Vieux-Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vieux Lille.
Vieux-Lille
L'entrée du Vieux-Lille par la rue Esquermoise
L'entrée du Vieux-Lille par la rue Esquermoise
Administration
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Ville Lille
Arrondissement Lille
Géographie
Coordonnées 50° 38′ 19″ nord, 3° 03′ 50″ est
Cours d’eau Deûle
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vieux-Lille

Géolocalisation sur la carte : Lille

Voir la carte administrative de Lille
City locator 14.svg
Vieux-Lille

Géolocalisation sur la carte : Lille

Voir la carte topographique de Lille
City locator 14.svg
Vieux-Lille

Le Vieux-Lille est un quartier situé au nord de Lille. Il est le quartier le plus riche en constructions antérieures au XIXe siècle. Il conserve encore de nombreuses rues pavées et quelques traces des canaux qui sillonnaient la ville aux siècles passés.

Généralités[modifier | modifier le code]

La rue Doudin, dans la partie populaire du Vieux-Lille

Jusqu’à la Première Guerre mondiale, le nom de Vieux-Lille était attribué à toute la partie de la ville antérieure à l'agrandissement de 1858 (c’est-à-dire la partie bordée à l'ouest par le boulevard de la Liberté et au sud par le boulevard Louis XIV). Au cours de la Première Guerre mondiale, les alentours de la rue de Béthune, de la gare et de la rue du Molinel sont détruits, le Palais Rihour (XVIIIe – XIXe siècles) est incendié. Les zones détruites sont reconstruites selon les modes des années trente, Art déco autour de la rue du Molinel, néo-régionaliste rue Faidherbe et rue de Béthune.

Dans les années 1930 et 1950, la destruction du quartier populaire de Saint-Sauveur, pour faire place à un quartier modernisé autour du nouvel hôtel de ville d'Émile Dubuisson, fait du Vieux-Lille le dernier témoignage de l'architecture de la ville avant la révolution industrielle.

Le Nord du centre-ville reste alors la seule partie ancienne de Lille totalement « préservée ». Elle échappe en fait à la modernisation et, de ce fait même, est de plus en plus délaissée par les habitants les plus favorisés. C'est probablement de cette époque que date le glissement du nom de « Vieux-Lille » vers ce seul périmètre. Quartier d'immigrés et de familles jusque dans les années 1980, traînant une mauvaise réputation, il a échappé à un projet de voie rapide en son centre. Il a été au contraire restauré sous les mandats successifs de Pierre Mauroy et est devenu aujourd'hui un quartier commercialement très dynamique. On y trouve beaucoup de bars, restaurants, et boutiques diverses, notamment de luxe. Depuis sa réhabilitation, le prix de l'immobilier n'a cessé d'y augmenter, renouvelant presque entièrement sa population et entraînant une rapide gentrification du quartier.

La place aux Oignons

Si Lille a bien ses origines dans le Vieux-Lille, dans les environs de la cathédrale Notre-Dame de la Treille, la majeure partie de ce qu'on appelle « Vieux-Lille » aujourd'hui n'est pas la plus ancienne de la ville. Tout un pan du Vieux-Lille a été construit beaucoup plus tard que le noyau historique : les voies situées au nord de la rue du Pont-Neuf et de la rue Négrier datent de l'agrandissement de 1670 décidé par Vauban après le rattachement à la France de Louis XIV. Elles se caractérisent par leur tracé linéaire et leur plan régulier.

Les rues, au tracé plus souple, situées à la jointure du Vieux-Lille et du centre-ville et autour de la cathédrale sont, en revanche, parmi les plus anciennes de Lille : rue de la Clef, rue de la Grande-Chaussée, rue des Chats-Bossus, place aux Oignons, rue Basse, etc.

La plupart de ces rues témoignent de l'allure qu'avait Lille dans le courant du XVIIIe siècle, alors que le style architectural de type « lillois » prospérait et se déclinait le long de rangs de maisons identiques dans les proportions et les rythmes et différentes dans les détails des décorations.

Édifices notables[modifier | modifier le code]

Le Vieux-Lille est surtout riche de ses rangs de maisons, de ses hôtels particuliers et de ses imposants édifices dus au plus de mille ans d'histoire du quartier.

Édifices d'origine civile[modifier | modifier le code]

  • la Vieille Bourse et la Chambre de Commerce de Lille.
  • le Conservatoire de Lille.
  • la Halle aux sucres : À l'origine, c'était un entrepôt destiné aux sucres et aux grains qu'étoffes, leur transport était facilité par la proximité de la Basse-Deûle et son canal de l'avenue du Peuple Belge.
  • l'Hôtel de Wambrechies : Situé rue Royale, c'est un hôtel de style français du XVIIIe siècle construit en 1703. Il fit d'abord office d'hôtel de l'Intendance, puis de préfecture de 1826 à 1872 (59 à 68 rue royale). Il est le siège de l'évêché de Lille depuis 1913.
  • l'Hôtel Crépy-Saint-Léger, ainsi appelé car acquis, en 1899, par Monsieur Crépy-Saint-Léger (77 rue Royale) et l'hôtel d'Hespel, construit en 1896 par E. Meurillon pour le comte d'Hespel, qui ruiné, ne put l'habiter (75 rue Royale) appartiennent tous les deux à la Banque de France.
  • l'Hôtel Notre-Dame : Juste en face de l'Hospice Comtesse, son entrée principale se trouve du côté de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille. Marie-Caroline de La Grandville-Beauffort le fit construire vers 1860 et le destina à des œuvres de la jeunesse. L'occupant actuel des lieux est la Maison de l'Apostolat des Laïcs. Cependant, il est à noter que l'ancien Hôtel de la Monnaie (d'où le nom de la rue), créé par Louis XIV se trouvait à sa place avant d'être détruit en 1858 selon le vœu de Marie-Caroline de La Grandville-Beauffort.
  • le Musée Maison natale de Charles de Gaulle : La maison natale de Charles de Gaulle est située au 9 rue Princesse. Afin de perpétuer son souvenir, elle est devenue un musée et a rouvert en 2005 après l'aménagement de nouvelles salles d'exposition, espace multimédia, sur la vie et l'œuvre de Charles de Gaulle. On peut y voir notamment la chambre où le petit Charles vit le jour le 22 novembre 1890, des portraits ainsi que du mobilier d'époque.
  • L'Hôtel Ploegaerts : Situé dans la rue Pharaon-de-Winter, L’hôtel de la famille Ploegaerts, descendante de par le sang de la Maison Tudor a marqué l'histoire. En effet, cet hôtel fut longtemps habité par un couple ayant atteint un niveau d'absurdité paroxysmique et dont la principale occupation fut de traumatiser leurs trois filles, dans le simple but d'un sadisme naturel. En réalité, cet hôtel fut le centre du marché noir pendant la guerre. Les trois filles du couple servant de mule, au transport de marchandises illicites, jusqu'à la mort des deux ainés dans un tragique accident. La cadette ne s'en remit jamais et préféra mettre fin à ses jours 2 ans plus tard. Le couple sadique y vécut jusqu'à leur mort dans les années 80. Leur hôtel fut alors légué à leur neveu, lui aussi père de trois filles.

Édifices d'origine religieuse[modifier | modifier le code]

  • la cathédrale-basilique Notre-Dame de la Treille.
  • l'église Saint-André (1701-1758): ancienne chapelle des Carmes où fut baptisé le Général de Gaulle.
  • le Couvent des minimes : Situé au quai du Wault, il est devenu, en 1988, l'hôtel Alliance Golden Tulip à la suite de son rachat par Charles Kindt. Il a alors été rénové, incluant un cloître et une cour intérieure de 2 500 m2. Les Minimes fondèrent ce couvent de style flamand en 1619; il fut désaffecté, lors de la Révolution française en 1791, et abrita pendant longtemps l'intendance des armées.
  • le Couvent des urbanistes : Au cours de la première moitié du XVIIe siècle, s'est installée une communauté de religieuses cloitrées ainsi nommées. Elles étaient une branche mineure de l'Ordre des Clarisses et avaient donc fondé ce couvent. Aujourd'hui, il abrite le musée des canonniers.
  • le couvent des Franciscaines (rue d'Angleterre), reconverti en résidence étudiante, et dont la chapelle est préservée.
  • l'église Sainte-Catherine (XVIe – XVIIe siècles) : hallekerque.
  • l'église Sainte-Marie-Madeleine (1667. Architectecte François Vollant): église à plan central avec un chœur circulaire de style Renaissance Flamande.
  • L'Hospice Comtesse : Fondé en 1237 par la comtesse Jeanne, il est un bel exemple de l'architecture de l'époque des comtes de Flandre. Les religieuses y accueillirent des malades (cf. salle des malades). Après la révolution, il devint un hospice pour les personnes âgées. Il abrita aussi un orphelinat jusqu'en 1939. Victime de deux incendies, reconstruit, restauré, les bâtiments actuels de l'Hospice Comtesse datent du XVe, XVIIe et XVIIIes. Depuis 1969, il abrite un musée. La cuisine carrelée de faïence, la salle à manger, les meubles, les objets d'art, les portraits permettent de retrouver toute l'atmosphère d'une maison flamande du XVIe siècle. De plus, le musée présente des peintures flamandes et du Nord de la France, des tapisseries de Guillaume Werniers ainsi que des pièces d'orfèvreries lilloises. Des expositions y sont régulièrement organisées.
Façade d'inspiration orientaliste du temple franc-maçonnique.
  • l'Hospice général : Situé au nord-est de l'avenue du Peuple Belge, l'Hospice Général fut construit, au XVIIIe siècle, pour suppléer à l'activité toujours grandissante de l'Hospice Comtesse. Un superbe soleil, symbole du Roi-Soleil, décore le frontispice du bâtiment. En 1996, l'IAE (Institut d'Administration des Entreprises) s'y installa.
  • le Temple franc-maçonnique : Commençant le nord de la rue Thiers, il fut réalisé par l'architecte Albert Baert, alors également membre de la loge La Lumière du Nord et inauguré le 5 juillet 1914. Le temple est aménagé, à l'intérieur comme à l'extérieur, selon un style évoquant l' «orientalisme égyptien », en vogue au XIXe siècle. Bien que le bâtiment lui-même soit appelé "temple", il contient en fait deux temples franc-maçonniques stricto sensu. Monuments historiques, ils sont parfois visitables lors des Journées du patrimoine. La façade du temple est surmontée d'un bas-relief représentant un sphinx, une pyramide, un soleil, et une femme tenant un miroir.

Édifices d'origine militaire[modifier | modifier le code]

Canaux[modifier | modifier le code]

Le souvenir de la présence des canaux (par lesquels la Deûle traversait la ville avant d'être déviée au nord) est remarquable:

  • l'avenue du Peuple-Belge était le lieu du port de la Basse-Deûle et de l'eau y a coulé jusqu'en 1933
  • le Pont-Neuf, toujours présent (bien que ses arches aient disparu) franchissait la Basse-Deûle
  • le quai du wault
  • les canaux asséchés autour de la cathédrale Notre-Dame de la Treille, où les caves des maisons voisines se sont étendues.

Bâtiments disparus importants[modifier | modifier le code]

Lille en 1580 avec les positions des bâtiments disparus : le château de Courtrai (rouge), le château de la Salle (vert), la collégiale Saint-Pierre (bleu), la première église Saint-Étienne (orange) et le Palais Rihour (jaune). L'espace vide arrondi correspond à la motte médiévale et donc à l'emplacement actuel de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille.

Ce sont des bâtiments ayant marqué l'histoire et les habitants du Vieux-Lille et faisant ainsi partie du patrimoine historico-culturel du quartier.

  • le Château de Courtrai[1]. En 1298, le roi de France, Philippe le Bel, fit construire le Château de Courtrai quelques mois après son victorieux siège de Lille qui appartenait jusqu'alors au comte de Flandre, Gui de Dampierre. Cet édifice massif avait de multiples objectifs dont être un lieu nécessaire à la surveillance de la ville et au logement d'une garnison (cependant numériquement faible), être un point dans les fortifications enclin à faire entrer les troupes du roi en cas de rébellion de la ville et, enfin, être une place forte directement orientée vers la direction générale d'où viendrait probablement la majorité des attaques flamandes. De 1305 à 1369 (période de l'occupation française), ses châtelains sont les capitaines de garnison successifs payés par le roi de France. Lille déjà redevenue pleinement flamande en 1369, grâce à ses princes bourguignons, eut pour nouveau seigneur Philippe le Bon qui préféra se faire construire une demeure plus raffinée mais aussi mieux adaptée à l'Étiquette naissante et à une cour en expansion, le Palais Rihour. Cependant, le château subsista en gardant ses attributions militaires jusqu'à l'arrivée de Philippe II d'Espagne. De plusieurs décennies, la population lilloise s'étant accrue, l'empereur habsbourgeois souhaitait "aérer" la ville à l'intérieur de son enceinte et autorisa ainsi la destruction du château en 1577.
  • la Collégiale Saint-Pierre.
  • l'église Saint-Étienne : Rénovée au XVe siècle, elle était l'originelle église Saint-Étienne, différente de celle de la rue de l'hôpital militaire. En effet, cette dernière était l'église de l'Immaculée Conception qui devint de facto l'église paroissiale de la paroisse Saint-Étienne.
  • le Château de la Salle. Selon les ordres de Charles Quint qui souhaitait « libérer » un peu la surface du sol lillois, il fut détruit en 1515 amenant ainsi le gouverneur à s'installer au Palais Rihour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Blieck, Le château dit de Courtrai à Lille de 1298 à 1339 : une citadelle avant l'heure, p. 185-206, Société française d'archéologie, Bulletin monumental, année 1997, no 155-3 (Lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Duquennoy, Vieux-Lille 1975, Édition de l'Étagère, , 64 p. (ISBN 2-9524689-0-7)
  • Patrice Rossez, Lille-Centre, Vieux-Lille, t. 2 : Mémoire en image, Alan Sutton, , 127 p.