Trignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trignac
Trignac
Vestiges des forges de Trignac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Région Nazairienne et de l'Estuaire
Maire
Mandat
M. Claude Aufort
2020-2026
Code postal 44570
Code commune 44210
Démographie
Gentilé Trignacais
Population
municipale
7 926 hab. (2018 en augmentation de 8,61 % par rapport à 2013)
Densité 551 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 08″ nord, 2° 11′ 16″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 10 m
Superficie 14,38 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Nazaire
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Nazaire
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Nazaire-2
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Trignac
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Trignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trignac
Liens
Site web http://www.mairie-trignac.fr/

Trignac est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Trignac dans le département de la Loire-Atlantique.
Situation

Trignac est située entre l'estuaire de la Loire et les marais de la Brière, au nord-est de Saint-Nazaire.

Les communes limitrophes sont Saint-Nazaire, Saint-Joachim et Montoir-de-Bretagne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Trignac est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Nazaire, une agglomération intra-départementale regroupant 17 communes[4] et 184 837 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Nazaire dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (66,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (53 %), zones urbanisées (22,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (14,7 %), zones humides intérieures (10,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Lieux-dits et villages[modifier | modifier le code]

La commune comprend plusieurs lieux-dits dont les principaux sont Aucard, Bert, Certé,Trembly, Savine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Tiliniacum au XIe siècle et Tyrriniacum au XIIe siècle[11].

Son nom en breton est Trinieg[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au sein de la commune de Montoir, Trignac s'est comporté longtemps comme un petit bourg à part. A la fin du XIXe siècle Trignac possède déjà son école et son facteur. Ce qui montre déjà un début d'autonomie. Au conseil municipal un certain nombre de conseillers habitants Trignac défendent ses intérêts. Un bureau de vote y est créé en 1894. Le le dossier de séparation est remis par le percepteur à la sous préfecture. Au départ un petit hameau d'à peine plus de 300 habitants la commune se développe à partir de la fin du XIXe siècle autour des Forges de Saint-Nazaire fondées par la « Société des Mines de Fer de l’Anjou » en 1879. La commune de Trignac fut créée le [12].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, à cause de l'existence de la Poche de Saint-Nazaire, l'occupation allemande se prolongea à Trignac comme sur l'ensemble des localités voisines de l'estuaire durant 9 mois de plus (d'août 1944 au ), la reddition effective de la poche intervenant 3 jours après la capitulation de l'Allemagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Selon le découpage de la Bretagne fait par Erwan Vallerie, Trignac fait partie du pays traditionnel de la Brière et du pays historique du Pays Nantais.

Administrativement, Trignac fait partie de la Communauté d'agglomération de la Région Nazairienne et de l'Estuaire (CARENE).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1914 juillet 1914 Louis Labro Modéré  
juillet 1914 1919 Michel Leprêtre Modéré  
1919 1940 Julien Lambot SFIO conseiller d'arrondissement du canton de Saint-Nazaire
1940 1945 René Pigourie délégation spéciale  
1945 octobre 1947 Julien Lambot SFIO  
octobre 1947 mars 1965 André Hazo SFIO  
mars 1965 mars 1971 Pierre Glotin SFIO  
mars 1971 mars 1977 Augustine Bihan app. PCF  
mars 1977 mars 2008 Jean-Louis Le Corre PCF Ajusteur ; secrétaire du syndicat CGT Sud-Aviation Saint-Nazaire (1964-1971)
conseiller général du canton de Montoir-de-Bretagne (1973-1982 et 1994-2008)
mars 2008 mars 2014 Sabine Mahé PCF employée
mars 2014 mai 2017 David Pelon DVD responsable fonction publique
28 mai 2017 En cours Claude Aufort[13] PS Directeur général de Enfance et Famille 2000-2013[14]
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Sur le logo de Trignac sont représentés ses anciennes forges, deux roseaux de Brière croisés et un canard colvert.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee en 2010, Trignac est une commune urbaine, une des 11 communes de l'unité urbaine de Saint-Nazaire, qui s'étend de Donges au Croisic[15] ; elle fait donc partie de l'aire urbaine de Saint-Nazaire[16] et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire[17].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1914 à partir d'un démembrement partiel de Montoir-de-Bretagne et compte en 2018 plus de 8 000 habitants.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1921. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2018, la commune comptait 7 926 habitants[Note 3], en augmentation de 8,61 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +6,31 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
5 6795 9375 6715 3363 9476 2236 9177 0767 253
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 - -
7 1807 0206 9527 0927 1927 4427 926--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,7 %) est en effet supérieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[22],[23],[24]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[22],[23],[24].

Pyramide des âges à Trignac en 2013 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,7 
75 à 89 ans
9,2 
14,9 
60 à 74 ans
16,6 
18,5 
45 à 59 ans
18,1 
20,7 
30 à 44 ans
20,0 
16,1 
15 à 29 ans
15,7 
22,6 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Sports[modifier | modifier le code]

La ville est connue pour son club de Rugby, le Rugby Club de Trignac (br) (RCT)[25], fondé en 1912. Celui-ci fut, d'ailleurs la première école de Rugby de France[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges des Forges.

Les Forges de Trignac, fondées au XIXe siècle, ont laissé quelques vestiges visibles. Le reste du site est réaménagé en zone industrielle[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pascal Giordani, international de rugby ;
  • René Le Bourhis, international de rugby ;
  • Stéphane Mahé, joueur professionnel de football ;
  • René Vautier, réalisateur du film Quand tu disais Valéry, 1975. Le film retrace la grève des ouvriers de l’usine de fabrication de caravanes Caravelair à Trignac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Saint-Nazaire », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  12. Histoire de Trignac sur le site officiel de la commune. « Copie archivée » (version du 25 mars 2013 sur l'Internet Archive).
  13. « Trignac. Claude Aufort élu maire par le conseil municipal », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2017).
  14. « Création en 1928... », sur Enfance & Famille (consulté le 10 janvier 2018).
  15. « Unité urbaine 2010 de Saint-Nazaire (44601) », sur insee.fr, Insee (consulté le 30 novembre 2012).
  16. « Zonage en aires urbaines 2010 de Saint-Nazaire (046) », sur insee.fr, Insee (consulté le 30 novembre 2012).
  17. « Carte thématique » [archive du ], sur statistiques-locales.insee.fr, Insee (consulté le 30 novembre 2012) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. a b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Trignac - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  23. a b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  24. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  25. Rugby Club de Trignac
  26. Christophe Turgis, « Trignac : la centenaire rouge s'offre un maire UMP », sur france3.fr, France 3 Pays de la Loire, (consulté le 29 septembre 2020).
  27. travail pédagogique sur le site de l'académie de Nantes