Hérisson (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hérisson (homonymie).

Hérisson
Hérisson (Allier)
Château et portion du bourg d'Hérisson.
Blason de Hérisson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Huriel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Tronçais
Maire
Mandat
Bernard Faureau
2014-2020
Code postal 03190
Code commune 03127
Démographie
Population
municipale
627 hab. (2016 en diminution de 1,1 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 34″ nord, 2° 42′ 44″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 327 m
Superficie 32,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Hérisson

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Hérisson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hérisson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hérisson
Liens
Site web mairie-herisson.fr

Hérisson est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes, sur l'Aumance, à une quinzaine de kilomètres de son confluent avec le Cher.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hérisson est située dans une cuvette et son château au sommet d'une colline qui domine l'Aumance, rivière qui traverse le village.

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Hérisson
Vallon-en-Sully Le Brethon Saint-Caprais
Hérisson Louroux-Bourbonnais
Haut-Bocage Venas

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 3 (reliant Montluçon au sud-ouest et Cérilly au nord-est), 11 (reliant Vallon-en-Sully à l'ouest et Cosne-d'Allier à l'est), ainsi que les RD 157 (vers Meaulne-Vitray) et 251 (vers Louroux-Bourbonnais)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La légende raconte que les habitants de la ville antique de Cordès vinrent s'installer à Hérisson pour se protéger des invasions barbares. Hérisson est au Moyen Âge l'une des dix-sept châtellenies du Bourbonnais et elle a en plus le rôle de défendre la frontière avec l'Aquitaine. Un premier château est construit par les sires de Bourbon pour contrôler les passages sur l'Aumance vers le Xe siècle. Durant la Guerre de Cent Ans, les Anglais, qui possèdent l'Aquitaine, menacent directement le Bourbonnais et assiègent le château d'Hérisson qui résiste. Après la Fronde, le cardinal Mazarin, qui régit la France avec Anne d'Autriche durant la minorité de Louis XIV, fait démanteler le château d'Hérisson. Il sert ensuite de carrière de pierres.

À la Révolution, Hérisson devient chef-lieu de canton, mais sa situation en cuvette, donc loin des axes routiers, ne favorise pas son développement. C'est la ville voisine de Cosne-d'Allier, qui avec la ligne de train Montluçon-Moulins, va se développer beaucoup plus qu'Hérisson. La ville d'Hérisson est aujourd'hui essentiellement touristique grâce à un patrimoine riche, en plus de l'administration locale en tant que chef-lieu de canton.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal, élu à la suite des élections municipales de 2014, est composé de treize élus, dont trois adjoints[H 1].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 8 avril 2014)
Bernard Faureau[2] DVD Vétérinaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 627 habitants[Note 1], en diminution de 1,1 % par rapport à 2011 (Allier : -0,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7605661 1091 3701 4071 4561 3821 5051 494
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4931 3961 4931 5511 6161 7691 9531 9341 740
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6801 6081 5421 3531 2741 1911 1941 1191 165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1701 043979872801709679634627
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Hérisson dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal avec la commune de Venas et l'ancienne commune de Louroux-Hodement[H 2].

Les élèves de maternelle et de cours préparatoire (CP) vont à Hérisson, ceux de cours élémentaire 1re et 2e année à Venas, ceux de cours moyen 1re et 2e année à Louroux-Hodement[H 2]. Ils poursuivent leur scolarité au collège de Cosne-d'Allier[7] puis dans les lycées de Montluçon[8]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Hérisson bénéficie du label Petite cité de caractère depuis le 10 décembre 2018[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mur gaulois de fortification entourant la ville de Châteloy[10].
  • Château médiéval des Xe et XIVe siècles, qui domine la cité médiévale et l'Aumance. M.H.
Article détaillé : château d'Hérisson.
  • Église Saint-Pierre de Châteloy du XIIe siècle (romane). M.H.
  • Clocher Saint-Sauveur du XIIIe siècle. M.H. (1927). Seul vestige[Note 2] de l'ancienne collégiale Saint-Sauveur. Un escalier à vis, dans une tourelle accolée au clocher, permet d'accéder à la chambre des cloches. La restauration du monument a été achevée en 2011[11][réf. non conforme]. La flèche a été couverte de tavaillons (tuiles en bois, faites ici d'acacia).
  • Église Notre-Dame du XIXe siècle.
  • Tours-portes des XIe et XIIe siècles. La porte de Varenne et la porte de la Rivière sont ainsi des monuments historiques.
  • Chapelle du Calvaire du XIVe siècle, récemment restaurée.
  • Chapelle Saint-Étienne du XIVe siècle. M.H. (1986).
  • Cité médiévale des XIe et XIIe siècles. M.H.
  • Jeu de neutrou sur la place[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film de René Allio Un médecin des Lumières (1988) se déroule à Hérisson[13].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Le comédien Olivier Perrier, natif d'Hérisson, crée en 1976, avec Jean-Louis Hourdin et Jean-Paul Wenzel, les Rencontres théâtrales d'Hérisson. En 1979, leur groupe prend le nom de Fédérés[Note 3]. Cette expérience donne naissance en 1981 à Montluçon à un centre de création théâtrale, qui dispose à partir de 1985 d'une nouvelle salle, le théâtre des Ilets, et qui est reconnu en 1993 comme Centre dramatique national[14]. En 1989 ouvre à Hérisson un studio de production, Le Cube[Note 4]. En 2003, le duo passe la main[16].Le village de Hérisson reste au cœur d'une activité théâtrale dynamique[17].

Le Footsbarn Theatre est une compagnie d'origine anglaise, créée en Cornouailles en 1971. Après une période d'itinérance, elle fait en 1991 l'acquisition d'un corps de ferme au lieu-dit La Chaussée, dépendant du village voisin de Maillet, à la limite sud-ouest d'Hérisson. Les bâtiments sont restaurés et deviennent le siège de la compagnie[18].

Musique[modifier | modifier le code]

L'église romane Saint-Pierre de Châteloy est le siège d'un festival annuel de musique de chambre fondé en 1966, le Festival de Musique en Bourbonnais. Chaque été, cinq ou six concerts sont donnés dans l'église[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Hérisson (Allier).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D'azur à un hérisson d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Renon, Hérisson en Bourbonnais. De Châteloy à Hérisson, vingt siècles d'histoire au pied du château, Charroux, Cahiers bourbonnais, 2009, 222 p., ill. (ISBN 978-2-85370-211-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. Le reste de l'édifice, en trop mauvais état, a été détruit.
  3. Jean-Louis Hourdin s'en sépare en 1981.
  4. Depuis 2011, le Cube est géré par la compagnie La Belle Meunière, de Pierre Meunier[15].

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de la mairie :
  1. « Conseil municipal de Hérisson » (consulté le 9 juillet 2019).
  2. a et b « Ecoles de la commune d'Hérisson » (consulté le 9 juillet 2019).
  • Autres références :
  1. a et b Carte de Hérisson sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 9 juillet 2019).
  2. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 27 septembre 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 9 juillet 2019).
  8. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 9 juillet 2019).
  9. Fabrice Redon, Antoine Delacou et Adrien Maridet, « Hérisson, Bourbon et Ébreuil : ces trois communes de l'Allier viennent de décrocher le label Petites cités de caractère », sur lamontagne.fr, (consulté le 2 juillet 2019).
  10. François Savatier, « Un mur gaulois dégagé à Hérisson », Pour la Science,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019).
  11. La Semaine de l'Allier, 11 août 2011, p. 25.
  12. Fabien Granier, « Election déprimante. Heureusement reste le neutrou », sur Rue 89, .
  13. « Un médecin des lumières », sur cinematheque.fr (consulté le 2 juillet 2019).
  14. Le Centre dramatique national de Montluçon.
  15. Le Cube, studio théâtre d'Hérisson.
  16. « Hérisson tourne une page », sur L'Express, .
  17. « Hérisson : vie artistique », sur http://www.villageherisson.fr/, (consulté le 22 mars 2018).
  18. Footsbarn Theatre.
  19. Site du festival.