Andalousite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andalousite
Catégorie IX : silicates[1]
Andalousite - Tyrol Autriche (7,4x6,2cm)

Andalousite - Tyrol Autriche (7,4x6,2cm)
Général
Numéro CAS 12183-80-1
Classe de Strunz 9.AF.10
Formule brute Al2O5SiAl2O(SiO4)
Identification
Masse formulaire[2] 162,0456 ± 0,0018 uma
Al 33,3 %, O 49,37 %, Si 17,33 %,
Couleur brunâtre, gris, jaune, rose
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidale;Pnnm
Système cristallin orthorhombique
Réseau de Bravais Primitif P
Macle Rares sur {101}
Clivage bon à {110}, mauvais à {100}
Cassure irrégulière, subconchoïdale ; minéral fragile, cassant
Habitus cristaux prismatiques allongés à section pseudo-quadratique ou losangique
Échelle de Mohs 6,5 - 7,5
Trait blanc
Éclat vitreux, gras mat
Propriétés optiques
Indice de réfraction Np=1,629-1,640 Nm= 1,633-1,646 Ng=1,638-1,652
Pléochroïsme fort : jaune à jaune foncé / vert pomme / rouge-magenta à rouge-brun
Biréfringence 0,009 - 0,011 ; biaxe négatif
Fluorescence ultraviolet fluorescence vert-jaune à vert; Luminescent
Transparence Transparent, translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité 3,12 - 3,16
Température de fusion environ 1 740 °C
Solubilité insoluble dans les acides
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L’andalousite est une espèce minérale du groupe des silicates sous-groupe des nésosilicates, de formule Al2SiO5 avec des traces de Fe; Mn; Ti; Cu; Mg; K. Le disthène et la sillimanite sont les trimorphes de l'andalousite. L'andalousite est souvent altéré en surface en damourite; elle forme une série avec la kanonaite.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrit par Jacques Louis de Bournon sur des échantillons de roches granitiques d'Imbert près de Montbrison dans le Forez sous le nom de « fedspath adamandin d'un rouge violet » en 1789; mais c'est Jean-Claude Delamétherie qui donnera le nom de cette espèce en 1798[3]. Dédié à l’Andalousie lieu supposé des échantillons étudiés par Delamétherie : paradoxalement ces échantillons provenaient de El Cardoso, localité de la province de Guadalajara et non d'Andalousie comme le pensait l'auteur.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 7,79 Å; b = 7,90 Å; c = 5,56 Å; Z = 4; V = 342,17 Å3
  • Densité calculée = 3,15

Cristollochimie[modifier | modifier le code]

Groupe de la sillimanite[modifier | modifier le code]

L'andalousite fait partie du groupe de la sillimanite.

Variétés[modifier | modifier le code]

 Chiastolites Australiennes
Chiastolites Australiennes

Chiastolite[modifier | modifier le code]

(Du grec kiastos = marqué d'une croix) : Variété d'andalousite contenant des inclusions sombres de carbone ou d'argile formant un X ou une croix en section. Cette variété portait autrefois le nom de " macle " (du latin macula = tâche) ; ce nom s'est conservé en héraldique. Elle fut découverte par Jean-Claude Delamétherie, naturaliste, minéralogiste, géologue et paléontologiste français du XVIIIe siècle.

Il existe de très nombreux gisements dans le monde.

  • France
Finistère,
Parc-au-Duc, Plourin-lès-Morlaix
Le Mur, Plouigneau


Synonyme de chiastolite
crucite (Delamétherie 1797)[4]
crusite (Déformation anglophone de crucite) [5]
macle
maltesite : variété de chistolite trouvée au nord du lac Ladoga dans l'Est de la Finlande et dénommée par le minéralogiste J.J. Sederholm d'après la croix de Malte que dessine le minéral[6].

viridine ou viridite[modifier | modifier le code]

Variété manganésifère d'andalousite de formule idéale (Al,Mn3+)2[O|SiO4]. De couleur verte, son nom lui a été donné par Jules Gosselet d'après le latin viridis (vert). Elle présente plusieurs occurrences dans le monde :

  • Allemagne
Mangangruben, Kirchberg, Nieder-Ramstadt, Odenwald, HesseS. Weiß: "Mineralfundstellen, Deutschland West", Weise (Munich), 1990
  • Belgique
Le Coreux, Salm-Château, Vielsalm, Massif de Stavelot, Province de Luxembourg[7]
  • États-Unis
Squaw Peak, Phoenix Mts, Phoenix, comté de Maricopa, Arizona
Kiowa Mountain, comté de Rio Arriba et Picuris District, comté de Taos; Nouveau-Mexique
  • Suède
Tjatisvare, Ultevis, Lappland
Västanå, Näsum, Bromölla et Rävahallen, Vånga, Kristianstad,Skåne


Synonyme de viridine

gosseletite (J. Anten 1913) dédié au géologue français Jules Gosselet[8]
manganandalousite

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • andalusite (terme anglo-saxon): Déformation du nom andalousite donné par Delaméterie.
  • andaluzite (terme hispanique): Déformation du nom andalousite donné par Delaméterie.
  • apyre ou feldspath apyre (René Just Haüy) 1801[9]. Nommé par sa résistance au feu.
  • crucite (Cf.chiastolite)
  • jamesonite (Leman minéralogiste français, conservateur du cabinet de M.Dedrée) [10]
  • lohestite (J.Anten Minéralogiste belge 1923) Ce terme donné comme un synonyme d'andalousite est en fait un synonyme de kaolinite[11].
  • macle (Cf.chiastolite)
  • micaphyllite (Brunners) [12]
  • spath adamantin (Jacques Louis de Bournon 1789) [13]
  • stanzaïte (Flurl) Dénommé d'après la montagne de Stanzen en Bavière[14].

Gemmologie[modifier | modifier le code]

Les spécimens gemmes, sont très rare, et fortement dichroïque, apparaissant verts ou rougeâtres suivant l'angle sous lequel on les observe. On les trouve dans l'État du Minas Gerais au Brésil et aussi à Mogock, Myamma en Birmanie.

Gîtologie[modifier | modifier le code]

L'andalousite est un minéral typique du métamorphisme de contact, rencontré fréquemment dans le métamorphisme régional (schiste et gneiss). On le trouve également dans certaines pegmatites ou filons quartz-andalousite. Une mine à ciel ouvert représentant 25 % de la production mondiale se trouve à Glomel (22) en Bretagne.

Altérations[modifier | modifier le code]

L'andalousite est un minéral relativement stable se retrouvant dans les roches détritiques. Il peut être remplacé par des minéraux phylliteux (muscovite, séricite).

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
Schießhaus, Katharinenberg, Wunsiedel, Fichtelgebirge, Franken, Bavière
  • Autriche
Vallée de Lizens (Lüsenser Tal), Sellraintal, Tyrol
  • Belgique
La Helle (Herzogenhügel), Ternell, Eupen, et Recht Province de Liège[15]
  • Quebec Canada
Mines Bousquet No. 1 & No. 2, Preissac, Abitibi, Abitibi-Témiscamingue [16]
  • États-Unis
Bare Hill Pond locality, Harvard, Comté de Worcester., Massachusetts
  • France
La Gourcie, Saint-Dier-d'Auvergne, Puy-de-Dôme, Auvergne[17]
Mine de Coustou, Vielle Aure, Vallée de l'Aure, Hautes-Pyrénées, Midi-Pyrénées
Mine de Glomel, Glomel, Bretagne[18]

Utilisations[modifier | modifier le code]

L’andalousite est un minéral réfractaire disposant d’une excellente résistance aux chocs thermiques. L’andalousite est ainsi utilisée dans les industries métallurgiques (fer,aluminium), cimentières, céramiques et verrières, où elle est le plus souvent mise en œuvre sous forme de briques réfractaires.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. journ. de phys. floréal, an 6, p. 386.
  4. Théorie de la terre, Volume 2 Par Jean-Claude de La Métherie 1797
  5. An elementary treatise on mineralogy: comprising an introduction to the science, Par William Phillips, Robert Allan, Francis Alger
  6. The Encyclopedia Americana: a library of universal knowledge, Volume 1, 1918
  7. Contrib. Mineral. Petrol. 141: 560-571 (2001)
  8. Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie. Volumes 76-77 Par Société belge de géologie, de paléontologie et d'hydrologie p.163 1968
  9. Traité de minéralogie, Volume 4 Par René Just Haüy 1801
  10. Dictionnaire des sciences naturelles; Partie 2 Par Andrée Jean François Marie Brochant de Villers, Alexandre Brongniart 1827
  11. Les minéraux de Belgique Par Joseph Mélon, Pol Bourguignon, André Mathieu Fransolet 1976
  12. Dictionnaire des sciences naturelles Par Andrée Jean François Marie Brochant de Villers, Alexandre Brongniart, 1824
  13. Bournon, journ. de phys. ,jùin, 1789,p. 453.
  14. Dictionnaire des sciences naturelles, Volume 50 Par Frédéric Cuvier 1827
  15. Van Wambeeke, L. (1955): Composition des tonalites de la Helle et de Lammersdorf et leurs relations avec les autres: Bulletin de la Société Belge de Géologie 64, 477–509.
  16. Sabina, A.P. (2003) GSC Misc. Report 77, 112-114
  17. J.-J. Périchaud: "Les Minéraux d'Auvergne", Vol. 1, 1985
  18. Pierrot R., Chauris L., Laforêt C. (1975), Inventaire minéralogique de la France, Ed. BRGM, n°5, Côtes du Nord, pp: 58-59