Arc (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 33′ 46″ N 6° 12′ 13″ E / 45.56278, 6.20361

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arc.
l'Arc
L'Arc sous les Forts de l'Esseilon, près d'Aussois.
L'Arc sous les Forts de l'Esseilon, près d'Aussois.
Cours de l'Arc sur la carte de la Savoie.
Cours de l'Arc sur la carte de la Savoie.
Caractéristiques
Longueur 127,5 km [1]
Bassin 2 000 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 48,8 m3/s (Épierre)
Régime nival
Cours
Source principale Ancien glacier des Trois Becs
· Localisation Bonneval-sur-Arc
· Altitude 2 770 m
· Coordonnées 45° 24′ 21″ N 7° 09′ 12″ E / 45.405893, 7.153435 (Source principale - l'Arc)  
Source secondaire Lac des Sources inférieures
· Localisation Bonneval-sur-Arc
· Altitude 2 722 m
· Coordonnées 45° 23′ 44″ N 7° 09′ 06″ E / 45.395632, 7.151563 (Source secondaire - l'Arc)  
Confluence des sources Le Grand Clos
· Localisation Bonneval-sur-Arc
· Altitude 2 210 m
· Coordonnées 45° 24′ 05″ N 7° 07′ 25″ E / 45.401275, 7.12369 (Source confluence - l'Arc)  
Confluence l'Isère
· Localisation Chamousset
· Coordonnées 45° 33′ 47″ N 6° 12′ 12″ E / 45.56306, 6.20333 (Confluence - l'Arc)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Cantons traversés Lanslebourg-Mont-Cenis, Modane, St-Michel-de-Maurienne, St-Jean-de-Maurienne, La Chambre, Aiguebelle, Chamoux-sur-Gelon
Principales villes Modane, St-Jean-de-Maurienne

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

L'Arc est une rivière française de la vallée de la Maurienne, en Savoie, qui prend sa source à 2 770 m d'altitude au pied de l'Ancien glacier des Trois Becs et au lac des Sources inférieures, non loin de la frontière franco-italienne, et qui se jette dans l'Isère à la hauteur de la commune d'Aiton. De 127,5 km de longueur[1], rivière torrentielle à forte pente, l'Arc a de grands atouts énergétiques que les industriels ont commencé à exploiter dès la fin du XIXe siècle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Arc viendrait de ar qui signifierait « vallée en forme de plaine ».

Selon d'autres chercheurs, il pourrait trouver ses racines dans l'expression Supra Flumen quod dicitur Arcus au XIe siècle ; ar serait alors lié à l'eau vive.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Confluence avec l'Isère dans la Combe de Savoie sur la commune de Chamousset.

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Installations hydro-électriques[modifier | modifier le code]

Sur l'Arc :

  • Avrieux (1921)
  • La Christine (1930)
  • Saint Michel (1942)

1946 : reprise de la gestion par Électricité de France:

  • Barrage du Freney (1970)
  • Retenue du Pont des Chèvres (1973)
  • Barrage de Saint-Martin-de-la-Porte (1974)
  • Bassin de Longefan (1979)
  • Conduite d'amenée souterraine Arc-Isère[2] (1979)
  • Conduites souterraines d'Orelle, la Saussaz II et l'Echaillon
  • Station STEP de Super- Bissorte (1987)
L'Arc traversant Modane à l'automne.

Sur les affluents:

Histoire[modifier | modifier le code]

Crues[modifier | modifier le code]

Mais l'Arc est également connue pour ses crues dévastatrices:

  • 14 juin 1957: crue du "siècle" [3] détruit nombre de digues et ponts le long de son cours et cause de nombreux dégâts et morts tout au long de la vallée de la Maurienne. Le débit a été estimé à 900 mètres cubes par seconde à Saint-Jean-de-Maurienne.
  • 24 septembre 1993: Importants dommages aux infrastructures ferroviaires et routières entre Modane et Saint-Jean-de-Maurienne,évacuation de l'Echaillon. Le débit a atteint 400 à 500 mètres cubes par seconde à Saint-Jean-de-Maurienne.
  • 18 juin 2013: Suite à un hiver fortement neigeux et un printemps tardif, la fonte brusque de neige conduit la préfecture de la Savoie à mettre en place un plan d'alerte crue autour de l'Arc[4].

Exploitation énergétique[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XIXe siècle des travaux d'endiguement de la rivière et d'aménagement des bassins versants affluents sont réalisés. En 1893, les premières usines électrochimiques et électro-métallurgiques, alimentées par des conduites forcées, s'installent le long du cours d'eau (usines d'aluminium de la Praz, Prémont-Orelle et Calypso).

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le module de l'Arc a été calculé durant une période de 6 ans à Épierre[5]. Il se monte à 48,8 m3/s pour une surface de bassin de 1 790 km2, soit 90 % de la totalité du bassin. La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime nival, avec des hautes eaux de printemps-été dues à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen au niveau de 75 à 125 m3 de mai à juillet inclus (avec un maximum en juin), suivies d'une baisse progressive aboutissant à un long étiage d'automne-hiver, de novembre à début avril, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à un minimum de 13,5 m3 au mois de janvier.

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 12,8 m3, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste très confortable.

Les crues peuvent être très importantes, voire dévastatrices. En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 144 et 188 m3/s. Le QIX 10, le QIX 20 et le QIX 50 n'ont pas été calculés.

Le débit maximal enregistré à Épierre est de 239 m3/s, mais ce chiffre n'a guère de signification, étant donnée la très courte période d'observation de 6 ans.

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 866 millimètres annuellement, ce qui est certes élevé et résulte des précipitations abondantes sur les Alpes du nord, mais est cependant moindre que ce que l'on observe dans les autres bassins versants des rivières de haute montagne de Savoie. Le débit spécifique (Qsp) se monte à 27,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Ainsi, tout au long de son cours et de celui de ses affluents, EDF a installé nombre de barrages et prises d'eau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :