David Hamilton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hamilton.
David Hamilton en 2011.

David Hamilton est un photographe et réalisateur britannique, né à Londres le 15 avril 1933.

Le photographe David Hamilton en décembre 2012 (Photo : François Besch).

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

David Hamilton passe son enfance à Londres. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il séjourne quelque temps dans le Dorset, dont les jolis paysages inspirent son travail de photographe jusqu'à aujourd'hui. À la fin de la guerre, il retourne à Londres pour terminer ses études.

Employé dans un bureau d'architecte, il prend conscience de ses talents artistiques et, à vingt ans, déménage à Paris, où il travaille comme designer graphique pour Peter Knapp du magazine Elle. Après s'être fait connaître, et alors qu'il travaille toujours pour Elle, il est recruté comme directeur artistique par Queen (en) à Londres, poste qu'il conserve six mois[1]. Il comprend cependant qu'il préfère la vie parisienne, et repart bientôt. De retour à Paris, il devient directeur artistique pour la chaîne de magasins du Printemps. Alors qu'il est toujours employé, il commence sa carrière de photographe professionnel. Son style onirique et aérien va rencontrer un succès immédiat.

Ses photographies sont très demandées par des magazines tels que Réalités, Twen, Photo, etc. À la fin des années soixante, son style est clairement et immanquablement reconnaissable. David Hamilton s'inspire de la peinture pour ses compositions et cherche toujours à entrecroiser les arts. On peut citer parmi ses influences, les paysages de Gustave Le Gray, les natures mortes de Giorgio Morandi, les nus de Robert Demachy et les danseuses d'Edgar Degas[2]. Parmi ses réalisations on peut citer la publication de 16 albums de photos dont les ventes combinées dépassent largement le million, cinq films, d'innombrables publications dans des revues et quantité d'expositions ayant rencontré leur public. David Hamilton est à présent reconnu comme un acteur majeur de la photographie d'art contemporaine.

D'après le site DazeReader[3] : « Le travail de David Hamilton est controversé en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, beaucoup moins en Europe continentale. À la fin des années 1990, les conservateurs chrétiens aux États-Unis s'en prirent aux librairies qui avaient en stock des albums de David Hamilton, Sally Mann, et Jock Sturges, dont ils considèrent le travail comme de la « pornographie enfantine ». Hamilton vit dans le sud de la France, à Saint-Tropez où il affirme que son travail n'a jamais suscité une telle réprobation. »

En France[modifier | modifier le code]

« S'il était poète, il serait romantique. Des jeunes filles aux longues chevelures pâles et aux yeux clairs ont en effet été chantées par Casimir Delavigne, Victor Hugo, Alfred de Vigny, Alfred de Musset et tant d'autres. Hamilton s'infiltre dans une série déjà longue de tendres rêveurs. »

Expositions[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martin Harrison (préf. Marc Lambron), Apparences : la photographie de mode depuis 1945, Paris, Éditions du Chêne,‎ octobre 1992 (1re éd. 1991 Jonathan Cape, Londres), 310 p. (ISBN 9782851087621), chap. 5 (« Incandescence »), p. 208 Note : Au sein de Queen, David Hamilton travaille avec Beatrix Miller (en) et Norman Parkinson rédacteurs en chef, ainsi que de nombreux photographes dont Jeanloup Sieff ou Terence Donovan par exemple.
  2. Biographie de David Hamilton, Yellow Corner
  3. David Hamilton sur dazereader.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]