Air Greenland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Air Greenland

Logo de cette compagnie

Nous apportons le meilleur
(Vi bringer det bedste frem)
(Pitsaanerpaamik apuussisarpugut)

AITA OACI Indicatif d'appel
GL GRL GREENLAND
Repères historiques
Date de création 1960
Généralités
Basée à Aéroport de Kangerlussuaq
Autres bases Aéroport de Copenhague
Aéroport de Ilulissat
Aéroport de Nuuk
Aéroport de Narsarsuaq
Taille de la flotte 37
Nombre de destinations 57
Siège social Groenland Groenland, Nuuk
Effectif 643 (2010)
Dirigeants Michael Binzer (CEO)
Jens Wittrup Willumsen (Président)
Julia Pars
Site web www.airgreenland.com
Données financières
Chiffre d'affaires 144 100 000€ (2007)[1]
Résultat net 6 610 000€ (2007)[1]

Air Greenland A/S est une compagnie aérienne nationale (en) du Groenland, propriété du gouvernement local du Groenland avec une participation de 37,5 %, du groupe SAS avec une participation de 37,5 %, et du gouvernement danois avec une participation de 25 %. Basée à Nuuk[2], l'entreprise comptait 668 employés en décembre 2009[3].

Des DHC-6 Twin Otters sont utilisées en tant qu'ambulances et pour les vols charters, y compris le service de la base de recherche à Summit Camp.

Air Greenland exploite une flotte de 37 appareils[4], dont un Airbus A330-200 utilisé pour des vols transatlantiques et des vols charters, 10 aéronefs à voilure fixe desservant le réseau domestique et des connexions à Islande et 26 hélicoptères transférant des passagers de l'arrière pays au réseau d'aéroports domestiques[4]. Vols pour les collectivités isolées sont entreprises sous contrat avec le gouvernement local du Groenland[5], le Ministère du Logement, de l'Infrastructure et des Transports étant responsable pour la coordination du réseau de destination[6].

La compagnie opère également des vols charter, des vols de taxi et des vols spéciaux, tels que les vols de recherche et de sauvetage (SAR), des vols d'ambulance aérienne[7], des vols charter à la base aérienne de Thulé sur contrat avec la branche aérienne des forces armées des États-Unis et les vols à l'approvisionnement des sites miniers et les stations de recherche sur l'Inlandsis du Groenland[3]. En 2009, la longueur du réseau de service régulier était de 14 235 kilomètres avec un taux de remplissage moyen de 79,3 %[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les années 1960[modifier | modifier le code]

Ce Sikorsky S-61N, un hélicoptère acquis en 1965, est la plus ancienne machine dans la flotte de la compagnie.

La compagnie a été créée le 7 novembre 1960 sous le nom de Grønlandsfly[8] par le SAS group (alors connue sous le nom de Scandinavian Airlines System) et par Kryolitselskabet Øresund, une société minière du Danemark avec des opérations dans l'ancienne colonie d'Ivittuut. En 1962, la propriété de la compagnie aérienne a été étendu au gouvernement provincial et au Den Kongelige Grønlandske Handel, la Compagnie Royale de Commerce du Groenland[9].

Les premiers vols desservant les bases américaines au Groenland ont été exploités avec le léger DHC-3 Otter et les hélicoptères Sikorsky S-55 affrétés en provenance du Canada[8]. À partir de 1962, Grønlandsfly utilise des hydravions Catalina et des DHC-6 Twin Otters pour les liaisons intérieures. En 1965, Douglas DC-4 est devenu le premier grand avion utilisé par Grønlandsfly suivi par des hélicoptères Sikorsky S-61. Ces derniers ont demeuré en usage depuis lors, dès 2010 desservant les collectivités dans la municipalité de Kujalleq au Groenland du Sud pendant toute l'année et les villes et villages de la Baie de Disko durant l'hiver[10],[4].

Les années 1970[modifier | modifier le code]

Ce Bell 212 décollant de l'Héliport d'Ukkusissat en route à l'Héliport d'Uummannaq, dessert aussi le secteur commercial de l'exploitation minière à Maarmorilik.

Durant les années 1970, Grønlandsfly investit dans une expansion de la flotte d'hélicoptères en augmentant le nombre des Sikorsky S-61s de trois à huit[11], ce qui a permis en 1972[11] à la compagnie aérienne d'étendre son réseau aux communautés dans l'Est du Groenland avec un hélicoptère basé à Tasiilaq, alors connu comme Ammassalik. Ensuite la compagnie a également commencé de se servir de l'aéronef Douglas DC-6, une version nouvelle de l'ancien modèle DC-4.

L'exploitation commerciale à la site de Maamorilik sur le continent au nord de la collectivité d'Ukkusissat dans les régions intérieures du fjord d'Uummannaq stimule de nouveaux les investissements dans la flotte d'hélicoptères, la société acquérant de nouveaux Bell 206s[11]. Après sa fermeture en 1990, la mine est due à rouvrir en novembre 2010[12], les réserves de zinc et du mineral de fer ayant été estimées à durer 50 ans[12]. Les vols vers les mines sont de nouveau opérés par Air Greenland, qui utilise le hélicoptère de Bell 212 basé à l'Héliport d'Uummannaq[13].

Dans le passé, la compagnie a cherché à élargir son réseau de destinations à plusieurs reprises. La première route internationale, hors celle à Copenhague au Danemark, a été ouverte en 1979 entre Nuuk et Iqaluit en Nunavut au Canada. Elle a, pourtant, été fermé 13 ans plus tard[14]. À la fin des années 1970, le nombre de passagers servis par Grønlandsfly par an a augmenté jusqu'à 60 000[11], un nombre supérieure à la population totale du Groenland.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

Air Greenland se sert des modèles 102 et 103 du Dash-7. Celui-ci, ici à l'Aéroport de Kulusuk, est équipé d'une soute avant.

Au début des années 1980, le nouveau gouvernement local récemment installé au Groenland a décidé d'investir dans le réseau régional d'aéroports en construisant des aéroports de décollage et atterrissage court (ADAC) à Nuuk, à Ilulissat et à Kulusuk[14]. Pour assurer le service du réseau élargi Grønlandsfly a acquis des Dash-7s[14], particulièrement adaptés aux conditions climatiques souvent sévères au Groenland[15]. Le premier Dash-7 a été livré le 29 septembre 1979 comme plus de machines au cours de la décennie suivante[16].

Plusieurs des aéroports construits à cette époque n'ont pas d'équipement de dégivrage, ce qui est problématique en hiver groenlandais et ce qui selon la compagnie aérienne même entraînent des pertes économiques[17]. Les Dash-7s sont toujours en service actif au Groenland, desservant tous les aéroports du pays à l'exception de l'Aéroport de Nerlerit Inaat près de Ittoqqortoormiit[10], dont le fonctionnement est remis à Air Iceland qui a un contrat avec le gouvernement local du Groenland[18].

En 1981, la compagnie a ouvert sa première ligne à l'Islande, qui relie le centre d'opérations important de l'aéroport de Kangerlussuaq avec l'aéroport de Reykjavik via l'aéroport de Kulusuk[14]. Vers la fin de la décennie, le nombre d'employés a augmenté à 400, avec le nombre de passagers servis excédant 100 000 chaque année pour la première fois[14].

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Ce Boeing 757-200 a été utilisé par la compagnie entre 1998 et 2010 en service entre Kangerlussuaq et Copenhague et entre Narsarsuaq et Copenhague, les liaisons transatlantiques du réseau.

En mai 1998, Grønlandsfly a commencé à opérer son premier avion à réaction, un Boeing 757-200. Ayant une tradition de "baptiser" ses avions, la compagnie a nommée cet avion de ligne Kunuunnguaq (petit Knud), en honneur de l'explorateur et ethnologue du Groenland, Knud Rasmussen, dont un buste décore le terminal de l'aéroport de Kangerlussuaq, une base cléf du réseau de la compagnie aérienne[19].

Avec cet achat, la compagnie projette de rompre le monopole de SAS sur la route commercialement rentable entre Copenhague et Kangerlussuaq, les opérations débutant immédiatement après l'achat du 757. Le réseau des aéroports régionaux a été étendu au cours de la décennie, plusieurs aéroports ADAC nouvellement construits : l'Aéroport de Sisimiut, l'Aéroport de Maniitsoq et l'Aéroport de Aasiaat dans l'ouest du Groenland et l'Aéroport de Qaarsut et l'Aéroport d'Upernavik au nord-ouest du Groenland ont été ajoutés au résille[19].

Ayant acquis sa cinquième Dash-7, Grønlandsfly a été pour la première fois depuis sa création en mésure de fournir des services d'avion à toutes les centres d'urbanisation au Groenland, la ville d'Uummannaq cependant étant desservie par l'aéroport de Qaarsut en liaison avec l'héliport d'Uummannaq. En 1999, la compagnie a transporté 282 000 passagers, soit près de trois fois plus que le nombre annuellement transporté aux années la fin de la décennie précédente[19].

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Le nouveau logo d'Air Greenland et la livrée sur le moteur du Boeing 757-200 à l'aéroport de Kangerlussuaq.

Au cours de la fin des années 1990 et début des années 2000, la compagnie a cherché à renouveler sa flotte vieillissante, la retraite de plusieurs de ses S-61s et 206s étant nécessaire. Ces hélicoptères ont été remplacés par des Bell 212s et un Eurocopter AS350[19]. Le 18 avril 2002, Grønlandsfly a changé son nom à Air Greenland ainsi qu'adopté la nouvelle livrée tout rouge et un nouveau logo[20].

En 2003, SAS a abandonné la route à Copenhague, laissant Air Greenland le seul transporteur reliant le Groenland au Danemark et à l'Europe continentale. La compagnie a été en mesure de fournir le service requis avec l'Airbus A330-200 récemment acquis. Baptisé Norsaq, cet appareil est le deuxième grand avion de ligne de la flotte de la compagnie aérienne groenlandaise[20]. SAS a brièvement relancé son service en 2008 mais a, à nouveau, abandonné la concurrence en janvier 2009.

En 2003, Air Greenland a remporté le contrat avec l'US Air Force pour les vols desservant la base aérienne à Thulé (un contrat qu'a eu précédemment SAS); les opérations ont commencé en février 2004[21]. Le contrat a été renouvelé pour une période de cinq ans en 2008[22].

La route de l'Aéroport de Kulusuk à Reykjavik en Islande, précédemment desservie par des avions de Havilland Canada Dash-7 a été remis à Air Iceland, qui a remporté un contrat avec le gouvernement local[18].

Le 28 juillet 2006, Air Greenland a acquis la société Air Alpha Greenland, une filiale d'Air Alpha, une société aéronautique basée à Odense, au Danemark. La société qu'a acquise Air Greenland a effectué des vols d'hélicoptère dans la région de la Baie de Disko et dans l'Est du Groenland. Depuis la reprise les hélicoptères Bell 222 sont encore mis en service par Air Greenland pour les transferts de passagers entre l'aéroport de Nerlerit Inaat et l'Héliport d'Ittoqqortoormiit[23],[24].

Le 13 juin 2007, le groupe SAS a annoncé son intention de vendre sa part d'Air Greenland[25], une stratégie qui a été incorporée plus tard dans le programme de restructuration du groupe nommé Core SAS[26],[27]. En ce moment en 2010, la compagnie n'a pas encore exécuté sa décision.

Le 1er octobre 2007, la compagnie a inauguré un système de réservation électronique[28]. Le service à la Baltimore à Maryland aux États-Unis a été ouvert en été 2007, mais en raison d'une vente pauvre de billets, il a été fermé de nouveau en mars 2008[28]. Une réouverture de la connexion à Iqaluit a été considérée par Air Greenland à la fin de 2009, mais les opérations ont été reportées jusqu'en 2011 au moins[29]. En 2009, la compagnie a transporté 399 000 passagers[3].

Les années 2010[modifier | modifier le code]

Le personnel de cabine à l'intérieur du 757-200, qui a été vendu en avril 2010.

Le 1er janvier 2010, Air Greenland a suspendu sa participation dans le programme de fidélité EuroBonus de Scandinavian Airlines[30]. La vente de son Boeing 757-200, Kunuunnguaq a suivi en avril. Le service de Narsarsuaq à Copenhague est désormais assuré par un contrat de bail d'un appareil pareil d'Air Finland[31].

En 2010, après la saison touristique (de mai à septembre), ce service sera remplacé par un lien avec entre Narsarsuaq et Copenhague via un transfert à Kangerlussuaq, la partie groenlandaise étant à effectuer avec la nouvelle acquisition de la compagnie, un de Havilland Canada Dash-8[32],[33].

Dans sa rivalité avec Air Iceland, qui exploite des services à Nuuk, Narsarsuaq, Ilulissat, et tous les aéroports de la côte de l'est du pays[34], Air Greenland a annoncé l'ouverture de nouvelles connexions avec l'Islande[32], reliant Nuuk et Narsarsuaq avec l'Aéroport international de Keflavík, un service qui sera, plus tard, limité à Nuuk[35]. En 2010, la route sera exploitée de mai ou juin jusqu'à septembre avec une extension possible pour un service pendant toute l'année en 2011[35].

Destinations[modifier | modifier le code]

Le Bell 212 fonctionne en tant que hélicoptère de navette entre les stations d'hélicoptère et les aéroports régionaux.
Article détaillé : Les destinations d'Air Greenland.

Le réseau aéroportuaire national d'Air Greenland comprend l'ensemble des 13 aéroports civils à l'interieur du pays. Les deux aéroports internationaux capables de servir de grands avions: l'Aéroport de Kangerlussuaq et l'Aéroport de Narsarsuaq étaient autrefois utilisés comme bases militaires par l'US Air Force mais sont actuellement exclusivement utilisés pour les vols civils et comme base des vols transatlantiques[10].

Tous les autres aéroports régionaux sont ADAC-capables et sont desservis par les Dash-7s et le Dash-8, les aéronefs à voilure fixe de la compagnie. En dehors du Groenland, la compagnie opère des vols à l'aéroport international de Keflavik, en Islande, et des vols transatlantiques à l'Aéroport de Copenhague au Danemark[10].

Les petites collectivités sont desservies par des vols d'hélicoptère local à partir de l'aéroport d'Upernavik dans l'archipel d'Upernavik au nord-ouest du Groenland, à partir de l'héliport d'Uummannaq dans la région du fjord d'Uummannaq au nord-ouest du Groenland, à partir des aéroports d'Ilulissat et d'Aasiaat dans la région de la Baie de Disko dans l'ouest du Groenland, à partir de l'Héliport de Qaqortoq et l'Héliport de Nanortalik dans le sud du Groenland, et à partir de l'Héliport de Tasiilaq dans l'est du pays[10]. Parmi les 45 héliports desservis huit d'entre eux sont primaires, tandis que le reste est des hélistations.

Flotte[modifier | modifier le code]

L'aéronef à voilure fixe de Dash-7 et l'hélicoptère Bell 212 sont les deux appareils primaires qui sont en opération à la majorité des destinations nationales du Groenland.

Flotte d'avions[modifier | modifier le code]

Les De Havilland Canada Dash-7 sont les principaux aéronefs utilisés par Air Greenland, servant pour les vols entre les aéroports du Groenland. Les portes du poste de pilotage de tous les avions Dash-7 sont décorées avec de l'art inuit. La fiabilité de ces avions a été testé avec succès dans les conditions météorologiques difficiles au Groenland[15], mais les machines de quatre moteurs acquis dans les années 1980 nécessitent de fréquentes réparations, ce qui produit des coûts de maintenance élevés selon la compagnie[15]. En 2010, la compagnie a acquis le premier de Havilland Canada Dash-8 Q200[36], avec un autre en commande. Le Dash-8 de deux moteurs étant un modèle plus récent, il est destiné de devenir le principal avion de cette compagnie aérienne dans l'avenir[32].

Beechcraft King Air "Amaalik" subit une maintenance à la base aérienne de l'Aéroport de Nuuk.

Air Greenland exploite les avions suivants (le 24 mai 2010)[4]:

Les Dash-8 de turbopropulseur sont les plus récents ajouts à la flotte de la compagnie aérienne et sont, à partir de juillet 2010, utilisés pour les vols réguliers et les vols charters, par exemple les vols de navette pour la conférence de 2010 du Conseil circumpolaire inuit à Nuuk.
Flotte aérienne d'Air Greenland, aéronefs à voilure fixe
Avion Nombre d'avions Commandés Passagers Destinations Notes
C Y
Total
Airbus A330-200 1 54 191 245 Copenhague - Kangerlussuaq
Charter
Beechcraft B200 King Air 1 0 7 7 Ambulance
Charter
DHC-6-300 (Twin Otter) 2 0 14 14 Ambulance
Charter
OY-ATY en livrée rétro
Dash 7 3 0 50 50 Domestiques
Charter
Seront retirés de la flotte
Dash 8 Q200 5 0 37 37 Nuuk – Reykjavik-Keflavík
Domestiques
Charter
Total 12 0

Flotte d'hélicoptères[modifier | modifier le code]

L'airbus A330-200 Norsaq atterrissant à l'aéroport de Copenhague.

Le Bell 212 est l'hélicoptère principal utilisé pour les vols desservant les collectivités. Les hélicoptères les plus anciens, les Sikorsky S-61Ns, sont stationnés à l'aéroport d'Ilulissat et à l'héliport de Qaqortoq. Avec une capacité de 25 sièges[33], le S-61 basé dans le sud du Groenland a été utilisé pour les passagers de navette en provenance de Copenhague, qui arrive à l'aéroport de Narsarsuaq. La vente du Boeing 757 en avril 2010 a contribué à la baisse à long terme du trafic de l'aéroport[35],[37], la compagnie aérienne prévoyant en conséquence de supprimer le S-61 de sa flotte[3]. Trois des hélicoptères Bell 222 sont retirés du service actif[16], et stationnés à l'aéroport de Kangerlussuaq en attendant d'être vendus[3]. En septembre 2011, Air Greenland passe commande de deux hélicoptères EC225 à Eurocopter afin d'assurer des missions de transport de passagers, mais aussi de recherche et de sauvetage en mer. Ces deux machines doivent être livrées en 2014[38].

Le Boeing 757-200 groenlandais à Leipzig/Halle en Allemagne en 2006.
Flotte aérienne d'Air Greenland, hélicoptères
Hélicoptère Nombre d'avions Commandés Passagers Destinations Notes
C Y
Total
Bell 212 8 0 9 9 Domestiques
Charter
Eurocopter AS350 12 0 5 5 Domestiques
Charter
Eurocopter EC225 Super Puma 2 [39] 0 24 24 Pour être livrés en 2014
Sikorsky S-61N 2 0 25 25 Domestiques
Charte
Pour être retirés de la flotte
OY-HAF en livrée rétro
Total 22 2

Flotte historique[modifier | modifier le code]

Dans le passé, Air Greenland a utilisé les aéronefs suivants[40]:

Service[modifier | modifier le code]

Exemple de repas offert en classe économique sur un vol transatlantique de Copenhague à Kangerlussuaq.

Classe économique et classe affaires[modifier | modifier le code]

Air Greenland offre une classe économique flexible et une classe avec limitations sur tous les vols d'avion à voilure fixe avec des snacks et des boissons gratuites[41]. Sur les vols transatlantiques à partir de Copenhague et une classe économique et une classe affaires sont disponibles avec un service repas pour toutes les classes. Air Greenland publie la revue trimestrielle Suluk, un magazine inflight[42], avec des informations générales sur l'actualité politique et culturelle du Groenland ainsi que des nouvelles de la compagnie aérienne.

Les sièges de la classe affaires ("Nanoq class") dans l'Airbus A330-200 d'Air Greenland, le Norsaq.

La classe affaires flexible, surnommée Nanoq class d'après le mot groenlandais pour ours polaire, est offerte sur les vols transatlantiques exploités avec l'Airbus A330-200, le Norsaq[43]. Le service comprend un écran vidéo personnel, une source d'alimentation à chaque siège, une trousse d'agrément, des couvertures et une sélection de journaux[43],[44]. Voyageurs de cette classe ont accès au Novia Business Class Lounge à l'aéroport de Copenhague[43].

Vols aux villages[modifier | modifier le code]

L'Héliport d'Ukkusissat est desservi par des vols passagers et des vols cargo.

Air Greenland exploite des vols d'hélicoptère à la plupart des villages au Groenland sous contrat avec le gouvernement local du Groenland[5]. Les vols sont classés comme vols de village[41] (classe de réservation A) et sont subventionnés par le gouvernement local. Les vols de village ne sont pas recommandés dans le calendrier, même si elles peuvent être pré-réservées[10].

Les heures de départ pour ces vols comme indiqué lors de la réservation sont par définition approximatives, le service de village étant optimisé en fonction de la demande locale pour un jour donné. Les vols de village dans la région de la Baie de Disko sont uniques en ce qu'elles ne soient offerts que pendant l'hiver et au printemps. Au cours de l'été et l'automne, la communication entre les établissements est par mer seulement, aussi sur un contrat gouvernemental mais par les lignes exploités par Diskoline, un ferry pour passagers et fret basé à Ilulissat[45].

Filiales[modifier | modifier le code]

M/S Sarfaq Ittuk de l'Arctic Umiaq Line opère un parcours côtier, transférant les passagers de petites collectivités côtières aux grandes villes couvertes par le réseau aéroportuaire d'Air Greenland.

Le Ministère du Logement, de l'Infrastructure et des Transports supervise le développement du secteur[6] et exerce une influence sur les décisions prises par les entreprises qu'elle soit mi-publiques ou publiques, y compris les taxes d'aéroport, la politique de prix d'Air Greenland, le réseau de liaisons maritimes, le réseau des aéroports et des héliports, et la stratégie de développement touristique pour le Groenland.

Arctic Umiaq Line[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arctic Umiaq Line.

Avec une participation de 50 %, Air Greenland est le copropriétaire de l'Arctic Umiaq Line, le ferry pour passagers et fret reliant les communautés côtières à partir d'Ilulissat dans le nord jusqu'à Narsaq dans le sud[9],[46].

Le traversier est entré dans une période troublée à la fin des années 2000. Les subventions annuel du gouvernement local du Groenland s'élevaient à 5 millions couronnes danoises (DKK)[47], mais les allégations de mauvaise gestion des ressources et la décision de vendre un de deux des navires de la flotte, une décision critiquée[47], ont contribué à la menace de faillite avant la fin de 2010[48]. Le 16 mars 2010, Air Greenland a annoncé son intention de céder ses actions[49]. Avec cette annonce de la compagnie aérienne, il est probable que la faillite aura lieu en 2010; les opérations ne sont garanties que jusqu'à la fin de cette année[48].

Les hangars à la base technique d'Air Greenland à l'Aéroport de Nuuk.

Entreprises du tourisme[modifier | modifier le code]

Air Greenland est propriétaire exclusif d'Arctic Hotel A/S, un hôtel et agence de voyage basé à Ilulissat, propriétaire partiel de World of Greenland, une entreprise de pourvoirie également basée à Ilulissat. La compagnie est également propriétaire du Greenland Travel, une agence de voyages à forfait qui est basée à Copenhague[46],[3].

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le 29 août 1961, un DHC-3 Otter avec immatriculation CF-MEX s'est écrasé à 20 kilomètres de Kangerlussuaq. L'avion était en service non régulier et en route de l'aéroport de Kangerlussuaq à l'aéroport d'Aasiaat, où une fuite de carburant a causé une incendie en vol. Un des pilotes a été tué, tandis que l'autre pilote et les quatre passagers ont survécu[50].
  • Le 12 mai 1962, un Catalina avec immatriculation CF-IHA s'est écrasé en atterrissant à Nuuk. L'accident a été causé par un dysfonctionnement mécanique des portes de la roue avant, les causant de rester ouvertes tant que le hydravion a atterri sur l'eau, et l'avion s'est enfoncé dans l'eau. L'accident a tué 15 des 21 personnes à bord[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Air Greenland Annual Report 2007
  2. (en) « Contact », Air Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  3. a, b, c, d, e, f et g (en) « Annual Report 2009 » [PDF], Air Greenland (consulté le 19 mai 2010)
  4. a, b, c et d (en) « Fleet: Aircraft and Helicopters », Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  5. a et b (da) « Trafikforhold », Government of Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  6. a et b (en) « Ministry of Housing, Infrastructure and Transport », Government of Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  7. (en) « Charter », Air Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  8. a et b (da) Air Greenland 50th Anniversary « Grønlandsfly 1960-69 », Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  9. a et b (en) « Hotel Arctic », Hotel Arctic (consulté le 16 mai 2010)
  10. a, b, c, d, e et f (en) « Booking system », Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  11. a, b, c et d (da) Air Greenland 50th Anniversary « Grønlandsfly 1970-79 », Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  12. a et b (da) « Maarmorilik udvides », Kalaallit Nunaata Radioa,‎ 27 avril 2010 (lire en ligne)
  13. « Black Angel News, the newsletter about the Black Angel Project in Greenland » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130317
  14. a, b, c, d et e Air Greenland 50th Anniversary « Grønlandsfly 1980-89 », Air Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  15. a, b et c Michael Binzer (Air Greenland). Air Greenland Airbus A330-200, Boeing 757-200, Dash 7 & Sikorsky 61 [DVD]. Just Planes Videos.
  16. a et b (en) « Suluk 2010 No.1 » [PDF], Air Greenland (consulté le 7 juin 2010)
  17. (en) « Defective equipment costs Air Greenland millions », Sermitsiaq,‎ 18 novembre 2008 (consulté le 16 mai 2010)
  18. a et b (en) « Annual Report 2006 », Icelandair Group (consulté le 19 mai 2010)
  19. a, b, c et d (da) Air Greenland 50th Anniversary « Grønlandsfly 1990-99 », Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  20. a et b (da) Air Greenland 50th Anniversary « Air Greenland 2000-09 », Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  21. (en) « Annual Report 2004 » [PDF], Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  22. (da) « Air Greenland skal fortsat servicere Thule Air Base », Sermitsiaq,‎ 22 août 2008 (lire en ligne)
  23. (kl) « Air Greenlandip Air Alpha Greenland pisiarilerpaa », Kalaallit Nunaata Radioa,‎ 28 juillet 2006 (lire en ligne)
  24. (da) « Air Alphas epoke i Grønland slut », Kalaallit Nunaata Radioa,‎ 28 juillet 2006 (lire en ligne)
  25. (en) « New direction will ensure SASs future », SAS Group,‎ 13 June 2007 (lire en ligne)
  26. (no) « SAS i krise: SAS-sjefen har stor tro på fremtiden », e24.no,‎ 3 février 2009 (lire en ligne)
  27. (da) « SAS sælger Air Greenland aktier », Sermitsiaq,‎ 3 février 2009 (lire en ligne)
  28. a et b (en) « Annual Report 2008 » [PDF], Air Greenland (consulté le 19 mai 2010)
  29. (da) « Iqaluit rute udsat », Sermitsiaq,‎ 18 septembre 2009 (lire en ligne)
  30. (da) « Air Greenland dropper Eurobonus », Sermitsiaq,‎ 21 octobre 2009 (lire en ligne)
  31. (da) « Farvel til Kunuunnguaq », Sermitsiaq,‎ 26 avril 2010 (lire en ligne)
  32. a, b et c (da) « Stor interesse for debat med Binzer », Sermitsiaq,‎ 18 novembre 2009 (lire en ligne)
  33. a et b (en) « Fleet: Aircraft and Helicopters: Dash-8-200 », Air Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  34. (en) « Air Iceland's Destinations », Air Iceland (consulté le 19 mai 2010)
  35. a, b et c (da) « Erhvervsliv raser mod Air Greenland », Sermitsiaq,‎ 14 avril 2010 (lire en ligne)
  36. (da) « Første Dash-8 lander i Nuuk », Sermitsiaq,‎ 30 avril 2010 (lire en ligne)
  37. (da) « Sermitsiaq mener: Farvel til atlantruten », Sermitsiaq,‎ 3 mai 2010 (lire en ligne)
  38. « Sauvetage maritime : Des EC225 pour l'Espagne et le Groenland », sur Mer et Marine,‎ 15 septembre 2011
  39. (en) « Air Greenland orders two EC225 helicopters for use in all-weather missions, including search and rescue », Eurocopter (consulté le 12 septembre 2011)
  40. (en) « Overview of historical fleet with photographs », Air Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  41. a et b (en) « Our travel products », Air Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  42. (en) « Suluk, our In-flight magazine », Air Greenland (consulté le 19 mai 2010)
  43. a, b et c (en) « Business Class », Air Greenland (consulté le 17 mai 2010)
  44. (en) « Suluk 2009 No.4 » [PDF], Air Greenland (consulté le 19 mai 2010)
  45. (en) « Timetable », Diskoline (consulté le 17 mai 2010)
  46. a et b (en) « Subsidiary Companies », Air Greenland (consulté le 16 mai 2010)
  47. a et b (da) « Tidligere AUL-direktør stævnet for 15,5 millioner kroner », Sermitsiaq,‎ 10 septembre 2009 (lire en ligne)
  48. a et b (da) « Vil undgå at AUL begynder at afvikle », Sermitsiaq,‎ 27 novembre 2009 (lire en ligne)
  49. (da) « Kystsejladsen stopper måske », Sermitsiaq,‎ 16 March 2010 (lire en ligne)
  50. (en) « 29 Aug 1961 », Aviation Safety Network (consulté le 24 mai 2010)
  51. (en) « 12 May 1962 », Aviation Safety Network (consulté le 24 mai 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :