Jussi Björling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jussi Björling

Naissance
Décès (à 49 ans)
Activité principale Ténor
Jussi Björling et Nora de Wit (1960)
Jussi Björling

Jussi Björling (né le à Stora Tuna, Suède, et mort le à Stockholm) est un chanteur d'opéra suédois, l'un des plus grands ténors du XXe siècle, particulièrement admiré dans les répertoires italien et français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jussi Björling est le fils du ténor et pédagogue David Björling (1873-1926) avec qui il étudie dès l'enfance. Il chante pour la première fois en public à l'âge de six ans, puis voyage dans le monde entier avec le « Quatuor Björling », aux côtés de son père et de ses deux frères, Olle et Gösta, également chanteurs. Études complémentaires à l'École Royale de l'Opéra de Stockholm avec John Forstell, où il débute en 1930, d'abord dans de petits rôles. Il y chantera régulièrement jusqu'en 1939 dans un vaste répertoire, son premier grand rôle sera Don Ottavio dans Don Giovanni.

Il paraît à l'Opéra de Vienne en 1937, et au Royal Opera House de Londres, en 1939, dans le rôle de Manrico de Il trovatore. Ses débuts américains ont lieu en 1937 au Lyric Opera de Chicago, dans le rôle du Duc de Rigoletto, et l'année suivante chante pour la première fois au Metropolitan Opera de New York, dans le rôle de Rodolfo de La Bohème. Il y revient régulièrement (sauf les années de guerre où il retourne à Stockholm) jusqu'en 1960, y chantant principalement Verdi (Duc, Manrico, Riccardo, Don Carlo, Radames) et Puccini (des Grieux, Cavaradossi), mais aussi le répertoire français, notamment Faust et Roméo et Juliette.

Acteur plutôt statique, Björling s'imposait par sa voix, l'une des plus belles du XXe siècle, à la fois ensoleillée et velouté, et dotée d'un registre aigu éblouissant.

Björling était marié à la soprano Anna-Lisa Berg (1910-2006), leur fils Rolf a également fait une carrière de ténor.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • 1952 - Verdi - Il trovatore - Björling, Milanov, Barbieri, Warren, Moscona - Robert Shaw Chorale, RCA Victor Orchestra, Renato Cellini - (RCA)
  • 1953 - Mascagni - Cavalleria rusticana - Milanov, Björling, Merrill - Robert Shaw Chorale, RCA Victor Orchestra, Renato Cellini - (RCA)
  • 1953 - Leoncavallo - Pagliacci - Björling, Los Angeles, Warren, Merrill - Robert Shaw Chorale, RCA Victor Orchestra, Renato Cellini (EMI)
  • 1954 - Puccini - Manon Lescaut - Albanese, Björling, Merrill, Calabrese - Chœur et orchestre de l'Opéra de Rome, Ionel Perlea - (RCA)
  • 1955 - Verdi - Aida - Milanov, Björling, Barbieri, Warren, Christoff - Chœur et orchestra de l'Opéra de Rome, Ionel Perlea - (RCA)
  • 1956 - Verdi - Rigoletto - Merrill, Peters, Björling, Tozzi - Chœur et orchestre de l'Opéra de Rome, Ionel Perlea - (RCA)
  • 1956 - Puccini - La Bohème - Los Angeles, Björling, Amara, Merrill, Tozzi - Robert Shaw Chorale, RCA Victor Orchestra, Thomas Beecham - (EMI)
  • 1957 - Puccini - Tosca - Milanov, Björling, Warren - Chœur et orchestre de l'Opéra de Rome, Erich Leinsdorf - (RCA)
  • 1959 - Puccini - Madama Butterfly - Los Angeles, Björling, Pirazzini, Sereni - Chœur et orchestre de l'Opéra de Rome, Gabriele Santini - (EMI)
  • 1959 - Puccini - Turandot - Nilsson, Björling, Tebaldi, Tozzi - Chœur et orchestre de l'Opéra de Rome, Erich Leinsdorf - (RCA)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Mancini & Jean-Jacques Rouveroux, Le guide de l'opéra, Fayard, 1986 (ISBN 2-213-01563-5)