Mohamed Farrah Aidid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mohamed Farrah Hassan dit Aidïd () est un homme politique somalien, chef du clan Habr Gidr (lui-même une branche du clan Hawiye) et de l'Alliance nationale somalienne.

Il participe à la rébellion qui aboutit à la chute du régime de Siad Barre en janvier 1991. Il combat ensuite les troupes des États-Unis et des Nations unies présentes dans le pays. Aidid est l'une des principales cibles de l'opération Restore Hope menée par les États-Unis et par l'ONU pour fournir de l'aide humanitaire et briser le siège militaire de la Somalie. Il se déclare président de la Somalie après avoir contraint les forces de l'ONU à quitter le pays en 1995. Il trouve la mort lors d'un combat entre factions le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Aidid suit des études à Rome et à Moscou avant de servir dans le gouvernement Barre. Suspectant un coup d'État, ce dernier l'emprisonne pour 6 ans. En 1991, Barre est effectivement renversé et Aidid, en tant que chef du Congrès de la Somalie unifiée, s'affirme comme l'une des personnalités clés de la guerre civile qui suit. Aidid repousse les forces internationales de maintien de la paix de l'ONU en 1992, à la suite de quoi les États-Unis mettent sa tête à prix pour 25 000 $ et tentent sans succès de le capturer. Une série d'opérations contre son clan se termine par les combats de Mogadiscio des 3 et 4 octobre 1993 au cours desquels 500 à 1 000 Somaliens et dix-neuf soldats américains sont tués, causant le retrait des troupes américaines de Somalie.

Les États-Unis retirent leurs forces peu de temps après et les Nations unies quittent la Somalie en 1995. Aidid se déclare alors président de la Somalie mais son gouvernement n'est pas reconnu par la communauté internationale. Il meurt le des suites des blessures par balles reçues une semaine plus tôt au cours d'une bataille avec des factions ennemies. Selon des rumeurs relayées entre autres par le LA Times et USA Today, les forces d'opération spéciales américaines ou des officiers de la CIA seraient directement ou indirectement mêlées à la mort d'Aidid.[réf. nécessaire]

Succession[modifier | modifier le code]

Son fils, Hussein Mohamed Farrah, est désigné pour la succession par le clan Habr Gidr deux jours après la mort de son père, bien que Abdullah Yusuf Ahmed ait été élu président de transition. L'Occident voit en Hussein, qui a vécu aux États-Unis depuis l'âge de 14 ans et a incorporé les Marines après avoir obtenu la nationalité américaine, une chance d'apaisement des relations avec la Somalie.

Sources[modifier | modifier le code]