Tzigane (Ravel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tzigane (homonymie).

Tzigane est une rhapsodie de concert pour violon et orchestre composée par Maurice Ravel en 1924.

Liminaire[modifier | modifier le code]

« Morceau de virtuosité dans le goût d'une rhapsodie hongroise » (Ravel, [1938])[1].

Extrêmement ardue, l'œuvre fait partie des pièces du répertoire violonistique qui demandent le plus de virtuosité[2].

L'œuvre[modifier | modifier le code]

C'est après avoir entendu à Londres en 1922 la violoniste hongroise Jelly d'Arányi, (petite nièce de Joseph Joachim) et Béla Bartók créer la sonate pour violon et piano nº 1 du compositeur hongrois que Ravel décida de composer Tzigane pour la violoniste. La création eut lieu au Aeolian Hall à Londres le par la dédicataire et par Henri Gil-Marchex au piano. La création de la version orchestrale eut lieu le à Paris, avec les Concerts Colonne sous la direction de Gabriel Pierné.

La première partie, pour violon seul, est conçue dans le style d'une improvisation sur des thèmes tziganes chers au compositeur.

L'œuvre comporte un seul mouvement et son exécution dure environ dix minutes.

Réductions[modifier | modifier le code]

Le compositeur en écrivit deux réductions[3], l'une pour violon et piano qui est aujourd'hui la plus jouée, l'autre pour violon et luthéal.

Le luthéal[modifier | modifier le code]

Le luthéal est un dispositif mécanique inventé par le Belge Georges Cloetens placé dans le piano et permettant la modification de son timbre. Il a été utilisé par Ravel dans cette œuvre, mais aussi dans L'Enfant et les Sortilèges. L'instrument original a disparu mais un exemplaire a été retrouvé et est conservé au musée des instruments de musique de Bruxelles[4].

Références extérieures[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tzigane sur le site maurice-ravel.net
  2. (en) Tzigane
  3. La réduction d'une partition est sa réécriture pour une exécution par un orchestre plus restreint, voire par un seul instrument
  4. Piano à queue Pleyel muni du mécanisme "Luthéal" sur le site du musée des instruments de musique de Bruxelles