René Vautier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vautier.
René Vautier
Naissance
Camaret-sur-Mer (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 86 ans)
Cancale (France)
Profession Réalisateur
Films notables Avoir vingt ans dans les Aurès
Afrique 50

René Vautier, né le à Camaret-sur-Mer (Finistère) et mort le [1],[2],[3] à Cancale (Ille-et-Vilaine), est un réalisateur et scénariste français, particulièrement connu par son film Avoir vingt ans dans les Aurès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né d’un père ouvrier d’usine et d’une mère institutrice, il mène sa première activité militante au sein de la Résistance en Bretagne en 1943, alors qu’il est âgé de quinze ans, ce qui lui vaut plusieurs décorations. Il est décoré de la Croix de guerre à seize ans, responsable du groupe « jeunes » du clan René Madec, cité à l’Ordre de la Nation par le général Charles de Gaulle pour faits de Résistance (1944).

Après des études secondaires au lycée de Quimper, il est diplômé de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) en 1948, premier de sa promotion en section réalisation-production[4].

Il adhère ensuite au Parti communiste français.

Afrique 50[modifier | modifier le code]

En 1949, il part pour l'Afrique, la Ligue française de l'enseignement lui ayant commandé un reportage sur les conditions de vie dans les villages de Côte d'Ivoire, de Haute Volta, du Sénégal et du Soudan français, destiné à mettre en valeur la mission éducative de la France dans ses colonies pour montrer aux élèves des lycées et des collèges « comment vivent les villageois d'Afrique occidentale française ». Indigné par ce qu'il voit sur place, Vautier décide de filmer la réalité de l'Afrique colonisée. Mais la police saisit les négatifs du film et lui-même est cité à comparaître pour « avoir (...) procédé à des prises de vues cinématographiques sans l'autorisation du gouverneur[5] ».

Il réussit cependant à sauver quelques bobines et, en 1950, réalise un film de quinze minutes, Afrique 50, qui va être diffusé clandestinement. Interdit pendant plus de quarante ans, c'est le premier film anticolonialiste français, chef-d’œuvre du cinéma engagé, qui lui vaudra treize inculpations et une condamnation à un an de prison. Lui et Félix Houphouët-Boigny sont jugés pour avoir violé un décret de 1934 de Pierre Laval, alors Ministre des colonies. Vautier est incarcéré à la prison militaire de Saint-Maixent-l’École, puis à Niederlahnstein (de) en zone française d’occupation en Allemagne. Il en sort en juin 1952. Afrique 50 reçoit la médaille d’or au festival de Varsovie.

L'Algérie (1956-1965)[modifier | modifier le code]

Engagé en Afrique sur divers tournages, il rejoint clandestinement l'Algérie par les maquis dès 1956 et participe à la lutte révolutionnaire pour l'indépendance de l'Algérie du FLN. Il tourne dans les Aurès, les Némentchas, ainsi qu'à la frontière tunisienne, filmant les maquisards de l'ALN[6],[7].

Au printemps 1958, il se rend au Caire où se trouve la direction du FLN pour y montrer Algérie en flammes, son film sur la lutte de l'ALN. Sur place, il doit rencontrer Abane Ramdane, l'un des cinq membres du comité exécutif du FLN. Il ignore cependant que ce dernier a été assassiné au Maroc en 1957 sur ordre de Krim Belkacem[8]. il essaie alors de vendre le film aux Égyptiens qui le donnent au FLN.

Vautier est alors accusé d'avoir détourné des sommes qui auraient servi à payer les travaux de laboratoire en Allemagne de l'Est[9] et de tentative de « commercialisation de la Révolution »[10]. Il est convoyé vers la Tunisie via la Libye et emprisonné pendant vingt-cinq mois (1958-1960), dans une prison du FLN. D'abord détenu à Mornag dans les environs de Tunis, il parvient à s'échapper en retirant un barreau d'une fenêtre. Il ne souhaite pas s'évader, mais plutôt s'expliquer avec les dirigeants du FLN dont il pense qu'ils ignorent son incarcération. Mais au lieu de l'aider, ses contacts lui envoient les gardiens de Mornag qui le ramènent en prison. Il subit alors la torture pendant quatre jours, « littéralement épluché avec une garcette ». Transféré à Den Den, il est au bout du compte relâché, sans explication[11].

Ne gardant pas rancune de cet épisode aux indépendantistes algériens, il s'installe dès l'indépendance à Alger[12]. Il est nommé directeur du Centre audiovisuel d’Alger (1962-1965). Il y est aussi secrétaire général des Cinémas populaires[13]. Il filme les premiers jours de l'Indépendance algérienne et tente de créer un dialogue, grâce à la vidéo, entre les peuples français et algérien.

La France[modifier | modifier le code]

De retour en France, il participe à l'aventure du Groupe Medvedkine en Mai 1968 (collectifs cinéastes-ouvriers).

En 1970, il fonde l'Unité de production cinématographique Bretagne (UPCB) dans la perspective de « filmer au pays ».

En 1972, il sollicite en tant que distributeur du film un visa d'exploitation pour le documentaire de Jacques Panijel, Octobre à Paris, consacré au massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961 par les forces de police sous les ordres de Maurice Papon[14]. Le visa est refusé. Aussi, le , il commence une grève de la faim, exigeant « la suppression de la possibilité, pour la commission de censure cinématographique, de censurer des films sans fournir de raisons ; et l’interdiction, pour cette commission, de demander coupes ou refus de visa pour des critères politiques[15] ». Soutenu par Jacques Rivette, Agnès Varda, Jean-Luc Godard, Claude Sautet, Alain Resnais, Robert Enrico, il obtient une décision favorable du ministre de la culture Jacques Duhamel et met fin à sa grève de la faim au bout de trente et un jours.

En 1984, il fonde une société de production indépendante : Images sans chaînes.

Vautier déclare s'être toujours efforcé de mettre « l'image et le son à disposition de ceux à qui les pouvoirs établis les refusent », pour montrer « ce que sont les gens et ce qu'ils souhaitent ». Comme Jean-Luc Godard, qu'il rencontre en 2002, René Vautier cherche à développer une théorie en acte de l’image[16].

Cité comme témoin au procès de Roger Garaudy - auquel il a consacré un court métrage en 1991, À contre nuit[17] -, le cinéaste a néanmoins assuré qu'il ne partageait pas ses thèses négationnistes et antisémites[18].

Il a témoigné en faveur des membres de l'Armée révolutionnaire bretonne en 2004 lors du procès faisant suite à l'attentat de Quévert.

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

En 1974, il a reçu un hommage spécial du jury du Film antiraciste pour l’ensemble de son œuvre.

En 1998, il a reçu le Grand Prix de la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) pour l’ensemble de son œuvre.

Il a été décoré de l'ordre de l'Hermine en 2000 à Pontivy. Ce collier est décerné par l'Institut culturel de Bretagne.

Il a été nommé président d'honneur des Écrans Citoyens en 2002 à l'Institut d'art et d'archéologie

En 2014, la coopérative audiovisuelle Les Mutins de Pangée édite un coffret de quatre DVD réunissant l'ensemble des films réalisés par le cinéaste en Algérie. La même année, il réalise avec sa fille Moïra Chappedelaine-Vautier un film documentaire intitulé : Histoires d'images, Images d'Histoire.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Le capitalisme[modifier | modifier le code]

  • Un homme est mort, film sur la mort de l’ouvrier Édouard Mazé, lors des manifestations et des grèves de Brest (mars-avril 1950). Le titre de ce film est repris d'un poème de Paul Éluard tiré du recueil Au rendez-vous allemand (1944).
  • Anneaux d'or, avec Claudia Cardinale dans son premier rôle, une de ses rares œuvres de fiction, il remporte l'Ours d'argent au festival de Berlin-Ouest en 1956.
  • Classe de lutte - 1969, avec les ouvriers du Groupe Medvedkine et Chris Marker.
  • Transmission d'expérience ouvrière, s’adressant à d’autres collectivités ouvrières, les ouvrières licenciés des usines des Forges d'Hennebont racontent la façon dont les promesses gouvernementales et patronales les ont floués - 1973.
  • Quand tu disais Valéry, le film retrace la longue grève des ouvriers de l’usine de fabrication de caravanes Caravelair à Trignac, classé meilleur film français au festival de Rotterdam - 1975.

Le colonialisme et particulièrement la guerre d’Algérie[modifier | modifier le code]

  • Afrique 50, Premier film réalisé par René Vautier, alors âgé de 21 ans, et premier film anticolonialiste français - 1950.
  • Une nation, l'Algérie, l’une des deux copies est détruite, la deuxième a disparu. Après la révolution du 1er novembre 1954, le film relate en images la véritable histoire de la conquête de l’Algérie. René Vautier est poursuivi pour atteinte à la sûreté intérieure de l’État pour une phrase du film : « L’Algérie sera de toute façon indépendante » - 1954.
  • L'Algérie en flammes - 1958.
  • Un peuple en marche, film qui fait un bilan de la guerre d'Algérie en retraçant l'histoire de l'ALN et qui montre l'effort populaire de reconstruction du pays, après l'indépendance - 1963.
  • Avoir vingt ans dans les Aurès, avec Alexandre Arcady, Yves Branellec, Philippe Léotard. Il obtient le Prix international de la critique du festival de Cannes 1972. http://www.avoir20ansdanslesaures.net/wp/
  • Le cinema des premiers pas réalisé en Algérie en 1985 et portant sur sa participation à l'activité cinématographique dans l'Algérie indépendante.

Le racisme en France[modifier | modifier le code]

  • Les trois cousins, fiction tragique sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d’un travail en France. L'Award pour le meilleur film pour les Droits de l'Homme à Strasbourg en 1970.
  • Les Ajoncs - 1971.
  • Le Remords - 1974.
  • Vous avez dit : français ?, Réflexion sur la notion de citoyenneté française et l’histoire de l’immigration en France - 1986.

L’apartheid en Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

La pollution[modifier | modifier le code]

  • Marée noire, colère rouge, classé meilleur film document mondial 1978 au festival de Rotterdam - 1978.
  • Mission pacifique, documentaire sur des témoins sur place qui analysent les prises de vues effectuées lors des explosions atomiques dans le Pacifique et du naufrage du Rainbow Warrior - 1988.
  • Hirochirac, reportage tourné pendant le cinquantième anniversaire d’Hiroshima, au moment où Jacques Chirac reprend les essais nucléaires dans le Pacifique, et complété par des témoignages de victimes du nucléaire - 1995.

L’extrême droite française[modifier | modifier le code]

  • À propos de… l'autre détail, 1984. Documentaire monté à partir de témoignages sur la torture de personnes ayant vécu la guerre, comme l'historien Pierre Vidal-Naquet, le militant de la non-violence Jacques Pâris de Bollardière, le préfet de police d'Alger Paul Teitgen, la déportée Germaine Tillon et l'Algérien Hadj Boukhalfa, torturé par l'officier parachutiste Jean-Marie Le Pen[19],[20]. Le document sera utilisé pour défendre Le Canard enchaîné lors du procès pour diffamation intenté par Jean-Marie Le Pen. Le film est projeté et certains témoins viennent également soutenir le journal. Mais la loi d’amnistie de 1963 protège l’homme politique, interdisant l’utilisation d’images pouvant nuire à des personnes ayant servi pendant la guerre d’Algérie[21].
  • Châteaubriant, mémoire vivante, 1985. Châteaubriant est un camp allemand où 27 résistants français, dont 21 militants communistes, ont été fusillés en 1941. On soutient d'ordinaire que les communistes ne sont entrés dans la Résistance qu’au moment où l’Allemagne a envahi l’URSS, or le film démontre le contraire : les 21 fusillés du camp sont des communistes résistants désignés aux Allemands par le gouvernement français. La télévision française refuse de soutenir le projet. Le film est fait avec Fernand Grenier, un responsable de l’Amicale des anciens de Châteaubriant. Des hommes et des femmes internés témoignent, et chaque année des milliers de personnes se souviennent en commun[21].

Le mouvement féministe[modifier | modifier le code]

La Bretagne[modifier | modifier le code]

  • Mourir pour des images - 1971.
  • La Folle de Toujane, fiction, coréalisation avec Nicole Le Garrec - 1974.
  • Le Poisson commande, oscar du meilleur film sur la mer - 1976.
  • Vacances en Giscardie, ce film regroupe deux reportages sur les vacances d'été des « Français moyens » : 1. Simplement vivre et 2. Une place au Soleil - 1980.
  • Histoires d'images, Images d'Histoire, documentaire, coréalisation avec Moïra Chappedelaine, 2014

Publications[modifier | modifier le code]

  • René Vautier, Caméra citoyenne - Mémoires, Rennes, Apogée, 1998, (ISBN 2-84398-002-X)
  • René Vautier, « Ils ont filmé la guerre avec les Algériens », dossier dans les Cahiers du cinéma n°561, octobre 2001
  • René Vautier avec Jean-Luc Godard, « Échange sur le cinéma politique », in Jean-Luc Godard. Documents, Centre Georges Pompidou, Paris, 2006 (ISBN 978-2844262998)
  • René Vautier, Afrique 50 et De sable et de sang, Les Mutins de Pangée, Paris, 2013

Films sur René Vautier[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Weber, « Un film que nous ne verrons plus jamais, Un homme est mort » in Jeune, pure et dure !, une histoire du cinéma d’avant-garde et expérimental en France, La Cinémathèque Française, 2001
  • « Afrique 50 » (commentaires sur le film), les Cahiers de Paris Expérimental, no 3, 2001
  • Kris et Étienne Davodeau, Un homme est mort (bande dessinée et dossier documentaire), Futuropolis, 2006, (ISBN 2-7548-0010-7)
  • Félix et Nicole Le Garrec, Vivre et lutter pour des images, Spézet, Coop Breizh, 2011 (2 volumes)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès du cinéaste français René Vautier, réalisateur d’“Avoir 20 ans dans les Aurès” », Le Point, 4 janvier 2015.
  2. « René Vautier, franc-filmeur, nous a quittés », La Nouvelle vie ouvrière, 4 janvier 2015
  3. « René Vautier. "Il fait partie du patrimoine du cinéma français" », Ouest France, 4 janvier 2015.
  4. Gérard Alle, « Le fellagha de Camaret, René Vautier l’indomptable », ArMen, no 102, avril 1999, p. 4, lire en ligne
  5. Extrait de la citation à prévenu du 11 septembre 1950
  6. René Vautier, Caméra citoyenne, Mémoires, Éditions Apogée, p. 133 à 156.
  7. Catherine Simon, Algérie, les années pieds-rouges, La Découverte, p. 263.
  8. Khalfa Mameri, Abane Ramdane. Héros de la guerre d'Algérie, Édition L'Harmattan, 1988, (ISBN 2738401171)
  9. René Vautier, Caméra citoyenne, Mémoires, Éditions Apogée
  10. Abdenour Zahzah, « Cinéma algérien - L’épopée des origines Maquis, extérieur nuit » in El Watan, 28 juin 2007, http://www.mafhoum.com/press10/303C35.htm
  11. René Vautier Caméra citoyenne, Mémoires Éditions Apogée
  12. Catherine Simon, Algérie, les années pieds-rouges, La Découverte
  13. La guerre d Algérie filmée par René Vautier, Les Films de Mars http://dai.ly/ba1Gso
  14. Jean-Luc Einaudi. La Bataille de Paris — 17 octobre 1961, éditions du Seuil, 1991.
  15. http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/10/14/le-cineaste-rene-vautier-se-souvient_1587858_3476.html
  16. René Vautier avec Jean-Luc Godard, « Échange sur le cinéma politique », in Jean-Luc Godard. Documents, Centre Georges Pompidou, Paris, 2006, (ISBN 978-2844262998)
  17. Tiré du livre de Garaudy Mon tour de siècle en solitaire (Robert Laffont, 1989)
  18. http://avocats.fr/space/yveshenri.nedelec/tag/prescription
  19. Fiche du film sur Africultures.com
  20. René Vautier à l'honneur - Africultures.com
  21. a et b Filmographie de René Vautier, Arte, 31 mars 2003
  22. La Revue du cinéma, image et son, numéros 343 à 345, Ligue française de l'enseignement et de l'éducation permanente, 1979, p. 235