Jelly d'Arányi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jelly d'Arányi
Description de l'image Arányi Jelly.jpg.
Nom de naissance Jelly Arányi de Hunyadvár
Naissance
Budapest, Drapeau de la Hongrie Hongrie
Décès (à 72 ans)
Florence, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Violoniste
Maîtres Jenő Hubay
Famille Joseph Joachim grand-oncle, Adila Fachiri sœur

Répertoire

Jelly d'Arányi, née Jelly Arányi de Hunyadvár (hongrois : Hunyadvári Aranyi Jelly) est une violoniste hongroise naturalisée anglaise, née à Budapest le et décédée à Florence (Italie) le .

Elle était la petite-nièce de Joseph Joachim, et la sœur de la violoniste Adila Fachiri. Elle a commencé à étudier le piano, puis s'est tournée vers le violon à l'Université de musique Franz-Liszt à Budapest lorsque Jenő Hubay a accepté de la prendre comme élève. Après des tournées de concerts en Europe et en Amérique en tant que soliste ou musicienne de chambre, elle s'est établie à Londres.

Elle et Béla Bartók ont créé à Londres en la sonate no 1 pour violon et piano et en la sonate no 2. Ces deux sonates lui sont dédiées.

Elle était une excellente interprète la musique classique, romantique et moderne. Maurice Ravel lui a dédié son populaire Tzigane pour violon et piano[1],[2]. Ralph Vaughan Williams lui a dédié son Concerto Academico. Le Double Concerto pour 2 Violons de Gustav Holst a été écrit pour Jelly et Adila. Le D'Aranyi String Quartet porte son nom.

Avec sa sœur, elle a été impliquée dans les circonstances qui ont conduit à la redécouverte du concerto pour violon de Schumann, concerto datant de 1853 et longtemps oublié, déposé à la bibliothèque de Berlin. En 1933, lors de séances de spiritisme, elles auraient été en contact avec les esprits de Schumann et de Joachim qui les auraient invitées à rechercher puis à exécuter l’œuvre[3]. En 1937 d'Aranyi a joué la première londonienne du concerto. La veille, le , l'œuvre avait été créée en Allemagne par Georg Kulenkampff. Yehudi Menuhin a donné le la première aux États-Unis.

Jelly d'Aranyi est décédée à Florence en 1966, âgée de 72 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jelly et Ravel
  2. Jelly, Bartok et Ravel
  3. Jelly et la découverte du Concerto pour Violon en ré mineur, WoO 23 de Robert Schumann, après une séance: [1]
  • Photo de Jelly en 1933: [2]

Bibliographie (ordre chronologique)[modifier | modifier le code]

  • A Eaglefield-Hull (ed), A Dictionary of Modern Music and Musicians, London, Dent, 1924.
  • Elkin, Robert, Queen's Hall 1893-1941, London, Rider, 1944, 51.
  • Magidoff, Robert, Yehudi Menuhin: The Story of the Man and the Musician, London, Robert Hale, 1956.
  • MacLeod, Joseph, The Sisters d'Aranyi, London, Allen & Unwin, 1969.
  • Pâris, Alain, Dictionnaire des interprètes : et de l'interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1278 p. (ISBN 2-221-08064-5, notice BnF no FRBNF36685957), p. 182
  • Ravel, Maurice, L'intégrale : Correspondance (1895-1937), écrits et entretiens : édition établie, présentée et annotée par Manuel Cornejo, Paris, Le Passeur Éditeur, , 1769 p. (ISBN 978-2-36890-577-7 et 2-36890-577-4, notice BnF no FRBNF45607052)
    Contient 3 correspondances de Maurice Ravel à Jelly d'Aranyi (1924-1927) n°1699, 1783bis et 2051

Liens externes[modifier | modifier le code]