Arabe du Golfe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Arabe du Golfe
لهجة خليجية [lahjat ẖalījīa]
Pays Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar
Typologie VSO flexionnelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 afb
IETF afb

L’arabe du Golfe (en arabe : لهجة خليجية, lahjat khalîjîa) est une famille de dialectes arabes parlés dans le Golfe Persique, principalement en Arabie saoudite, à Bahreïn, aux Émirats arabes unis, au Koweït, à Oman, et au Qatar, mais également par les nomades du sud de l'Irak.

L'arabe du Golfe est très proche de l'arabe littéral, dont il tire une grammaire simplifiée. Cependant, il se distingue par des emprunts au persan, et par des influences bédouines dans la prononciation :

  • la kâf () est souvent prononcée tch ou dans certaines régions ch ;
    • Exemples : kalb (chien) est prononcé tchalb ou chalb, kabîr (grand) tchabîr, chabîr, ou encore chibîr, min faḍlik (s'il te plaît) min faḍlich ou min faḍlitch...
  • la qâf () de l'arabe littéral est très souvent remplacée par le son g, et parfois j. Prononcer délibérément la qâf est le signe d'un langage volontairement soutenu, le g étant plus neutre, et le j plus familier ;
    • Exemple : qadîm (vieux) est souvent prononcé gadîm, ou plus familièrement jidîm.
  • la jîm () est parfois prononcée y, ou g dans certains régions d'Oman ;
    • Exemple : jadîd (nouveau) est parfois prononcé yadîd ou yidîd.
  • principalement au Qatar et à Bahreïn, la thâ’ () est remplacé par f, et la dhâl () par un d ;
    • Exemple : thalâtha (trois) et hâdhi (ceci) se prononcent parfois respectivement falâfa, et hâdi.
  • il arrive que les lettres emphatiques ḍâd () et ẓâ’ () soient confondues ;
    • Exemple : ḍârab (il a tapé) et ẓûhr (midi) seront prononcés par certains locuteurs ẓârab et ẓûhr, tandis que d'autres privilégient le ḍâd en prononçant ḍârab et ḍûhr.
  • certains mots féminins qui finissent normalement par une tâ’ marbûṭa () en arabe littéral sont prononcés sans cette dernière.
    • Exemple : samakah (poisson) se prononce samak (ou samatch ou samach), et dajâjah (poule) se prononce dajâj.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]