Valezan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Valezan
Image illustrative de l'article Valezan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Bourg-Saint-Maurice
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Aime
Code postal 73210
Code commune 73305
Démographie
Population 233 hab. (2013v)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 33″ nord, 6° 41′ 40″ est
Altitude Min. 695 m – Max. 2 409 m
Superficie 8,01 km2
Historique
Commune(s) d’intégration La Plagne Tarentaise
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 15.svg
Valezan

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 15.svg
Valezan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Valezan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Valezan

Valezan est une ancienne commune française située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Elle fusionne le 1er janvier 2016 avec les communes de Bellentre, de La Côte-d'Aime et de Mâcot-la-Plagne pour former la commune nouvelle de La Plagne Tarentaise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Valezan est un petit village de montagne dans la vallée de la Tarentaise en Savoie, tranquille et accueillant, authentique, à l'architecture traditionnelle, dont l'activité principale est l'agriculture.

Exposé plein sud à 1 200 m d'altitude avec une vue magnifique : comme sur un immense balcon qui irait du Col du Petit St Bernard à celui de la Madeleine. Vous y passerez des vacances calmes et reposantes tout en étant très proches des grandes stations de ski de la Tarentaise et de toutes les activités qu'elles proposent, hiver comme été.

Sur le trajet du GR5 et les itinéraires du baroque, Valezan est un excellent point de départ pour les promenades à pied, en raquettes, en ski de fond ou en ski de randonnée.

À 10 min d'Aime, à 15 min de Bourg-Saint-Maurice, vous bénéficierez de tous les loisirs d'été et d'hiver organisés en Tarentaise (raft, escalade, cannyoning, parapente, VTT, randonnées, piscine, plan d'eau, canoë et kayak, etc.).

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Valzan, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'arrêté préfectoral du officialise, avec effet au , la création de la commune dite "La Plagne Tarentaise" en lieu et place des communes de Bellentre, La Côte d'Aime, Mâcot et Valezan[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Dominique Buthod SE - Banquier
(Était le plus jeune maire de France lors de sa première élection en mars 1983)
mars 2001 juillet 2003 Albert Lemoullec SE - Retraité
(Ancien combattant et victime de guerre)
Démissionne de son mandat de maire en juillet 2003 pour raisons de santé
Juillet 2003 en cours Véronique Gensac SE Professeur de philosophie au lycée polyvalent Ambroise Croizat de Moûtiers
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 233 habitants, en augmentation de 32,39 % par rapport à 2008 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
473 352 460 493 488 466 424 416 431
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
409 386 384 385 405 375 366 360 345
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
318 302 277 266 270 243 230 221 198
1982 1990 1999 2006 2011 2013 - - -
160 164 157 168 223 233 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. La Rédaction, « Une commune nouvelle s'appellera La Plagne Tarentaise », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  7. Marius Hudry, Sur les chemins du Baroque en Tarentaise, Volume 2, La Fontaine de Siloé - FACIM, , 335 p. (ISBN 978-2-84206-422-8, lire en ligne), p. 235-240.