrepreneur.

La trentaine de CFA des compagnons du devoir dispensent une formation initiale dans les métiers de la métallurgie, de la construction, de l’agencement et décoration, de l’alimentation, du cuir et du textile[3] :

Débouchés[modifier | modifier le code]

Le compagnonnage se présente comme un tremplin pour s'accomplir tant dans l'artisanat que dans l'entreprise[4].

Les ouvriers qui ont fait le compagnonnage sont extrêmement recherchés[5] y compris dans la grande industrie : biscuiterie, automobile, industrie mécanique…

Il est possible de préparer une licence professionnelle en alternance avec les Compagnons du Devoir, (diplôme de niveau II, équivalent Bac+3), c'est une des concrétisations de la grande école des Hommes de métier en compagnonnage.

Après avoir fini leur tour de France, de plus en plus de compagnons complètent avec un diplôme d’ingénieur, via la VAE ou avec une autre école.

Les Chiffres[modifier | modifier le code]

En 2006, elle comptait plus de 8 000 jeunes[6], dont deux tiers d'apprentis.

En 2011, il y avait[réf. nécessaire] :

  • 10 000 jeunes en formation.
  • plus de 3 000 jeunes en perfectionnement sur le tour de France ;
  • 60 pays accessibles sur les 5 continents, la liste augmentant chaque année ;
  • 378 jeunes dans le monde en 2011, l'AOCDTF s'impose comme le leader européen en termes de mobilité dans la formation professionnelle ;
  • 94 % des apprentis ont un emploi après leur formation ;
  • 88 % de réussite au CAP grâce à un accompagnement personnalisé ;
  • 38 000 entreprises partenaires.

Compagnonnage patrimoine immatériel de l’humanité[modifier | modifier le code]

« Le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier » a été inscrit en novembre 2010 par le Comité intergouvernemental de l'UNESCO sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les compagnons du devoir, Tout savoir sur les compagnons du devoir, Librairie du Compagnonnage,‎ 1er juin 2006, 223 p. (ISBN 2901362621)
  • François Icher, Le compagnonnage, l'amour de la belle ouvrage, éditions Gallimard, coll. « Découvertes »
  • François Icher, La France des compagnons Éditions La Martinière,
  • François Icher, Les Compagnonnages et la société française au XXe siècle, histoire, mémoire, représentations, Éditions Grancher,
  • François Icher, Petit dictionnaire du compagnonnage, Éditions Desclée de Brouwer,
  • Étienne Martin-Saint-Léon, Le Compagnonnage, son histoire, ses coutumes, ses règlements et ses rites,
  • Émile Coornaert, Les compagnonnages en France, du Moyen Âge à nos jours, Les Éditions ouvrières,
  • Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand, Ils voyageaient la France. Vie et traditions des Compagnons du tour de France au XIXe siècle, Livre de Poche, Hachette.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]