Yvette Lundy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yvette Lundy à Mondement pour le centenaire de la Grande Guerre.

Yvette Lundy, née à Oger le , est une résistante française, arrêtée puis déportée aux camps de Ravensbrück et de Buchenwald.

De la Première Guerre mondiale à la Seconde[1][modifier | modifier le code]

Yvette Lundy est née dans une famille d'agriculteurs originaires de Beine, près de Reims, devenue Beine-Nauroy. Pendant la Première Guerre mondiale, sa famille est obligée de fuir le village qui se situe alors sur la ligne de front des batailles de Champagne, et s'installe durant la guerre à Oger. Après avoir grandi à Beine, c'est en devenant institutrice qu'Yvette Lundy revient tout près de son village natal. En 1938, elle prend son poste à Gionges, où elle est également secrétaire de mairie.

En mai 1940, lors de l'Exode, elle quitte le département pour y revenir en juillet 1940.

La Résistance[modifier | modifier le code]

Sous l'Occupation, elle fournit des faux-papiers et des cartes d’alimentation en particulier à des prisonniers évadés du camp de Bazancourt, ainsi qu'à une famille juive à la demande d'une amie qui travaillait à Paris.

Elle assure l’hébergement de réfractaires au Service du travail obligatoire, de résistants traqués et d'équipages alliés pris en charge par le réseau d'évasion Possum.

La Déportation[2][modifier | modifier le code]

Le 19 juin 1944, Yvette est arrêtée à Gionges. Pour protéger ses frères et sœurs René, Lucien, Georges et Berthe, également engagés dans la Résistance, elle fait croire, durant les interrogatoires, qu'elle est fille unique. Elle est incarcérée à la prison de Châlons-sur-Marne, puis transférée au camp de Romainville.

Puis le 18 juillet 1944, elle est déportée comme résistante à Neue Bremm, puis à Ravensbrück où elle porta le matricule 47 360. Le 16 novembre 1944, elle est transférée à Buchenwald, sous le matricule 15 208, où elle est affectée au Kommando de Schlieben.

Elle en est libérée le 21 avril 1945 par l'Armée rouge. Après une marche d'au moins deux cents kilomètres, Yvette Lundy et son groupe de déportés parviennent à rejoindre Halle, d'où ils sont rapatriés à Paris par avion jusqu'au Bourget le 8 mai 1945, avant d'être accueillis à l'Hôtel Lutetia.

Une mémoire de la Résistance et de la Déportation[modifier | modifier le code]

Depuis, Yvette Lundy est devenue une grande figure de la Résistance marnaise, en mettant toute son énergie dans la transmission de la mémoire de la Résistance et de la Déportation. Elle continue aujourd'hui encore, âgée de plus de 95 ans, à témoigner, particulièrement auprès des jeunes notamment dans le cadre du Concours national de la résistance et de la déportation.

Elle est l'auteur de Le fil de l’araignée, le récit de sa vie, publié en 2012.

Elle inspira à Tony Gatlif le personnage de Mademoiselle Lundi dans son film Liberté, avec Marc Lavoine et Marie-Josée Croze, sorti en 2009.

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Son livre autobiographique « Le fil de l'araignée » coécrit avec Laurence Boisson-Barbarot, dans la collection Book & Mystère, éditions LB-com.