Aller au contenu

Valsemé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Valsemé
Valsemé
La mairie.
Blason de Valsemé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Intercommunalité Communauté de communes Terre d'Auge
Maire
Mandat
Thierry Langlois
2020-2026
Code postal 14340
Code commune 14723
Démographie
Population
municipale
265 hab. (2021 en diminution de 3,99 % par rapport à 2015)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 08″ nord, 0° 05′ 51″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 156 m
Superficie 5,62 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mézidon Vallée d'Auge
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Valsemé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Valsemé
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
Valsemé
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Valsemé

Valsemé est une commune française située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 265 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé à 3 km au sud-ouest de Clarbec, la commune est proche également du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Valsemé[1]
Beaumont-en-Auge,
Bourgeauville
Drubec Clarbec
Annebault Valsemé[1] Clarbec
Danestal (sur quelques dizaines de mètres),
Bonnebosq
Bonnebosq Clarbec

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[4]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Pays d’Auge, Lieuvin et Roumois, moins directement soumis aux flux océaniques et connaissant toutefois des précipitations assez marquées en raison des reliefs collinaires qui favorisent leur formation[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 857 mm, avec 12,8 jours de précipitations en janvier et 8,5 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Deauville à 14 km à vol d'oiseau[6], est de 0,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 0,0 mm[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Valsemé est une commune rurale[Note 2],[9]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (63,9 %), zones agricoles hétérogènes (22,2 %), terres arables (13,9 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 149.

Parmi ces logements, 75,1 % étaient des résidences principales, 18,4 % des résidences secondaires et 6,5 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 80,9 %[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Vallis Seminata en 1350[16], Valsemey en 1793, Valesemé en 1801[17].

De l'oïl val « vallée » et de l'adjectif féminin « semée » ; masculin « postérieur »[16].

Le gentilé est Valsemerais[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune actuelle a été constituée par la réunion des communes de Valsemé et de La Chapelle-Hainfray (décret du 17 juin 1865).[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
  1989[19] Bernard Lepetit    
1989[19] mars 2008 Albert Bauchet SE Agriculteur
mars 2008 En cours Thierry Langlois[20] SE Commercial

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2021, la commune comptait 265 habitants[Note 3], en diminution de 3,99 % par rapport à 2015 (Calvados : +1,02 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
103224282274259255238237225
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
214287302286282258259223216
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
213180193183181163164145172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
152143121129184247269273280
2015 2020 2021 - - - - - -
276267265------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 107 représentant 282 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 20 226 [15].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 55, occupant 134 actifs résidants (salariés et non-salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 79,9 % contre un taux de chômage (au sens du recensement) de 8,6 %. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : étudiants et stagiaires non rémunérés 10,3 %, retraités ou préretraités 6,3 %, autres inactifs 3,4 %[15].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 33 dont 9 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans l'industrie, 8 dans la construction, 13 dans le commerce-transports-services divers et 1 était relatif au secteur administratif.

Cette même année, aucun entreprise n’a été créée[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Gabriel.
  • Église Saint-Gabriel.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Valsemé dans les arts[modifier | modifier le code]

Valsemé est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Valsemé Blason
De gueules au chevron renversé d'or chargé de trois fermaux du champ et accompagné en chef d'un lis des jardins fleuri d'argent, tigé et feuillé de sinople[25].
Détails
Le chevron renvoie au nom de la commune : « Val », qui vient de « vallée », et les fermaux sont repris des armes de la famille de Malet, dont étaient issus les marquis de Valsemé. Le lis est l'attribut de saint Gabriel, patron de la paroisse.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. « Plan séisme consulté le 14 septembre 2016 ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  6. « Orthodromie entre Valsemé et Deauville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station météorologique Deauville, commune de Deauville - Normales pour la période 1991-2020 », sur infoclimat.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. a b c et d Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
  16. a et b Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1139.
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Site Habitants.fr
  19. a et b « Albert Bauchet, maire honoraire, est décédé à 87 ans », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  20. Réélection 2014 : « Valsemé (14340) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  25. « 14723 Valsemé (Calvados) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).