Îles Heard-et-MacDonald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

53° 06′ 16″ S 73° 31′ 44″ E / -53.1044, 73.5289 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heard et McDonald.
Îles Heard-et-MacDonald
Heard Island and McDonald Islands (en)
Carte des îles Heard-et-MacDonald.
Carte des îles Heard-et-MacDonald.
Administration
Statut politique Territoire extérieur de l'Australie
Capitale Aucune
Gouvernement
- Administration

Department of the Environment and Water Resources
Démographie
Population hab. (2007)
Densité 0 hab./km2
Langue(s) Anglais
PIB
 · PIB/hab.
n/a
n/a
Géographie
Coordonnées 53° 00′ 00″ S 73° 30′ 00″ E / -53, 73.5 ()53° 00′ 00″ Sud 73° 30′ 00″ Est / -53, 73.5 ()  
Superficie 372 km2
Divers
Monnaie n/a
Domaine internet .hm
Indicatif téléphonique n/a
Hymne n/a
Devise n/a

Les îles Heard-et-MacDonald[1], en anglais Heard Island and McDonald Islands, forment un territoire extérieur de l'Australie depuis 1947. il est constitué d'un petit archipel, les îles McDonald, et d'une île isolée, l'île Heard. Situé dans l'océan Indien, à 4 100 kilomètres au sud-ouest de l'Australie, aux deux tiers de la distance entre Madagascar et l'Antarctique, le territoire est inhabité et administré par le Department of the Environment and Water Resources. Ces îles d'origine volcanique sont situées sur le plateau de Kerguelen.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage de l'île Heard avec le point culminant de l'île et du territoire, le pic Mawson.

Le territoire est formé des îles McDonald, dont l'île McDonald, de l'île Heard ainsi que d'un groupe d'îlots et de rochers mesurant environ 1,1 km2 de superficie, situé à une dizaine de kilomètres au nord de l'île Heard et composé des îlots Shag Islet et Morgan Island et des rochers Sail Rock et Black Rock.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première personne à avoir aperçu de façon probable l'île Heard est Peter Kemp, un chasseur de phoques britannique qui la découvre le 27 novembre 1833 lors d'un voyage sur le Magnet depuis les îles Kerguelen vers l'Antarctique. Il aurait inscrit cette observation dans son journal de bord.

Le capitaine John Heard, un chasseur de phoques américain voyageant sur l’Oriental entre Boston et Melbourne, observe à nouveau l'île Heard le 25 novembre 1853. Il rapporte sa découverte le mois suivant et l'île est baptisée en son nom. Le capitaine William McDonald à bord du Samarang découvre les îles McDonald le 4 janvier 1854.

Le premier débarquement connu sur l'île Heard date de mars 1855 lorsque des chasseurs de phoques du Corinthian conduits par le capitaine Erasmus Darwin Rogers y débarquent à un emplacement nommé Oil Barrel Point. Entre 1855 et 1880, un certain nombre de chasseurs de phoques américains y passent un an ou plus dans des conditions effroyables. Au maximum, la communauté compte 200 personnes. En 1880, les phoques sont en grande partie décimés et les chasseurs désertent l'île. Au total, plus de 100 000 barils d'huile de phoque sont produits.

Les îles reviennent à l'Australie en 1947. Jusque dans les années 1950, l'île Heard est alors visitée par des équipes scientifiques à l'anse Atlas. En 1971, c'est le tour de l'île McDonald à la baie Williams. Le territoire est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997.

Administration[modifier | modifier le code]

Les îles Heard-et-MacDonald forment un territoire extérieur de l'Australie administré depuis Hobart en Tasmanie par la division Antarctique du Department of the Environment and Water Resources. Elles sont incluses dans une réserve maritime de 65 000 km2 de superficie et visitées principalement à des fins de recherche.

Le territoire ne possède aucun port et aucune activité économique mais le code pays HM ainsi que le domaine .hm lui ont été attribués.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Commission de toponymie de l'IGN - Institut national de la statistique et des études économiques, Pays indépendants et capitales du monde : Entité géopolitiques dépendantes au 01.09.2007, Paris,‎ 16 septembre 2007, 10 p. (lire en ligne), p. 5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Philip Temple, The Sea and the Snow, éditions Cassel, 1966, Australie, 188 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]