Deux épigrammes de Clément Marot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Deux épigrammes de Clément Marot
Image illustrative de l’article Deux épigrammes de Clément Marot
Jeune femme jouant du virginal de Vermeer

Genre Mélodies
Musique Maurice Ravel
Texte Clément Marot
Langue originale Français
Effectif chant et piano
Dates de composition 1896 et 1899

Les Deux épigrammes de Clément Marot forment le premier recueil de mélodies composées par Maurice Ravel pour chant et piano, en 1896 et 1899, sur des poèmes de Clément Marot.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les références « M » sont celles du catalogue des œuvres de Ravel établi par le musicologue français Marcel Marnat, et montrent l'ordre chronologique de composition des mélodies :

  1. D'Anne qui me jecta de la neige (M.21)
  2. D'Anne jouant l'espinette (M.10)

En effet, la 2e mélodie a été composée en premier, dès 1896, avec la mention « pour piano ou clavecin ». La 1re mélodie a été composée en 1899.

Analyse[modifier | modifier le code]

En 1956, Vladimir Jankélévitch considère que les deux mélodies évoquent « les fastes pompeux d'une cour de la Renaissance : l'une, plus cérémonieuse peut-être, emploie le ton solennel et un peu fané de sol dièse mineur qui sera celui de la deuxième Mélodie grecque et l'autre, gentille ritournelle, suit en do dièse mineur son petit bonhomme de train pour conclure assez curieusement sur ce même accord de soldièse, c'est-à-dire sur la dominante. On imagine la mystérieuse claveciniste de Vermeer dévidant sur l'épinette, de ses doigts agiles, le bruyct doulx et mélodieux[1] ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]