Utilisateur:Roland45/Brouillon2

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Risque industriel en France
Géographie
Pays France
Établissements sensibles
(au 10 octobre 2019)
Seveso seuil haut 738
Seveso seuil bas 629
Vulnérabilité de la population
Seveso seuil haut
  • 2,5 millions hab.
    à moins d'un km
  • 663 500 hab.
    à moins de 500 m


Risque industriel dans le Loiret
Géographie
Pays France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Établissements sensibles
(au 8 octobre 2019)
Seveso seuil haut 12
Seveso seuil bas 14
Priorité nationale 62
IED-MTD[1] 91


Semaine 1[modifier | modifier le code]

  • 21 septembre 2001 – Explosion de l'usine AZF de Toulouse – 31 morts, plus de 2500 blessés ;
  • 28 novembre 2003 – Usine pétrochimique Noroxo, à Harnes – vague de légionellose diffusée à partir des tours réfrigérantes – 83 victimes dont 18 morts ;
  • 23 juillet 2012 – Usine pharmaceutique Oril à Bolbec – pollution de la nappe phratique et du réseau d’eau potable de 17 communes ;
  • 6 mars 2017 – Usine chimique Arkema à Saint-Auban – Pollution de la Durance et d’un captage d’eau potable à Villeneuve
  • 3 juillet 2019 – incendie de la station d’épuration d’Achères (ref et voir les photos spectaculaires)

Jeudi 26 septembre 2019[modifier | modifier le code]

Déclenchement de l'incendie[modifier | modifier le code]

Un incendie se déclare le jeudi aux alentours de h 40 supposément au sein de l’usine Lubrizol[2] frappant les installations d’enfûtage et d’entreposage de l’usine ainsi qu'un entrepôt voisin n’appartenant pas à l’entreprise[2],[3], mais à la société SCMT (Société commerciale de magasinage et de transports)[4]. L'origine formelle du feu n'est pas établie. Dans un communiqué le site officiel du groupe industriel que celle-ci puisse être extérieure au site[5].

Cellules de crise[modifier | modifier le code]

Le préfet de la Seine-Maritime déclenche immédiatement le plan particulier d'intervention de zone (PPI) et ouvre un centre opérationnel départemental (COD) en préfecture où l'ensemble des services de l’État sont regroupés pour gérer l'événement. Un Centre d'information au public (CIP) est également installé en préfecture, avec un numéro d'appel gratuit (02 32 76 55 66). À 15 heures, le CIP avait enregistré plus de 1 200 appels[6].

Parallèlement les communes concernées, une fois informées, déclenchent également leur PPI et mettent en place respectivement une cellule de crise. Pour Le Petit-Quevilly, la chronologie est la suivante :

  • 4 h 15 appel téléphonique de la Police Nationale au cadre d’astreinte de la ville, informant de l'accident et demandant la pose d'un barriérage de sécurité du périmètre concerné,
  • le cadre informe le directeur général, qui informe Charlotte Goujon, la maire, et le chef du service sécurité.
  • h 45. le cadre d'astreinte est devant l'usine en feu
  • h, une cellule de crise est en place à la mairie.

Devant cette chronologie, la maire estime avoir été tardivement et pas correctement informée [7].

Alerte de la population[modifier | modifier le code]

À h 11, la ville du Petit-Quevilly utilise son système d’alertes par SMS, Cedralis, auquel sont abonnés les habitants qui le souhaitent (6 770 foyers selon le site de la commune[8]). Mais pour la maire « il y a eu des explosions bien plus tôt. Les habitants ont pris peur dès h 15, h 30 du matin. Certains ont mis leur famille dans leur voiture et sont partis en catastrophe.» [7].

À h 10, la préfecture de Seine-Maritime annonce qu'elle va déclencher les sirènes d'alerte à h 45 dans un but d’alerter la population[9]. Les sirènes, que l'on peut entendre le premier mercredi de chaque mois, sont un des vecteurs d’information du Système d'alerte et d'informations aux populations (SAIP), qui permet d’avertir la population d’une zone donnée, d'un danger imminent et de l’informer sur la nature du risque et le comportement à tenir. Elles sont complétées par un service de diffusion de l'alerte à des opérateurs dont certains médias, qui doivent relayer avec leurs propres moyens les informations[10]. Ces sirènes sont déclenchées entre « 8 heures et h 10 » à Rouen, selon Delphine Favre, de l'Association nationale des collectivités pour la maîtrise des risques technologiques majeurs. Il apparaît toutefois que toute la population n’a pas entendu ces sirènes[11].

La mairie de Petit-Quevilly relaie quant à elle à h 30 l'information de confinement de la population dans un rayon de 500 m autour du site[12] et de fermeture des écoles Joliot-Curie et Jean-Baptiste Clément[13].

Extinction de l'incendie[modifier | modifier le code]

Premières mesures de protection de la population et de l’environnement[modifier | modifier le code]

  • Mise à l'arrêt des activités du site, imposant l’arrêt des activités du site et sa mise en sécurité et imposant à l’exploitant de mettre en sécurité son site (collecter et évacuer les eaux polluées à la suite de l’incendie, évacuer les déchets) et d’assurer les actions nécessaires garantissant l’absence d’intrusion sur site et la maîtrise des accès, le tout à ses frais. * Définition d'une stratégie pour la mise en place d’une surveillance environnementale post-accidentelle
  • Mis en place d’un barriérage de sécurité pour protéger le périmètre de confinement de 500 m défini et restrictions de circulation en conséquence ;
  • Diffusion de conseils à la population
  • Fermeture des écoles fermées les 26 et 27 septembre, mise à l'abri des EPAHD et des crèches ;
  • Recommandations aux éleveurs et aux agriculteurs
  • Déclenchement du plan Polmar, un dispositif déclenché en cas de pollution maritime accidentelle qui prévoit notamment la mise en place de « barrages antipollution »[14],[15]

Conséquences sanitaires et environnementales[modifier | modifier le code]

Vendredi 27 septembre 2019[modifier | modifier le code]

engager les premiers prélèvements nécessaires dès le 27 septembre..

Histoire[modifier | modifier le code]

Organisation territoriale sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

A partir de Constantin Ier, l’Église connaît un développement remarquable. Elle bénéficie du soutien de l’Empire romain, au travers de concessions patrimoniales et d’avantages fiscaux et peut se développer rapidement sur la base des structures territoriales romaines. Les limites romaines servent peu ou prou de modèles pour déterminer les circonscriptions ecclésiastiques. L’évêque contrôle ainsi le diocèse dont les formes épousent les frontières de la civitas romaine, à quelques nuances près. Toujours sur le modèle existant, les diocèses sont réunis au sein de provinces, modelées selon les 17 provincesciviles fixées au Bas-Empire : les formes mais aussi les noms en sont repris (Aquitaine première, seconde, Lyonnaise, etc.). A la tête de ces provinces sont placées des évêques métropolitains ayant en théorie une autorité hiérarchique sur les autres évêques comprovinciaux (les suffragants) qu’il exprime notamment lors des conciles. [16]

Avec l’invasion de la Gaule par les Barbares au Ve siècle (Wisigoths, Burgondes et Francs en particulier), la plupart des accords passés avec Rome sont rompus. Les royautés barbares naissent ainsi sur le territoire de l'ancien Empire romain. Les anciennes provinces romaines sont désormais contrôlées par des chefs barbares, qui après avoir servi les derniers représentants de l'autorité romaine, affirment leur autonomie

Expansion de l’empire franc de 481 à 814.

Pour la dynastie mérovingienne, le caractère patrimonial du pouvoir domine néanmoins. Le royaume, ensemble de pays conquis, reste considéré comme appartenant en propre au roi. Dès la mort de Clovis on assiste ainsi à une division en cascade du territoire en autant de royaumes qu'il y a de descendants, entraînant une compétition fratricide qui va amener à la perte de la dynastie. A l’issue de ces guerres, quatre ensembles territoriaux, aux frontières mouvantes, finissent tout de même par se dessiner : l'Austrasie, la Neustrie, la Bourgogne et l'Aquitaine. [17]

Administration générale et fiscale[modifier | modifier le code]

(généralités/intendances, élections, collectes, subdélégations, greniers à sel, communautés, seigneuries et paroisses)

organisation judiciaire[modifier | modifier le code]

(coutumes, tribunaux et différentes juridictions – royales, seigneuriales, bailliages, etc)

Organisation militaire[modifier | modifier le code]

(gouvernements, maréchaussée)

Organisation ecclésiastique[modifier | modifier le code]

(diocèses, archidiaconés et doyennés, paroisses, églises et vocables, présentateur)

Administration contemporaine de l’État[modifier | modifier le code]

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

(département, districts, cantons, communes)

Consulat[modifier | modifier le code]

(création arrondissements, réduction cantons)

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

(modifications cantonales de 1806, suppression de petites communes)

XXe siècle[modifier | modifier le code]

(arrondissements, cantons, communes nouvelles - De l’Acte I de la Décentralisation à la RÉATE (réforme de l’administration territoriale de l’Etat) de 2007 https://www.collectivites-locales.gouv.fr/letat-territorial-lacte-i-decentralisation-a-reate

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

De la Révolution à la fin du XXème siècle[modifier | modifier le code]

1982-2003 : Décentralisation[modifier | modifier le code]

2003-2007 : décentralisation constitutionnalisée[modifier | modifier le code]

2007-2010[modifier | modifier le code]

révision constitutionnelle de 2008, loi de 2010

2010 à nos jours[modifier | modifier le code]

loi de 2014, etc

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Établissements relevant du chapitre II de la Directive n°2010/75/UE du 24/11/2010 relative aux émissions industrielles.
  2. a et b Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : l'entreprise porte plainte contre X sur francebleu.fr (consulté le 1er octobre 2019
  3. « Fire at Lubrizol Rouen, France, Site », sur https://newscenter.lubrizol.com/ (consulté le 29 septembre 2019)
  4. « Lubrizol fermée "tant qu'on n'aura pas compris pourquoi", annonce Elisabeth Borne », sur https://www.lci.fr/ (consulté le 30 septembre 2019)
  5. Le Monde avec AFP, « Incendie à Rouen : l’entreprise Lubrizol porte plainte pour « destruction involontaire » », sur https://www.lemonde.fr/, (consulté le 2 octobre 2019)
  6. « Incendie du site Seveso de Lubrizol à Rouen : revivez la journée minute par minute », sur https://www.ouest-france.fr/, (consulté le 1er octobre 2019)
  7. a et b Sébastien Bailly, « Incendie de l'usine Lubrizol : la colère de la maire de Petit-Quevilly », sur https://www.ouest-france.fr/, (consulté le 1er octobre 2019)
  8. « Cédralis, système d'alerte par téléphone », sur http://www.petit-quevilly.fr/ (consulté le 1er octobre 2019)
  9. « Incendie de Lubrizol - chronologie », sur https://www.francebleu.fr/ (consulté le 1er octobre 2019)
  10. Ministère de l'Intérieur, « Qu'est-ce que le système d’alerte et d’information des populations ? », sur https://www.interieur.gouv.fr/, (consulté le 1er octobre 2019)
  11. Valentin Ehkirch, « Quels protocoles pour les populations habitant près d'un site Seveso ? », sur https://www.lexpress.fr/, (consulté le 1er octobre 2019)
  12. « Tweet Mairie Petit-Quevilly 7h33 », sur https://twitter.com/ (consulté le 1er octobre 2019)
  13. « Tweet Mairie Petit-Quevilly 7h33 », sur https://twitter.com/ (consulté le 1er octobre 2019)
  14. « Incendie de l'usine Lubrizol - Chronologie des événements », sur http://www.leparisien.fr/ (consulté le 30 septembre 2019)
  15. Claire Grenier, « L'incendie d'une usine à Rouen relance le débat sur la lutte contre les risques industriels », sur https://www.lesechos.fr, (consulté le 29 septembre 2019)
  16. Jacques Péricard, « La fusion des cultures. », sur https://cours.unjf.fr/ (consulté le 14 mai 2019)
  17. Jacques Péricard, « Les royautés barbares. L'exemple mérovingien », sur https://cours.unjf.fr/ (consulté le 14 mai 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]