10e division de montagne (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
10th Mountain Division (Light Infantry)
Insigne d'épaule de la 10e division de montagne américaine
Insigne d'épaule de la 10e division de montagne américaine

Période 15 juillet 1943
Pays États-Unis
Branche Seal of the US Department of the Army.svg United States Army
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie légère
Fait partie de XVIII Airborne Corps
Garnison Fort Drum, New York
Devise « Climb to glory » « La montée vers la gloire »
Guerres
Seconde Guerre mondiale,
Guerre du Golfe,
Opération Restore Hope en Somalie,
Guerre en Afghanistan,
Guerre en Irak
Commandant Major General Michael L Oates

La 10e Division de Montagne (Infanterie légère) (en anglais : 10th Mountain Division (Light Infantry)) est une division d'infanterie de l'US Army, organisée lors de sa création pour combattre en milieu montagneux. Désormais elle garde l'appellation "montagne" (mountain) pour des raisons uniquement historiques et traditionnelles.

Intégrée au XVIII Airborne Corps, c'est une unité légère censée être déployée sur n'importe quel point du globe en 96 heures. Pour atteindre cet objectif, l'une des 2 brigades d'infanterie est désignée comme étant la première à partir, et au sein de celle-ci, l'un des bataillons est désigné comme le premier à partir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

La 10e Division de Montagne est activée pour la première fois le 15 juillet 1943 à Camp Hale, dans le Colorado[1]. Elle porte alors le nom de 10th Light Division (Alpine), 10e division légère. Le 6 novembre 1944, elle est renommée 10th Mountain Division (10e Division de Montagne).

Une section de la 10e division de montagne sécurisant une route (Italie, 1945)

La 10e Division de Montagne fut engagée pour la première fois le 28 janvier 1945 durant la campagne d'Italie, dans la chaîne des Appenins[2]. Elle fut la première unité à conquérir durablement le Mont Belvédère tenu par la Wehrmacht[3], et servit ensuite d'unité d'avant-garde au profit de la 5e armée américaine lors de son avancée dans la plaine du Pô[4].

En 114 jours de combats, la 10e Division de Montagne est créditée de la destruction de 5 divisions d'élite de la Wehrmacht. Elle perdit 992 hommes et eut 4154 blessés. Les soldats de la division ont reçu un total d'une Medal of Honor, trois Distinguished Service Cross, une Distinguished Service Medal, 449 Silver Stars, sept Legion of Merit, 15 Soldier's Medals, et 7729 Bronze Star Medals.

Comme c'était l'une des dernières unités entrée en action, elle était inscrite sur la liste de celles qui devaient participer à l'invasion du Japon. La capitulation nipponne changea les plans de l'état-major, qui lui assigna le rôle de force d'occupation en Italie. Elle n'y resta pas longtemps, elle fut renvoyée à Camp Carson (Colorado) en août 1945, où elle fut démantelée le 30 novembre 1945.

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 1948, la 10e Division de Montagne fut réactivée en tant que division d'entraînement à Fort Riley (Kansas), sous le nom de 10e Division d'infanterie[1]. Elle servait à entraîner les soldats d'autres unités aux spécificités du combat en montagne, une mission qui prit de l'importance avec la guerre de Corée.

En janvier 1954, la 10e Division de Montagne retrouva son statut de division de combat, et fut envoyée en Allemagne de l'Ouest où elle occupa une position centrale dans le dispositif de l'OTAN[5]. Elle fut renvoyée aux États-Unis en 1958 et démantelée une seconde fois le 14 juin 1958 à Fort Benning (Géorgie)[1].

Le 13 février 1985, la 10e Division de Montagne fut à nouveau réactivée et basée à Fort Drum (New York)[1]. Ses effectifs sont de deux brigades, une brigade héliportée lui étant ajoutée en 1988.

Conflits modernes[modifier | modifier le code]

Près de 1200 hommes de la 10e Division de Montagne ont participé à l'Opération Tempête du désert, en tant que soutien à la 24e division d'infanterie mécanisée.

Des éléments de la 10e Division de Montagne ont également participé à l'opération Restore Hope en Somalie, de 1992 à 1994, intervenant notamment pour dégager les Rangers qui tentaient d'arrêter des adjoints du chef de guerre Mohamed Farrah Aidid lors de la bataille de Mogadiscio. Près de 7 300 soldats de la 10e Division de Montagne ont servi en Somalie.

De 1994 à 1995, 8600 soldats servent en Haïti dans le cadre de l'opération Uphold Democracy (Soutien à la Démocratie). 2 000 d'entre eux réalisèrent une première, l'assaut aéroporté d'une unité de l'US Army depuis un porte-avions de l'US Navy. La 10e fut l'unité centrale de la force internationale servant à stabiliser Haïti.

De 1996 à 2000, la 10e division de Montagne envoya des détachements en Bosnie, afin de préserver la paix dans la volatile région des Balkans.

Opérations en cours[modifier | modifier le code]

En décembre 2001, la 10e Division de Montagne fut déployée en Afghanistan pour lutter contre les Talibans et Al-Qaïda. Elle participa notamment aux opérations "Anaconda" et "Mountain Lion"[1]. En 2003, des éléments de la division sont de retour en Afghanistan[6],[7].

Des soldats de la 10e division de montagne (Afghanistan, 2001)
Entraînement de la Quick Reaction Force de la 10e division de montagne (Bagram Afghanistan, 2003)

Des unités de la division ont aussi été engagées dès 2003 en Irak. Même si elle n'a pas participé aux opérations de combat majeures, la 10e Division de Montagne est impliquée dans les opérations de la Coalition depuis lors.

En janvier 2010, des éléments de la division ont également porté secours à la population d'Haïti, frappée par un séisme dévastateur.

Organisation et récompenses[modifier | modifier le code]

Ordre de bataille de la 10th Mountain Division

La 10e Division de Montagne a été réorganisée à de nombreuses reprises. Le 13 septembre 2004, elle est réorganisée selon le concept de division modulaire, certaines unités étant dissoutes, d'autres étant créées.

Structure actuelle[modifier | modifier le code]

En 2007, elle aligne 6 brigades, dont 4 de combat, une d'aviation et une de soutien :

  • 10th Mountain Headquarters & Headquarters Battalion
    • Headquarters et Headquarters Company
    • Network Support Company
    • 10th Mountain Division Band
  • 1e Brigade « Warrior Brigade »
    • 1st Battalion, 87th Infantry Regiment
    • 2nd Battalion, 22nd Infantry Regiment
    • 1st Squadron, 71st Cavalry Regiment
    • 3rd Battalion, 6th Field Artillery Regiment
    • 1st Brigade Special Troops Battalion
    • 10th Brigade Support Battalion
  • 2e Brigade « Commandos »
    • 2nd Battalion, 14th Infantry Regiment
    • 4th Battalion, 31st Infantry Regiment
    • 1st Squadron, 89th Cavalry Regiment
    • 2nd Battalion, 15th Field Artillery Regiment
    • |2nd Brigade Special Troops Battalion
    • 210th Brigade Support Battalion
  • 3e Brigade « Spartans »
    • 1st Battalion, 32nd Infantry Regiment
    • 2nd Battalion, 87th Infantry Regiment
    • 3rd Squadron, 71st Cavalry Regiment
    • 4th Battalion, 25th Field Artillery Regiment
    • 3rd Brigade Special Troops Battalion
    • 710th Brigade Support Battalion
  • 4e Brigade « Patriots »
    • 2nd Battalion, 4th Infantry Regiment
    • 2nd Battalion, 30th Infantry Regiment
    • 3rd Squadron, 89th Cavalry Regiment
    • 5th Battalion, 25th Field Artillery Regiment
    • 4th Brigade Special Troops Battalion
    • 94th Brigade Support Battalion
  • 10e Aviation Brigade « Falcons »
    • 1st Battalion, 10th Aviation Regiment
    • 2nd Battalion, 10th Aviation Regiment
    • 3rd Battalion, 10th Aviation Regiment
    • 6th Squadron, 6th Cavalry Regiment
    • 277th Aviation Support Battalion
  • 10e Sustainment Brigade « Muleskinners »
    • 10th Sustainment Brigade Troops Battalion
    • 620th Movement Control Team
    • 548th Combat Service Support Battalion
    • 7th Combat Engineers Battalion (ADCON Minus)
    • 91st Military Police Battalion (ADCON Minus)
    • 63rd Explosive Ordnance Battalion (ADCON Minus)

La 29e division d'infanterie, composée d'éléments de la Garde nationale de plusieurs États (Virginie, Maryland, Caroline du Nord, Puerto Rico) est l'unité associée à la 10e Division de Montagne.

Décorations[modifier | modifier le code]

Ruban Récompense Année Notes
Meritorious Unit Commendation ribbon.svg Meritorious Unit Commendation (Army) 2001–2002 pour service en Asie Centrale
Meritorious Unit Commendation ribbon.svg Meritorious Unit Commendation (Army) 2003–2004 pour service en Afghanistan
Meritorious Unit Commendation ribbon.svg Meritorious Unit Commendation (Army) 2008–2009 pour service en Iraq[8]

Sources et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Unités étrangères similaires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Lineage and Honors Information: 10th Mountain Division », United States Army Center of Military History (consulté le 6 juillet 2009)
  2. Almanac, p. 590.
  3. (en) Thomas R. Brooks (trad. de l'allemand), The War North Of Rome: June 1944– May 1945, Cambridge, Da Capo Press,‎ 2003, 1e éd. (ISBN 978-0-306-81256-9, OCLC 55519177), p. 354
  4. Alamanc, p. 591.
  5. « GlobalSecurity.org: 10th Mountain Division », GlobalSecurity (consulté le 6 juillet 2009)
  6. « Going in small in Afghanistan », Christian Science Monitor (consulté le 9 juillet 2009)
  7. « 10th Combat Aviation Brigade Assumes OEF Aviation Mission », Defenselink.mil (consulté le 19 juillet 2009)
  8. « War on Terrorism Awards », United States Army Center of Military History (consulté le 30 juillet 2009)

History of the tenth light division (alpine). (2006, December 10). In Wikisource, The Free Library. Retrieved 09:35, September 16, 2007, from

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John J. McGrath, The Brigade: A History: Its Organization and Employment in the US Army, Combat Studies Institute Press,‎ 2004 (ISBN 978-1-4404-4915-4)
  • (en) Army Almanac: A Book of Facts Concerning the Army of the United States, United States Government Printing Office,‎ 1959 (ASIN B0006D8NKK)

Liens externes[modifier | modifier le code]