Utilisateur:Sifourmi/Brouillon2

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Économie[modifier | modifier le code]

Le premier département industriel entre Loire et Garonne[modifier | modifier le code]

La Charente est un département agricole mais aussi industriel et il se positionne au tout premier rang régional en Poitou-Charentes dans ce second domaine que ce soit sur le plan des effectifs que sur celui du nombre des activités. Il se singularise nettement des trois autres départements de cette région aussi bien par l'importance de son héritage industriel que par celle de ses entreprises[1].

En raison de cet héritage industriel conséquent, le département se caractérise par la présence de deux chambres consulaires que sont les chambres de commerce et d'industrie d'Angoulême et de Cognac. La différence des activités économiques qui distinguent ces deux organismes ne les incite pas à une coopération interconsulaire. Ainsi la Chambre de commerce et d'industrie de Cognac a envisagé de s'associer à celle de Rochefort plutôt qu'à celle d'Angoulême[2].

Un secteur industriel aux activités diversifiées[modifier | modifier le code]

Le secteur industriel de la Charente se distingue notamment par la présence d'activités traditionnelles, qui sont présentes aussi bien dans l'industrie agro-alimentaire puissamment représentée par le cognac, que dans les industries de transformation des matières premières comme la papeterie, les tuileries et briqueteries, les fonderies comme celle de Ruelle devenue une des implantations de la DCNS.

Les industries agro-alimentaires[modifier | modifier le code]

Le secteur des industries agro-alimentaires (IAA) est l'un des secteurs phares de l'industrie charentaise et il est largement dominé par la production des eaux-de-vie de cognac. Le cluster "Spirits Valley" compte 1 000 entreprises et 12 000 emplois, et représente 80% de la production de spiritueux en France (soit 8 milliards d'euros)[3].

La zone d'appellation Cognac représente 47 131 ha de vignes plutôt localisées à l'ouest du département, assurant 45 % des revenus agricoles de la Charente. Cette production viticole, appartenant à des viticulteurs ou à de grandes maisons de négoce, assure 40 % des exportations de Poitou-Charentes.

Par contre, les laiteries pour la fabrication du beurre Charentes-Poitou et du fromage sont en net déclin, comme l'industrie de la viande bien que l'élevage reste une activité importante.

L'industrie lourde[modifier | modifier le code]

L'industrie lourde est représentée par un puissant secteur des activités extractives qui alimente les usines de la région de Roumazières-Loubert où l'argile est employée pour la fabrication des briques et des tuiles. Cette industrie fournit le 1/6e de la fabrication des tuiles françaises, ces dernières étant produites principalement par Terreal, anciennement Tuileries et Briqueteries Françaises (TBF).

Près de Cognac, à Cherves-Richemont, le gypse est encore activement extrait en vue de la fabrication de plâtre dont la production est assurée par l'usine Placoplatre.

La pierre calcaire qui était exploitée pour la pierre de taille est toujours extraite et sa production est orientée vers celle des granulats.

Dans la Double saintongeaise, l'argile blanche est extraite à Oriolles et à Chantillac pour la fabrication de céramique sanitaire.

Les industries de transformation[modifier | modifier le code]

Ce secteur économique fait cohabiter des industries traditionnelles qui ont dû se moderniser pour s'adapter à la nouvelle donne économique et des industries modernes et performantes qui tirent le département vers l'innovation technologique.

Tout d'abord, le secteur des industries traditionnelles est représenté par la papeterie. Fort anciennement implantée dans la région d'Angoulême, elle est passée par une crise sévère qui a entamé durement et profondément ses activités. Bien qu'accusant un déclin presque irrémédiable, après la fermeture du Nil, elle demeure toujours en activité avec ICP (Industrie Papetière Charentaise).

La fonderie de Ruelle, créée par le marquis de Montalembert en 1750, est devenue fonderie royale en 1755. Ses activités ont elles aussi beaucoup décliné, elles sont orientées vers la production militaire.

La verrerie avec Saint-Gobain a repris l'usine de Claude Boucher.

Les autres industries sont liées au cognac (cartons, étiquettes, transport, matériel agricole, tonnelleries, matériel de distillation).

Les industries innovantes et modernes ou qui se sont modernisées en fonction de la demande actuelle sont représentées par deux secteurs industriels performants.

La Poudrerie nationale d'Angoulême, devenue SNPE, est un secteur dynamique.

Les industries électriques sont surtout représentées par Leroy-Somer, grand fabricant de moteurs électriques, et par SAFT dans son usine de Nersac pour la fabrication de batteries au lithium pour l'industrie électromobile appelée à un grand essor.

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Source : Chiffres clés de l'économie en Charente, CCI, 2019 ; chiffres clés de la Nouvelle Aquitaine, Direccte, 2020[4]
  • Tissu économique
    • 34 793 établissements actifs
    • 69% n’ont aucun salarié
    • 1,1% ont plus de 50 salariés
  • Secteurs d’activité
    • 55,6% Commerce, transports, services divers
    • 14% Agriculture, sylviculture et pêche
    • 12,7% Administration publique, enseignement, santé, action sociale
    • 10,4% Construction
    • 7,3% Industrie
  • Commerce international (2019)[5]
    • Exportation : 3,485 milliards d’euros . 71,3% boissons (cognac et spiritueux), 9,8% matériel électrique, 3,9% bois/articles en bois
    • Importations : 1,186 milliards d’euros
  • Autres statistiques (INSEE)
    • PIB en 2005 (euros) : 24 milliards
    • PIB par habitant (2010) : 24 100 euros
    • Taux de chômage des 15-64 ans (2017) : 14,1 %
    • Population active : 157 555

Entreprises installées en Charente[modifier | modifier le code]

  • Source : https://www.verif.com/Hit-parade/01-CA/01-Par-departement/16-Charente et INSEE (en 2012) [6]
  • Entreprises de plus de 100 millions de chiffre d'affaires (en 2019) et/ou de plus de 250 collaborateurs en Charente
  • Industries agroalimentaires (principalement spiritueux)
    • SOCIETE JAS HENNESSY ET COMPAGNIE
    • MARTELL & CO
    • E. REMY MARTIN & CO
    • ALLIANCE FINE CHAMPAGNE
    • COURVOISIER S.A.S
    • COMPTOIR AGRICOLE COMMERCIAL DE COGNAC
    • OCEALIA et CHARENTES ALLIANCE - Coopérative agricole
    • Autres spiritueux renommés ayant un centre de production en Charente et pour lesquels le chiffre d'affaires est non communiqué (filiales de groupes) : vodka Grey Goose (Gensac la Pallue), Grand Marnier
  • Industries lourdes
    • TERREAL Fabrications d’autres produits minéraux non métalliques Roumazières-Loubert
    • SAINT GOBAIN - Usine placoplâtre à Cherves-Richemont
  • Industries de transformation
    • MOTEURS LEROY SOMER Fabrication d’équipements électriques Gond-Pontouvre et Angoulême
    • SCHNEIDER ELECTRIC FRANCE Fabrication d’équipements électriques Angoulême et L’Isle-d’Espagnac
    • SAME DEUTZ FAHR FRANCE Tracteurs et machines agricoles
    • VERALLIA (précédemment SAINT GOBAIN EMBALLAGE) Fabrication d’autres produits minéraux non métalliques Châteaubernard
    • DCNS Fabrication d’autres matériels de transport Ruelle-sur-Touvre
    • TOTAL-SAFT Fabrication d’équipements électriques Nersac
  • Autres entreprises
    • SAS D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS POIGNAT Commerce de gros de combustibles et produits annexes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Bernard, La tradition industrielle charentaise face à la crise, Norois, numéro 119, (lire en ligne), p. 435
  2. Journaux Sud-Ouest et Charente Libre du 18 au 21/09/2007
  3. « Spirits Valley »
  4. [1]
  5. « Commerce Extérieur de la Charente (CCI) »
  6. INSEE, « Atlas industriel du Poitou-Charentes - Département de la Charente »


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]