John Barclay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Barclay
Description de l'image John Barclay 2017.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (36 ans)
à Hong Kong
Taille 1,91 m
Poste troisième ligne aile
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2004-2013
2013-2018
2018-2020
Glasgow Rugby
Llanelli Scarlets
Édimbourg Rugby
148 (65)[1]
104 (50)[1]
13 (5)
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2006
2007-2019
Écosse -20
Écosse
3 (0)
76 (35)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 29 mars 2022.

John Adam Barclay, né le à Hong Kong, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe d'Écosse, comme troisième ligne aile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Hong Kong, où son père travaillait pour BP, il vécut par la suite notamment en Belgique, Suisse, Chine et Malaisie, au gré des emplois de ses parents[2].

Barclay découvrit le mini rugby avec le Stanley Fort Rugby Football Club (en) de Hong Kong (depuis rattache au Valley Rugby Football Club), alors qu'il était scolarisé à la Bradbury Junior School. Il eut ainsi l'occasion de jouer dans les catégories de jeune au Tournoi de Hong Kong de rugby à sept[3].

Ayant quitté Hong Kong vers 1993, la famille Barclay y retourne néanmoins régulièrement, notamment pour assister au tournoi international de rugby à sept[3].

Il rejoint plus tard la Dollar Academy (en), à Dollar, en Écosse, où il continuera à jouer au rugby, avant de passer professionnel[3],[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Il dispute en 2003 un tournoi de rugby à sept avec l'équipe des Scottish Thistles à Budapest. Il gagne également en 2004 la Bell Lawrie White Scottish Schools Cup avec son école, la Dollar Academy[3]. Il remporte à cette époque plusieurs distinctions individuelles, faisant déjà de lui l'un des grands espoirs du rugby écossais[5]. Il signe à l'été 2004 son premier contrat avec les Glasgow Warriors, dans le but d'apprendre le rugby de haut niveau.

Il commence donc sa carrière professionnelle avec les Glasgow Warriors en Challenge européen et dans la Ligue Celte.

En 2013, il quitte les Glasgow Warriors pour l'équipe galloise des Llanelli Scarlets[6]. En 2017, il remporte le Pro12 avec son club, après avoir balayé le Munster en finale sur le score de 22 à 46[7]. Il est capitaine ce jour-là.

Il annonce en son retour en Écosse avec le club d'Édimbourg à l'issue de la saison 2017-2018[8]. Cependant, il est victime d'une rupture du tendon d'Achille avant de rejoindre cette équipe. Sa blessure l'éloigne des terrains plusieurs mois[9].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il joue en équipe d'Écosse dans plusieurs catégories jeunes. Il a disputé le coupe du monde de rugby à XV des moins de 21 ans avec l'équipe d'Écosse en 2006[5].

Né à Honk Kong, il est sélectionnable avec l'équipe de Hong Kong via la citoyenneté de ses parents[10]. Ces derniers le rendent aussi éligible pour la sélection écossaise, et il finit de fait par jouer pour son pays de résidence[11].

Les tournées estivales avec l'Écosse lui donneront par ailleurs l'occasion de rejouer en Asie et visiter sa contrée natale[12],[4].

Premières sélections en équipe senior[modifier | modifier le code]

John Barclay est appelé en équipe d'Écosse pour la première fois lors de la tournée de novembre de 2006, alors qu'il a vingt ans depuis moins d'un mois. Cependant, il ne dispute son premier match international qu'en 2007, à l'occasion d'un match contre les All Blacks lors de la Coupe du monde[5].

En 2011, en vue de la Coupe du monde, le sélectionneur du XV écossais, Andy Robinson, interdit à cinq joueurs de jouer avec leur club respectif jusqu'à la fin de la saison. Cela concerne les deuxièmes lignes Richie Gray et Alastair Kellock, le troisième ligne John Barclay, le talonneur Ross Ford et le pilier Allan Jacobsen[13]. Cependant, à la suite de la mauvaise performance de l'Écosse, qui, pour la première fois, n'atteint pas les quarts de finale de la compétition, Andy Robinson décide d'écarter John Barclay du XV de départ de l'équipe lors du Six Nations suivant.

Après deux ans d'absence en équipe nationale, il est rappelé par le sélectionneur Vern Cotter pour disputer la Coupe du monde 2015 à la suite de bonnes performances avec les Scarlets[14]. Il ne fait cependant pas partie de la sélection définitive des 31 joueurs amenés à disputer la compétition[15], malgré sa participation à deux test matchs, l'un contre l'Irlande et l'autre contre l'Italie.

Affirmation et capitanat de l'Écosse[modifier | modifier le code]

Il devient par la suite un élément important du système mis en place par Vern Cotter, disputant neuf matchs internationaux en 2016, et participant aux cinq matchs du Tournoi des Six Nations.

Remplaçant lors du premier match du Tournoi des Six Nations 2017 qui oppose l'Écosse à l'Irlande, il rentre en jeu prématurément à la place de Ryan Wilson, blessé au coude. Il est par conséquent titulaire pour le deuxième match, face à la France[16]. À la suite de la blessure de Greig Laidlaw lors de ce match, il est nommé capitaine de la sélection[17]. Pour la tournée d'été, il est de nouveau nommé capitaine par le nouveau sélectionneur du XV du chardon, Gregor Townsend, en l'absence de Greig Laidlaw, retenu avec les Lions britanniques et irlandais[18]. Il reste capitaine à l'occasion de la tournée de novembre, au cours de laquelle son équipe inflige une correction à l'Australie (53-24), dans un match où il inscrit un essai[19], après s'être inclinée face à la Nouvelle-Zélande sur le score de 17 à 22[20].

Il est encore capitaine de la sélection lorsque, après un début de Tournoi des Six Nations 2018 difficile, l'Écosse s'impose pour la première fois face à l'Angleterre depuis 2008[21]. L'Écosse termine troisième du tournoi. L'année suivante, il ne fait pas partie du groupe écossais pour le tournoi à cause de sa blessure au tendon d'Achille contractée avec les Scarlets[22].

Parcours[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En Coupe du monde :

En club[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Barclay John », sur www.itsrugby.fr (consulté le )
  2. (en) Alasdair Reid, Scottish Rugby Correspondent, « Barclay: It all worked out, I guess », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le )
  3. a b c et d (en) « Homecoming for scots heroes », South China Morning Post,‎ (lire en ligne)
  4. a et b (en) British Chamber of Commerce in Hong Kong, « Rugby World Cup Warm Up with John Barclay », sur www.britcham.com (consulté le )
  5. a b et c (en) « John Barclay », sur www.scottishrugby.org
  6. « Le joli coup des Scarlets de Llanelli », sur www.rugby-transferts.com, 27 avril 2013 (consulté le 26 juin 2017)
  7. « Les Scarlets créent la surprise pour s'offrir le deuxième titre de leur histoire », sur www.rugbyrama.fr, 27 mai 2017 (consulté le 26 juin 2017)
  8. (en)« Barclay to swap Scarlets for Edinburgh », sur www.planetrugby.com, 17 novembre 2017 (consulté le 18 novembre 2017)
  9. « John Barclay opéré et indisponible sans doute six mois », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, 22 mai 2018 (consulté le 15 février 2019)
  10. (en) « Hong Kong’s ‘absent sons’ leave a fine rugby legacy », sur South China Morning Post, (consulté le )
  11. (en-US) « Foreign-Born Players in Six Nations », sur Americas Rugby News, (consulté le )
  12. (en-GB) « John Barclay wary of jet-lag ahead of Scotland's tour of Japan », BelfastTelegraph.co.uk,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  13. « Écosse : 5 joueurs interdits de matchs », sur www.rugby365.fr, (consulté le )
  14. « Vern Cotter rappelle après deux ans d'absence John Barclay pour le Mondial », sur www.rugbyrama.fr, 2 juin 2015 (consulté le 26 juin 2017)
  15. (en) « Cautious coach Vern Cotter calls for humility and hard work as Scotland announce their Rugby World Cup squad », sur www.dailymail.co.uk, 1 septembre 2015 (consulté le 26 juin 2017)
  16. « La compo de l'Écosse face au XV de France », sur www.rugbyrama.fr, 10 février 2017 (consulté le 26 juin 2017)
  17. « Barclay capitaine face aux Gallois », sur www.sports.fr, 23 février 2017 (consulté le 26 juin 2017)
  18. (en) « Townsend names Scotland side », sur www.planetrugby.com, 7 juin 2017 (consulté le 26 juin 2017)
  19. (en)« Scotland 53 Australia 24: Gregor Townsend's impressive hosts secure record win over 14-man visitors », sur www.telegraph.co.uk, The Telegraph, 25 novembre 2017 (consulté le 27 février 2018)
  20. (en)« Stuart Hogg and Scotland denied at the last as New Zealand hold on », sur www.theguardian.com, The Guardian, 18 novembre 2017 (consulté le 27 février 2018)
  21. « L'Écosse renverse l'Angleterre à Murrayfield », sur www.rugbyrama.fr, 24 février 2018 (consulté le 27 février 2018)
  22. (en)« Cockerill offers update on Scotland captain John Barclay », sur www.rugbypass.com, 5 janvier 2019 (consulté le 15 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]