Riversleigh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sites fossilifères de mammifères d'Australie (Riversleigh / Naracoorte) *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Paysage du parc
Paysage du parc
Coordonnées 19° 04′ 59″ S 138° 43′ 01″ E / -19.083, 138.717 ()19° 04′ 59″ Sud 138° 43′ 01″ Est / -19.083, 138.717 ()  
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Type Naturel
Critères (viii) (ix)
Superficie 10 300 ha
Numéro
d’identification
698
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1994 (18e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Riversleigh, au Nord-Ouest du Queensland, en Australie, est un site fossilifère de plus de 100 km2 de superficie contenant des restes d'anciens animaux notamment mammifères datant de l'Oligocène et du Miocène. Inscrit à la liste du patrimoine mondial de l'Humanité en 1994, la réserve est située à proximité du parc national Boodjamulla.

Riversleigh est un site fossilifère exceptionnel au niveau mondial tant dans sa richesse biologique que dans sa conservation des taxons, en termes d'évolution et de continuité de la faune et des habitats. La richesse de la faune fossile de Riversleigh a modifié notre compréhension de la diversité des vertébrés australiens du milieu du Cénozoïque. Plusieurs centaines de nouvelles espèces ont été décrites à partir de milliers de spécimens bien conservés. Ces faunes tertiaires comprennent les formes ancestrales des kangourous, rats kangourous, wombats, bandicoots, taupes marsupial, thylacines, koalas, opossums et opossums pygmées, chauves-souris, rongeurs, ornithorynques, etc. et des taxons de lignées éteintes. En plus des mammifères, les sites fossilifères livrent les restes de crocodiles, serpents, lézards, tortues, grenouilles, oiseaux, escargots, insectes et autres invertébrés. En plus des quelque 259 sites répertoriés, de nouveaux sont attendus.

Par ailleurs, le site comporte un grand nombre de traces archéologiques d'occupation aborigène, en particulier à proximité des rivières. Le site de Riversleigh est en marge sud-ouest du territoire du clan Waanyi.

Le contexte géologique[modifier | modifier le code]

Les fossiles de Riversleigh sont enchâssés dans du calcaire trouvé dans des étangs ou des cavernes d'une région dont l'écosystème a évolué d'une forêt humide à une prairie semi-désertique.


Le contexte tectonique et paléoclimatique[modifier | modifier le code]

Au début du Miocène (23,3 -16.3 millions d'années), la masse continentale du Sud du Gondwana se sépare du reste. L'Australie séparée de l'Antarctique et de l'Amérique du Sud dérive vers le nord avec les îles de la Nouvelle-Guinée (Cf. tectonique des plaques). Le climat est chaud et humide. La forêt pluviale domine les paysages (la richesse en biodiversité pourrait se comparer à celle de Bornéo ou de l'Amazonie actuelle).

La fin du Miocène (10 - 4,5 millions d'années) est sèche à l'échelle mondiale et se refroidit. La glace s'accumule rapidement aux pôles, en conséquence le niveau moyen des océans diminue et, les précipitations également. L'Australie est alors isolée des autres masses continentales mais juste en connexion avec des groupes d'îles du Sud-Est asiatique, elle assèche en raison de la progression de l'inlandsis antarctique. Les forêts tropicales se retirèrent au profit de forêts sèches plus ouvertes et de formations buissonnantes.

Principaux fossiles trouvés à Riversleigh[modifier | modifier le code]

Le crâne et la denture presque complète d'un monotrème vieux de quelque quinze millions d'années : Obdurodon dicksoni, permettant d'entrevoir l'évolution de ce groupe si caractéristique de la faune australienne.

Mammifères[modifier | modifier le code]

  • Thylacine ressemblait à un chien marsupial dont le dernier représentant, le Tigre de Tasmanie (Thylacinus cynocephalus) s'est éteint dans les années 1930. Il a été le plus grand mammifère carnivore d'Australie. A la fin du Miocène, Thylacinus potens, était un des plus importants des Thylacines. Les restes fossiles de Thylacinus potens[1] étaient seulement constitués d'une mâchoire supérieure à Alccota station où T. megiriani était également présent. Avant la découverte des fossiles de Riversleigh[2], il n'y avait ainsi qu'une seule espèce thylacine tertiaire connue pour l'Oligo-Miocène[3].

D'autres formes ancestrales de marsupiaux ont été répertoriées à Riversleigh comme les taupes, bandicoot, lions marsupiaux, koala, wombat, kangourou et opossums. Des mammifères placentaires y sont représentés par plus de 35 espèces de chauves-souris. Ce qui en fait le site le plus riche au monde pour ce taxon.

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Reptiles[modifier | modifier le code]

  • Baru, le mot baru en langue aborigène signifie l'ancêtre crocodile. L'espèce Baru darrowi date du milieu du Miocène dans le Territoire du Nord (c'est le plus gros, il atteint 4-5 m de long aussi gros que les crocodiles d'eau salée actuels), deux autres espèces B. huberi et B. wickeni datant de la fin de l'Oligocène sont présentes dans les dépôts fossilifères du Queensland. Baru était sans doute un prédateur semi-aquatique des berges de milieux forestiers qui se nourrissait entre autres de kangourous archaïques

Le genre Baru se situe à la base de la lignée de la tribu Mekosuchini, qui comprend Trilophosuchus (un petit crocodile de Riversleigh), Quinkana (Pliocène-Pléistocène australien), Volia (Pléistocène de Fidji) et Mekosuchus (Australie et Nouvelle-Calédonie). Les espèces de Baru (B. wickeni et B. huberi) sont étroitement liées et connues dans les couches de l'Oligocène-Miocène du Nord et du Centre de l'Australie [4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Australian Museum, Thylacinus potens [1]
  2. Australian Museum, photographie de Thylacine [2]
  3. Australian Museum, Thylacine [3]
  4. Australian Museum, Baru darrowi [4]
  5. réf. souhaitée
  6. Hutchinson Mark N., Stephen C. Donnellan, "Fauna of Australia 26", ed. C.G.Glasby G.J.B.Ross P.L.Beesley, publish. Australian Government Publishing Service, 1993 - Fauna of Australia, 2, 15, 26. Biogeography and Phylogeny of the Squamata, isbn=978-0-644-32429-8 [5]
  7. Camfield Giant Snake, Yurlunggur camfieldensis† Scanlon, 1992 [6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archer M., Hand S.J., Godthelp H., 1994 - Riversleigh: the Story of Animals in Ancient Rainforests of Inland Australia. Reed Books, Sydney.
  • Long J.A. et al., 2002 - Prehistoric Mammals of Australia and New Guinea: One Hundred Million Years of Evolution. Johns Hopkins University Press, Baltimore, 240 pages

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]